Doc Rivers ne regrette pas Ray Allen

Rajon Rondo est l’une des raisons du départ de Ray Allen, mais ce n’est pas la seule

L’entraineur des Celtics affirme que le temps de la séparation était venu, et qu’il a confiance en son nouveau quatuor d’arrière.

Il fallait bien que les Celtics parviennent à surmonter le départ de Ray Allen à un moment ou à un autre.

Il semble que ce moment est arrivé pour Doc Rivers.

« Je vais vous dire, je préfère [Rajon] Rondo, Avery [Bradley], Jason Terry et Courtney Lee à n’importe quelle autre rotation d’arrières de NBA » déclare [Doc] Rivers.

Alors que la douleur provoquée par le départ de [Ray] Allen est encore vive au sein des supporters, ses anciens coéquipiers ont eux tourné la page. Si ils sont sincères, ils affirmeront tous que Ray [Allen] reste l’un des shooteurs à trois points les plus redoutés de la ligue, mais qu’en ce qui concerne le succès quotidien et l’harmonie de l’équipe, les vétérans des Celtics considèrent le duo [Courtney] Lee et [Jason] Terry comme des remplaçants plus qu’acceptables.

« Je suis impatient d’associer les deux » confie [Doc Rivers] « J’adore Courtney Lee.  C’est un très bon joueur. Je sais que ça peut paraître simpliste, mais c’est la vérité. Il fait les choses bien. C’est un bon défenseur, que ce soit en un contre un ou au sein d’un collectif, et il a un très bon shoot. Il était le deuxième meilleur shooter à 3 points derrière Ray [Allen]. Je pense que les gens ne réalisent pas à quel point c’est un bon shooter. »

« Ce que j’apprécie le plus chez lui, c’est qui s’est toujours adapté partout où il est allé. Il accepte son rôle et se contente de jouer. Ce genre de joueur est plutôt rare. »

Lors des derniers mois passés à Boston, il est devenu évident que Ray [Allen] était de plus en plus mécontent de sa place au sein de la hiérarchie des vétérans.  Il voulait débuter dans le 5 mais on lui demandait de sortir du banc, ce qu’il a fait sans broncher, en tout cas en public. Il a également été blessé par les révélations sur son transfert avorté à Memphis juste avant la date limite des transferts.  Le très consciencieux vétéran a également été irrité par Kevin Garnett et sa manie d’esquiver certaines sessions médias et autres opérations de communication qui incombaient de facto à Ray Allen.

Au moment de discuter prolongation de contrat, [Ray] Allen s’est senti offensé de ne pas être l’une des priorités du club. Dans le même temps, sa relation discordante avec [Rajon] Rondo n’était plus qu’un secret de polichinelle.

« Ce n’est pas juste de tout mettre sur le dos de [Rajon] Rondo. Ray [Allen] n’est pas parti à cause de [Rajon] Rondo, il est parti de lui même. Il voulait d’avantage la balle, il voulait plein de choses différentes. Il ne se sentait pas aimé. Ça ne fait pas de Ray [Allen] un mauvais garçon. » déclare ainsi Doc Rivers.

« J’étais en partie responsable de [son mécontentement]. J’ai pris certaines décisions sur la manière dont nous devions utiliser Ray, et je dirais que Ray a plutôt bien rempli son rôle. »

 « Au sujet de ma décision de donner davantage la balle à Rajon, c’était le problème de Ray, pas de Rajon. Rajon était celui qui avait le ballon, mais ce n’est pas de sa faute. »

Doc Rivers a également déclaré qu’il était conscient que l’ancien Supersonic n’était pas satisfait de son rôle la saison dernière, mais qu’il avait tout de même été surpris de tous les problèmes dont son ancien partenaire de golf a parlé au moment de rejoindre le Heat.

 « Si un joueur se plaint beaucoup, c’est probablement mieux qu’il parte. Parfois certains joueurs laissent les choses se dégrader et restent dans la même équipe. C’était probablement mieux pour tout le monde que Ray parte. »

Traduction partielle par Elian Kuhn et Louis Jullien de « Doc Rivers OK without Ray Allen » (ESPN Boston), relecture par Léo Hurlin.