Dionte Christmas : « C’est mon rêve »

Dionte Christmas espère toujours gagner sa place chez les C’s

Dionte Christmas est toujours engagé dans un combat acharné pour obtenir l’une des dernières places disponibles pour la saison 2012-2013. Lors de la visite des Celtics à Dorchester la semaine dernière, il a une nouvelle fois expliqué pourquoi il avait signé un contrat semi-garanti afin de rester à Boston.

« C’est tout simplement mon rêve » a déclaré un [Dionte] Christmas visiblement ému, « J’ai joué les trois dernières saisons à l’étranger, et là j’avais une année financièrement prometteuse. J’ai vraiment bien joué la saison dernière là-bas et normalement je devais y retourner et signer un gros contrat. Mais grâce à Dieu, j’ai eu cette opportunité avec les Celtics. »

« J’ai très bien joué à Orlando et Las Vegas (pour les leagues d’été) et quand Danny Ainge et Austin [Ainge] sont venus voir mon agent avec une proposition, mon rêve devenait réalité et je ne pouvais pas la refuser. J’ai longuement discuté avec mon père et il m’a simplement dit : ‘Ce n’est pas qu’une question d’argent, il s’agit de réaliser ton rêve.’ Mon père était un sportif, mais à cause de certaines choses il a dû mettre ses ambitions et ses rêves de côté. Quand il se réveille le matin, il éprouve encore des regrets. Il m’a dit « il ne faut pas que plus tard tu te lèves le matin avec des regrets, en te disant que tu aurais pu le faire mais que tu ne l’a pas fait. »

« Ce qu’il m’a dit a résonné dans ma tête toute la nuit et le lendemain, je n’avais plus de doutes. Je leur ai dit [aux Celtics] que j’étais partant. J’ai appelé les équipes étrangères pour les tenir informées de ma décision et aujourd’hui je suis présent. »

Comme annoncé cet été, il semble que [Dionte] Christmas et Jamar Smith ont signé des contrats au minimum salarial, où juste une petite partie (25.000 $ pour [Jamar] Smith) est garantie. Si jamais Dionte Christmas n’arrive pas à accrocher la 15ème place de l’effectif à l’issue du camp, il pourrait bien avoir sacrifié beaucoup d’argent puisque les équipes en Europe auront sans doute recruté d’autres joueurs.

Dionte Christmas, qui a passé les trois dernières saisons en Grèce et en République Tchèque, a admis qu’il y avait aussi des avantages à rester aux Etats-Unis :

« C’est génial » assure-t-il. « [En Juillet je me préparais à aller] à l’étranger, partir pendant 10 mois, sans voir ma famille. Aujourd’hui je peux parfois rentrer à la maison (près de Philadelphie), voir ma famille, faire venir certaines personnes et c’est vraiment une sensation extra. C’est une bénédiction. C’est vraiment une bénédiction et je ne remercierai jamais assez les Celtics de m’offrir cette chance. »

Et comment son état d’esprit a-t-il évolué depuis la Summer league ?

« Ça n’a rien à voir. Je suis bien plus concentré, » a déclaré [Dionte] Christmas. « J’étais déjà très concentré pendant les ligues d’été, mais maintenant je dois faire attention à chaque détail : me lever tôt, m’entrainer, soulever beaucoup de fonte. J’essaie juste de bien manger et de bien récupérer, car on travaille vraiment dur. Une fois arrivés à la salle de musculation vers 9h30, 10h, on se donne à fond pendant quatre ou cinq heures, et donc je dois être prêt mentalement et physiquement avant d’y aller. Devoir soulever tous ces poids – je n’y suis pas habitué – et ensuite aller à l’entrainement, c’est juste totalement différent de ce que je faisais à l’étranger. Que ce soit mentalement ou physiquement. C’est un tout autre état d’esprit. »

Si cela conduit à une place en NBA à la fin du camp, tout ce travail accompli – cet été et ses trois saisons à l’étranger- en aura valu la peine.

Traduction de l’article « Christmas: ‘This is my dream' » (ESPN Boston) par Louis Jullien, relecture par Elian Kuhn.