Qui doit débuter les rencontres : Bass ou Sullinger ?

Lorsque les Celtics ont drafté Jared Sullinger en Juin dernier, on savait qu’ils se renforçaient d’un joueur au grand potentiel et aux fondamentaux solides. Mais qui aurait cru qu’une dizaine de jours avant le début de la saison, entraîneurs, analystes et blogueurs débattraient déjà de la place à lui accorder dans la rotation ?

Pourquoi se pose-t-on la question outre-Atlantique ?

Le rookie issu de Ohio State a tout simplement beaucoup impressionné lors de la pré-saison, compilant 11 points à 56% de réussite et 7 rebonds de moyenne en 25 minutes de jeu. Petit florilège des nombreux louanges qu’il a reçu de la part du microcosme Bostonien :

« [Sullinger] est quelqu’un de très attentif. J’apprécie son QI basket » déclare ainsi Kevin Garnett. Rajon Rondo, lui, va encore plus loin : « Depuis que je suis ici, c’est probablement le rookie le plus brillant que l’on a eu dans nos rangs. Il est très intelligent. Il possède un QI basket élevé et est un quelqu’un de très altruiste. Il n’a pas besoin d’un système conçu spécialement pour lui. Il va chercher ses paniers en faisant le sale boulot. »

Toutefois, les mots les plus importants viennent peut-être de celui qui décide du visage de l’équipe sur le parquet, celui qui a été par deux fois vainqueur du trophée de coach NBA de l’année, Doc Rivers : « Il lui reste encore beaucoup de travail à fournir, mais il fait beaucoup de bonnes choses. Il a l’esprit d’un vétéran. Il ne joue pas comme un jeune premier, si ce n’est qu’il fait des fautes comme tous les rookies en font. Mais il a l’attitude à avoir, et c’est bien de l’avoir parmi nous. »

Concrètement, qu’amène Jared Sullinger à Boston ?

Un des atouts que Sullinger a développé dans son jeu est peut-être le plus important pour Boston : du rebond. Il n’a pas vraiment la meilleure détente de la ligue, mais il a quelque chose qui vaut dix mille fois plus que cela : la gnaque. Il est enclin à se battre constamment pour avoir la meilleure position et faire ce « sale boulot », comme le dit le meneur vedette des Celtics. Et lorsque l’on sait que ces derniers étaient avant-derniers de la ligue l’an passé dans ce secteur – l’honneur est sauf grâce aux Bobcats -, cela prend toute son importance.

L’autre point fort que possède le rookie numéro 7 est intimement lié au premier évoqué, et pour cause : c’est la présence intérieure. Culminant à 2m06, il ne dominera pas par sa taille mais en faisant jouer ses 118 kg. Son jeu au poste bas exploite d’ailleurs parfaitement les capacités que le poids du jeune joueur lui confère.

Enfin, son jeu de passes et sa volonté de tout faire pour progresser tout en améliorant l’équipe sont des bonus non-négligeables. Comme il le dit lui-même,  le fait d’avoir chuté si bas le jour de la draft pour finalement être choisi par Boston « était une bénédiction cachée. La façon dont cette équipe est bâtie et dont nous sommes tous liés m’aide énormément. »

Seulement, il y a un certain Brandon Bass qui est déjà en place, et qui s’en sortait plutôt pas mal.

L’apport de Brandon Bass

Brandon Bass, c’est avant tout quelqu’un de très humble et de très professionnel. Quelqu’un qui ne chipotera jamais sur son temps de jeu, qui n’ira jamais saborder les ambitions collectives pour réclamer plus de lumière. Il l’a d’ailleurs déclaré, rien n’affectera sa façon de jouer et sa dévotion à l’équipe.

En sortie de banc, on appréciait énormément sa faculté à se démarquer et sa régularité quasi-métronomique.

Toutefois, c’est son association dans le cinq majeur avec Kevin Garnett l’an dernier qui a véritablement lancé la saison de Boston, en redéfinissant la façon de jouer de l’équipe.

Souvenez-vous, les Celtics alignaient ainsi deux ailiers forts très adroits à mi-distance (et même de plus loin). Cela constituait un casse-tête pour les défenses adverses qui devaient choisir sur qui défendre et quel serait leur poison. Cela permettait également à Rondo d’avoir beaucoup d’espace dans la peinture, et de pouvoir ainsi marquer des paniers faciles ou ressortir la balle pour un trois points – ce qui était bien utile entre autres car le meneur de Boston était vraiment réticent à prendre des tirs.

Mais voilà, l’équipe a bien changé. L’a-t-on resigné trois ans pour le cantonner au banc ? Il faut, pour le savoir, faire l’état des lieux.

Quel est le visage actuel de l’équipe ?

Le temps du jeu sans ballon reposant sur la capacité de Rajon Rondo à trouver coûte que coûte le partenaire démarqué est (plus ou moins) révolu. Le départ de Ray Allen a été plus que compensé par les arrivées de Jason Terry et Courtney Lee, meilleurs manieurs de balle. L’équipe a retrouvé un Jeff Green percutant, et devrait bientôt pouvoir compter sur la dimension athlétique de Chris Wilcox. Elle s’est même trouvée un pivot de métier prêt à tout pour contribuer en la personne de Darko Milicic, qui fut incontestablement jusqu’à maintenant une bonne surprise et une présence intérieure assez appréciée.

Bref, on peut dire objectivement que Danny Ainge a frappé fort cet été et a bien œuvré pour renforcer l’équipe (en particulier son banc) et la rapprocher du niveau du Heat de Miami, son principal concurrent à l’Est.

Du nouveau chez les Celtics version 2012-2013

Avec un groupe plus athlétique, plus rapide, plus jeune et moins dépendant que l’an dernier des éclairs de génie d’un joueur de la trempe de Rondo (de plus en plus mûr), Boston n’a plus autant besoin d’écarter les défenseurs de la raquette.

L’équipe possède un banc très complet, composé (quand Avery Bradley reviendra) de plusieurs joueurs extérieurs capables de prendre feu n’importe quel soir : Jeff Green, Courtney Lee, Jason Terry, voire Leandro Barbosa lorsque celui-ci aura signé.

Cependant, qu’en est-il du secteur intérieur ?

Deux profils différents pour un poste

C’est en effet là le cœur de l’article, l’équipe pouvant désormais légitimement songer à s’appuyer sur ses grands et espérer peser à l’intérieur.

Soyons d’accord : que Sullinger débute ou non les matchs, la rotation qu’il fera avec Bass sera dans tous les cas de figure d’excellente qualité. Les deux sont capables d’amener de façon régulière leur douzaine de points et quelques rebonds. Néanmoins, ils auront tous deux une façon de le faire qui sera bien différente, chacun avec ses forces et ses faiblesses :

Brandon Bass est là depuis une saison. Il connaît la maison, les systèmes. Jared Sullinger est un rookie qui doit encore beaucoup apprendre, et notamment comment marquer des paniers sur des défenseurs plus grands que lui. Brandon Bass, de son côté, amènera toujours son tir si fiable et si dur à contrer.

Ne nous y méprenons cependant pas, Sullinger sait marquer de différents endroits du terrain : il a ça en lui. Brandon Bass, en revanche, n’est pas le plus adroit des joueurs qu’il soit près du panier. De plus, là où « No Pass » Bass sera en difficulté sur des prises à deux, le rookie saura ressortir le ballon et n’enrayera pas l’attaque.

S’il est acquis que Brandon Bass créera de l’espace pour Rajon Rondo à des moments déterminants, on peut également être sûrs que Jared Sullinger sauvera des possessions cruciales par son activité au rebond.

Par ailleurs, la présence au poste bas du jeune numéro 7 et sa propension naturelle à faire avec ce qu’on lui donne ne stéréotypera pas le jeu de Boston et le rendra constamment dangereux pour les adversaires, ce qui contribuera à libérer Kevin Garnett.

Si c’est Brandon Bass qui reste titulaire, la paire atypique qu’il forme avec Kevin Garnett sera toujours source de migraines pour l’entraîneur adverse. Jared Sullinger aura du temps pour apprendre.

Si Jared Sullinger intègre le cinq majeur, il assisterait de très près aux cours du professeur Garnett et progresserait à vitesse grand V, tout en faisant profiter Boston de son grand QI basket. En sortie de banc, Brandon Bass pourrait grâce aux pick-&-pops continuer à créer de l’espace pour Terry et Green.

Ce qui est sûr et certain, c’est que celui qui des deux sera titulaire se verra associé à Kevin Garnett, qui masquera sans relâche leurs carences défensives respectives.

Le mot de la fin

Vous l’aurez compris, personne ne peut dire comment jouera Boston. Tout réside dans la question de savoir comment Doc Rivers souhaite s’approprier les armes qui lui sont fournies et quelle sera sa philosophie de jeu. Et la décision finale lui revient évidemment. Apprécie-t-il ce qu’il voit du rookie ? « Oui. Je ne sais pas encore ce que je déciderai, mais ce que je vois me plait. Et j’aime avoir Brandon [Bass] en sortie de banc, car c’est un scoreur de plus, et c’est quelqu’un qui sait déjà comment jouer. »

Pour finir, nous allons vous donner la parole : que décideriez-vous et pourquoi ? On dirait que Jared veut savoir.
Par Léo Hurlin

13 Comments on “Qui doit débuter les rencontres : Bass ou Sullinger ?”

  1. C'est vrai qu'à ce jour on a de la peine à se décider tant les deux joueurs sont doués (chacun à sa façon). Peut-être que Bass sera préféré à Sully pour les premiers matchs afin que celui-ci puisse encore engranger de l'expérience ! J'ai qu'un mot : HÂTE !

    Super article Léo (y)

    1. Pour moi, je laisserai Bass dans le 5 pour le début de saison, et regarder comment Sullinger progresse… après je sais pas si pour le "moral" de Bass, c'est vraiment bon de le passer dans la 2nd unit en cours de saison.
      En tout cas j'ai adoré ce que j'ai vu de Bass la saison dernière, je lui laisserai sa place de titulaire 🙂

      Excellent article en tout cas 🙂

  2. N'ayant pas eu le temps de voir les match de Sullinger et ce de Boston je pourrait pas donner mon avis clairement tant que j'aurai la pas vue jouer. ,mais Bass a fait du bon taf l'an dernier surtout en PO ou il a était très bon . Mais comme dis marc je le laissera dans le 5 au départ et au fil du temps si Sullinger maintien sont niveaux quand l'intensité et les gros match arriveront je le mets starter , en tous cas entre Bass KG Sullinger voir Darko et Melo ont et bien a l’intérieur .

    Tres belle article en tous cas

  3. Peu importe qui commence^^ Ce qui est sûr c'est qu'ils se partageront le temps de jeu au poste 4 sans que l'équipe n'y perde. Et c'est bien là le principal !
    En relisant la dernière déclaration de Doc, je pense que Sully devrait débuter assez rapidement mais attention de ne pas le cramer dès les 1ers games. Laissons lui un peu de temps.
    Par contre, une fois Bradley de retour, j'ai du mal à imaginer le partage du temps de jeu sur les postes 1 et 2. Pour moi il y a un joueur de trop.

  4. Superbe article! comme d'hab quoi 😉
    Pour le début de match, moi je choisis Bass pour sa complémentarité avec KG, mais bon, à voir en cours de saison, j'pense que Doc aura l'occasion de tester Sully dans le 5 lors de matchs contre des équipes mineures.
    En tout cas, article vraiment agréable à lire, on sent qu'il y a du boulot derrière, merci à vous!

  5. Très bon article !
    J'avoue que je suis pas fan numéro 1 des Celtics (bien que j'apprécie énormément cette Franchise) mais ce genre d'article va me pousser à venir plus souvent ici !
    Sinon, je serais comme HFT, je mettrais Bass en début de saison, parce qu'il a l'habitude de jouer avec KG. Sullinger, selon ses perfs, pourrait rentrer dans le 5 en cours de saison !

    1. Merci ! Ce genre de retours est très motivant, encore plus lorsqu'il émane de quelqu'un qui n'est pas particulièrement fan.
      Si notre travail pouvait contribuer à rendre les Celtics plus intéressants à suivre pour quelqu'un comme toi, je crois que ce serait la meilleure récompense.

  6. Super article, franchement pour avoir vu Sully joué a long terme Boston a son intérieur…fin (dans son jeu) ultra technique, fort en attaque et au rebond, mais je trouve surtout que c'est un super leader, qui donne tout pour son équipe. Il a le basket dans le sang. Pour lui, la phase d'apprentissage sera courte, il va vite être NBA ready et va pouvoir exploser tranquillement.Mais je pense qu'il faut laisser Brandon jouer en premier temps, ça a bien fonctionné et comme le dit la formule… et puis au fur et a mesure de la saison, donner un rôle croissant a Jared selon son efficacité ! Très bon article en tout cas !

  7. Très bonne article ! 1ère fois que je vient sur ce site et je suis déjà fan ! On a tellement de mal à trouve des articles complets Celtics !
    Merci beaucoup

    Bass va commance car il a l'expérience mais je pense qu'il auron a peut près le même temps de jeux même si l'équipe parait plus équilibre avec notre jeune rookie prodige !

  8. je pense que bass devrait rester dans le cinq et sully se doit de prouver (même si il le fait déjà très bien) qu'il mérite plus de minutes et de responsabilités, comme il est dit dans cet article il est jeune et a encore beaucoup a appendre. laissons lui le temps de grandir et je pense qu'il deviendra un majeur incontestable de l’équipe

    superbe article merci.

  9. Super article, comme tous ceux que j'ai pu lire ici!
    Personnellement, je vote Sullinger, certes il n'a aucune expérience, mais la gnaque, la rage, ça ne s'apprend pas, et avec une personne aussi expérimenté qu'un Kévin Garnett, c'est un grand atout. Un starter capable de mettre le ton d'entrée au niveau de l'intensité, du rebond est beaucoup plus important que l'apport de Bass à ce moment là du match.
    Je vois parfaitement Bass dans un rôle de dynamiteur, à un moment du match où il faut faire le trou, ou révolter les troupes en attaque.

  10. Je change pas d'avis, pourquoi changer une équipe qui (re)gagne ? Sully est très bon mais en titulaire je pense qu'il sortirait à cause des fautes bien trop rapidement malheureusement

Comments are closed.