Collins et Milicic : prêts et dévoués à l’équipe

Signés par Boston au même titre que des joueurs comme Jason Terry, Jeff Green, Courtney Lee ou Jared Sullinger, Jason Collins et Darko Milicic font moins rêver. Pourtant, seuls pivots de métier et d’expérience dans ce groupe, ils devraient avoir un rôle non-négligeable au cours de la saison. Toutefois, ni l’un ni l’autre ne manquent de lucidité lorsqu’ils doivent évoquer leur place dans ce groupe.

Ainsi, après 11 saisons passées dans la ligue, Jason Collins – signé pour une saison au minimum vétéran – aura certainement son utilité face aux joueurs du calibre de Dwight Howard ou de Andrew Bynum, mais ne devrait pas avoir un temps de jeu très régulier lors de la saison régulière, ce qu’il accepte très bien.

« Je me dois d’être prêt », a-t-il déclaré juste avant le tournoi de golf Celtics’ Shamrock Classic. « Je ne peux pas prédire quand mon nom sera appelé, mais mon boulot sera d’entrer, de faire valoir mon physique, d’être solide en défense et de contribuer offensivement quand il le faudra. Nous avons beaucoup de joueurs prolifiques. Je ne pense pas que ce soit ce qu’ils attendent de moi. »

Bien vu Jason. En effet, ce sont la taille de Collins, son statut de vétéran et son professionnalisme respectable qui ont attiré les Celtics cet été.

De son côté, Collins considérait déjà Boston avec autant de respect : « C’est une chance de jouer pour Doc Rivers avec des futurs Hall of Famers, et cela me semble être la meilleure opportunité pour remporter le championnat. L’équipe est extrêmement bien fournie, car nous avons plusieurs joueurs qui pourraient jouer beaucoup plus ailleurs mais qui adhèrent au projet et préfèrent sacrifier leur temps de jeu pour essayer de remporter un titre. »

Encore un qui avait donc très envie d’être coaché par Doc Rivers, et cela peut se comprendre lorsqu’il ajoute : « Je n’ai entendu que des bonnes choses. Brian Scalabrine a longtemps été l’un de mes coéquipiers à New Jersey, et il m’a parlé de lui. Je n’entendais que des bonnes choses sur sa personnalité et sur le genre de coach qu’il est, et j’espère que cette année sera une réussite. »

Collins, qui s’est considérablement affûté tout au long de l’été, n’aura probablement pas un rôle majeur au cours de la saison, mais la faculté qu’il a à être toujours prêt – son professionnalisme, en somme – aidera sans aucun doute Boston cette saison.

Pour cela, il sera notamment épaulé par Darko Milicic, célèbre malgré lui. Le Serbe, qui portera le numéro 99, a également signé pour un an au minimum vétéran.

Et à peine arrivé, il nous fait déjà part de ses ambitions collectives : « J’ai décidé d’arrêter d’essayer de prouver que je méritais d’être pris en deuxième position de la draft. » Il est vrai que l’immense majorité des fans et analystes NBA n’ont cessé de railler le joueur durant les huit années de sa carrière à ce sujet.

Le joueur en est totalement conscient mais semble s’être débarrassé du poids de sa draft, faisant preuve d’humour : « Pour prouver aux gens qu’ils ont tort [de dire que je suis mauvais], il faudrait que je marque cent points et que je prenne cinquante rebonds par match. »

Nous devrions donc voir un Milicic plus serein, plus mûr, comme libéré d’un lourd fardeau et prêt à contribuer : « Cette année, je me dévouerai totalement aux Celtics, pour montrer que je ne suis pas un égoïste. Ce qui compte, ce n’est pas moi mais l’équipe. Je ferai tout ce qu’il faut et tout ce que l’on me demandera pour aider cette équipe. » Discours qui rejoint donc l’idée de sacrifice évoquée par Collins.

L’impressionnant joueur de 2m13 et 125 kg ajoute même : « S’il faut tuer quelqu’un sur le parquet, je tuerai quelqu’un sur le parquet. »

La formule est forte mais témoigne parfaitement de son envie de bien faire et de son excitation à l’idée de jouer aux côtés de grands joueurs comme Pierce ou Garnett : « Ça va être super. C’est génial d’être avec des gens qui vous poussent à tout donner. Ces gars ont l’expérience des Finales, des campagnes de playoffs réussies. C’est tout ce qu’ils ont en tête : ils ne songent pas à la défaite, ils ne pensent qu’à gagner et – si possible – dès cette année. Ils sont dans les dernières années de leurs carrières et espèrent gagner une ou deux bagues de plus. Je suis là pour les aider autant que je peux. »

En tout cas, Milicic semble s’être physiquement préparé à aller le plus loin possible cette saison :

En attendant de voir le niveau des deux vétérans sur le parquet, on peut déjà dire qu’ils ont une bonne mentalité. Et vous savez aussi bien que moi combien cela importe chez les Celtics.

Traduction partielle de l’article de ESPN Boston « Collins realistic about role with C’s » et de l’article Milicic to do ‘whatever it takes’ to help Celts de CSNNE.com par Léo Hurlin

One Comment on “Collins et Milicic : prêts et dévoués à l’équipe”

Comments are closed.