Amis dans la vie, adversaires sur le terrain

Kris Joseph à l’entrainement

Cela fait déjà quelques semaines que plusieurs membres des Celtics tels que Jason Terry, Jeff Green, Dionte Christmas (dont c’est l’anniversaire aujourd’hui), Jamar Smith et Kris Joseph ont commencé à se rassembler à Waltham, le centre d’entrainement des Celtics, afin de se livrer à des séances d’entrainement informels.

Si [Jason] Terry et [Jeff] Green sont déjà certains de faire parti de l’équipe de la saison prochaine, [Dionte] Christmas, [Jamar] Smith et [Kris] Jospeh ne sont pas aussi chanceux. Les trois jeunes joueurs, qui ont des contrats non-garantis ou semi-garantis, peuvent aisément être rangés dans la catégorie de ceux qui devront se battre jusqu’au bout pour faire partie de la grande aventure.

Dans cette configuration, chaque joueur devient un concurrent direct. Mais en tant qu’hommes, la concurrence a laissé place à une amitié sincère. Cet équilibre assez insolite va encore gagner en intensité lors du camp d’entrainement qui arrive dans à peine deux semaines.

« Nous sommes vraiment proches en dehors du terrain » a déclaré Christmas lors d’une rencontre avec des enfants de l’école Holland vendredi. Il explique d’ailleurs lui même l’ambiguïté de leur situation : « Notre amitié est forte, on sort ensemble, on traine ensemble quand on est à l’hôtel, on passe du bon temps. Mais quand on est sur le terrain, on devient concurrents. Quand on joue, on est capable avec Jamar de ne pas s’adresser la parole, pareil avec Kris. On ne se fait pas de cadeau. Je souhaite le meilleur à ces gars, ils me le souhaitent également, mais sur le terrain, c’est la guerre. »

Pourtant, cela ne se traduit pas forcément par de l’animosité entre eux. Tous les trois ont déjà vécu quelque chose de semblable cet été, bataillant tout au long de la summer league d’Orlando et de Las Vegas pour décrocher leur invitation au camp d’entrainement. Quand ils jouent ensemble, ces trois là se rendent mutuellement meilleurs. [Kris] Joseph a d’ailleurs fait allusion à ces liens qui se ressentent dans leur jeu. Quelque chose qui, d’après Christmas,  a permis aux rookies de tenir la dragée haute aux vétérans quand ceux-ci sont arrivés pour la première fois à Waltham.

« On a dû se battre toute notre vie, que ce soit au lycée, à l’université, il fallait à chaque fois gagner sa place, donc on sait à quoi s’attendre. Pour l’instant on est ensemble donc on se doit d’être unis » déclare Joseph. « On doit construire une camaraderie, une amitié, car après on joue pour les autres sur le terrain. On donne tout pour gagner des matchs, même des matchs de reprise. On comprend les enjeux, on a conscience de ce qu’il se passe, mais en même temps nous sommes là et nous profitons de chaque instant. »

Traduction de l’article de ESPN Boston « Friends and (roster) foes » par Louis Jullien, relecture par Elian Kuhn.