Jeff Green : « J’ai arrêté de regarder les matchs de basket »

Jeff Green sera bel et bien de retour la saison prochaine

Il y a quelques mois, la NBA était en pleine grève et Jeff Green ne savait pas si la saison 2011-2012 allait bien avoir lieu. Le conflit a finalement pris fin fin novembre et les camps d’entrainement ont ouvert le 9 décembre. Mais la saison n’allait pas débuter comme prévu pour l’ancien Thunder.

« J’étais prêt pour le début de saison. Il y avait beaucoup de frustration accumulée du fait que le début de saison avait été retardé et j’avais vraiment envie de jouer. »

Jeff Green passe donc ses tests médicaux, la routine pour tout joueur NBA en début de saison.

« Je ne me doutais de rien. Je pensais que cela ne prendrait que dix minutes et que j’irais ensuite m’entrainer. »

« Je pensais que tout se passerait bien. Je n’avais jamais eu l’impression d’avoir le souffle court ou d’être épuisé. Certains médecins de Boston font partie des meilleurs spécialistes de la zone cardiaque. Lorsque quelque chose ne va pas, ils sont capable de le détecter rapidement et avant les autres. »

Les heures qui ont suivi le diagnostic ont sans doute été les plus dures. Jeff Green commençait en effet à réaliser que pour lui, la saison était terminée avant même d’avoir commencé.

« J’étais très déçu pendant les quelques heures qui ont suivi, j’avais l’impression de laisser tomber tous ceux qui comptaient sur moi. »

Le joueur s’est ensuite fait opérer du cœur en janvier et les mois et les semaines qui ont suivi ont finalement été encore plus difficile que l’annonce du diagnostic.

« L’opération en elle-même a probablement été le moment le plus dur de toute ma vie. J’ai ensuite dû tout reprendre à zéro. J’avais du mal à marcher et je m’essoufflais très vite. C’est comme si plus rien ne fonctionnait. Le système nerveux perd ses capacités et c’est comme si on revenait au point de départ. Il faut relancer la machine, et ça a été compliqué. »

 « On se rend pas compte de la chance qu’on a de pouvoir faire des choses qui nous paraissent normal, comme croquer, faire des abdos ou se diriger à gauche ou à droite. Pendant les deux premiers mois et demi, je ne pouvais m’allonger ni sur le ventre ni sur le côté. Je ne pouvais pas conduire les premières semaines. J’étais dans l’impossibilité de faire beaucoup de choses, mais cela m’a permis de mieux apprécier les petites choses de la vie. »

Jeff Green a profité de toute cette période de rééducation pour retourner à l’université de Georgetown et a finalement obtenu son diplôme le 9 mai 2012.

« Je suis retourné à l’université pendant tout le lockout, et il ne me restait que deux matières à valider lorsque le conflit s’est finalement résolu. C’était important pour moi. Je suis retourné à l’université ces quatre dernières années, et de finalement en avoir terminé en obtenant mon diplôme était vraiment un gros accomplissement. Je m’étais engagé à le faire. Trois de mes amis ont obtenu leur diplôme un an après mon départ. Je ne voulais pas être le seul de mes amis à ne pas avoir obtenu mon diplôme, c’est quelque chose qui m’a vraiment motivé, et je suis vraiment fier d’avoir finalement atteint mon but. »

Mais, tandis qu’il passait son diplôme, Jeff Green continuait son parcours du combattant pour revenir sur les parquets. Tandis qu’il ne faisait pas officiellement parti de l’équipe, il est cependant resté proche avec ses anciens coéquipiers. Doc Rivers, entraineur des C’s, a ainsi accepté que le joueur soit présent dans le vestiaire et même, lors de quelques rencontres, sur le banc.

« C’était incroyable de voir que tous ces gars me soutenaient. KG, Rondo, Keyon, Paul, Ray – tous. Après mon opération, certains des médecins et des personnes de mon entourage m’ont dit que ces gars voulaient s’assurer que j’allais bien et qu’ils s’inquiétaient pour moi. Lorsque je suis sorti de l’hopital, il s’est avéré qu’ils se trouvaient comme moi à Washington, donc je suis allé les voir. Ensuite, lorsque j’ai été capable de bouger seul et d’aller voir les matchs, je suis évidemment allé les encourager. »

Jeff Green ne pouvait cependant rien faire d’autres que de regarder les rencontres.

« C’était très dur. Pendant un mois et demi, j’ai arrêté de regarder tout match de basket, et pas juste ceux des Celtics,. J’étais très frustré de ne pas pouvoir jouer. »

Mais le joueur a tout de même fini par regarder de nouveau les matchs, et a donc vu les Celtics atteindre les finales de conférence Est. Jeff Green a beau avoir été agent libre cet été, il ne voulait pas quitter ceux qui l’avaient aidé à surmonter toutes ces épreuves et a donc signé un nouveau contrat avec Boston.

Bien que Jeff Green soit capable de jouer à plusieurs postes, il semblerait que pour la saison 2012-2013, il soit destiné à être le remplaçant de Paul Pierce.

 « Je suis un 3 naturel, mais parfois il faut tirer profit des joueurs comme moi. Je dis à tout le monde que je me moque de mon poste. J’ai joué 5 à l’université. J’ai aussi joué meneur de jeu. Peu importe. Je veux juste qu’on utilise tous les avantages à notre disposition afin d’aller le plus loin possible. »

De plus, Jeff Green semble apprécier l’équipe que les Celtics ont mis en place pour la saison prochaine.

« J’adore. C’est exactement ce dont nous avions besoin. De la taille à l’intérieur pour aider Kevin. Il était vraiment fatigué en fin de saison mais la taille de Jared [Sullinger], ainsi que le retour de Brandon [Bass] et de moi-même devrait le soulager l’année prochaine. Ensuite, vous avez Courtney Lee, rapide et bon scoreur, et le JET [Jason Terry] – tout le monde sait ce dont il est capable. C’est une bonne chose que Danny Ainge ait pu mettre en place une telle équipe si rapidement, je suis impatient de voir ce que ça va donner. »

Sur un plan personnel, Jeff Green continue de travailler dur afin de revenir plus fort qu’avant son opération.

« Je sais qu’il y aura toujours des gens négatifs. Il y aura toujours quelqu’un pour dire quelque chose de négatif. J’essaye de répondre sur le terrain. Si nous gagnons, je me moque de comment j’ai joué ou des tirs que j’ai pris. Je suis plus un joueur d’équipe. Donc peu importe. Mon truc, c’est d’aider l’équipe par n’importe quel moyen. »

« Notre but est de gagner le titre. C’est l’objectif principal et c’est ce que nous essaierons d’accomplir cette année. »

Je pense qu’on sera tous d’accord pour dire qu’on espère qu’ils y parviendront.

Source : « One on One with Jeff Green » (Celticsblog). Par Elian Kuhn

2 Comments on “Jeff Green : « J’ai arrêté de regarder les matchs de basket »”

  1. LE facteur X cette année avec la forme de Jared Sullinger. S'il retrouve son vrai niveau on aura deux units qui seront équilibrées et dangereuses.
    C'est important car ce qui nous a manqué cette année c'est que dès que les titulaires étaient sur le banc on était un peu juste.
    Je place de grands espoirs dans ce gars là et je suis déjà juste heureux pour lui qu'il puisse rejouer au basket de haut niveau.

    1. C'est clair que la second unit de l'an prochain aura vraiment une sacré gueule, ça fait plaisir car c'était un de nos plus gros problèmes l'an dernier, l'apport du banc. J'espère pour Green qu'il retrouvera vite son niveau et il m'a vraiment l'air d'être un super gars ça fait toujours plaisir d'avoir des mecs comme ça dans la team.

      Un super article sinon très bien traduit. Bravo à vous.

Comments are closed.