Celtics 108 – Thunder 100 : les faits marquants

Quel match ! Alors que nous ne donnions pas cher de la peau des Celtics après la déconvenue face à des Spurs diminués, ceux-ci ont su réagir et faire preuve d’une grande intensité de jeu des deux côtés du terrain.

Retour sur ces 48 minutes de jeu durant lesquelles Boston a enfin pris le meilleur sur une des toutes meilleures équipes de la ligue, et qui constituent désormais le match référence de ce début de saison.

Cinq joueurs qui ont tous pesé dans la rencontre

Le moment clé du match :

Les Celtics ont certainement perdu quelque chose lorsque Ray Allen les a quitté pour rejoindre le Heat de Miami, mais ce n’était certainement pas la capacité à rentrer des tirs importants en fin de match.

Tout au long de sa carrière, Terry a acquis la réputation de joueur clutch. Il dira à quiconque l’écoute qu’il adore le dernier quart-temps, ce fameux « money time« . Hier soir, pour son treizième match avec les Celtics, il a pu nous montrer pourquoi.

À 52 secondes de la fin, Kendrick Perkins manque une claquette. Boston décide alors d’accélérer le jeu mais ne parvient pas à trouver un tir ouvert sur la possession suivante. Le ballon revient alors dans les mains de Rondo en tête de raquette. Ce dernier temporise.

Un instant plus tard, le meneur trouve ce qu’il voulait : Terry se démarque grâce à un écran et se retrouve seul derrière la ligne des trois points sur l’aile gauche. Rondo expédie immédiatement le ballon à Terry et le Jet lance un missile qui fait mouche à 36,7 secondes de la fin.

« C’est pour ça que chaque équipe devrait avoir un joueur comme JET », affirmera Doc Rivers à l’issue du match. « Parce qu’il est capable de rentrer les gros tirs. »

La suite ? Le trois points de Terry plonge la foule dans l’hystérie la plus complète, et vient sceller une victoire de rang.

La ligne statistique à ne pas rater :

Jason Terry aime rappeler qu’il n’est jamais aussi bon que dans le « money time« ,  mais hier soir un de ses coéquipiers a été encore meilleur que lui dans ce domaine.

Kevin Garnett a semblé avoir retrouvé ses jambes d’il y a plus de dix ans durant le quatrième quart-temps de cette victoire contre le Thunder. Il a marqué 12 de ses 18 points en moins de 10 minutes (il est resté au total 32 minutes sur le parquet). Durant cette période, il n’a raté aucune de ses 8 tentatives aux lancers, aidant les Celtics à sceller une victoire primordiale.

Son apport ne s’est pas limité au tableau d’affichage. Il a déployé toute son énergie des deux côtés du terrain, que ce soit en venant en aide en défense sur la flopée de scoreurs de Oklahoma City, ou en prenant des rebonds cruciaux. Les 4 fautes sifflées à son encontre (dont aucune n’a donné de lancer à l’adversaire), et les 4 rebonds pris témoignent de cette énergie sur le quart-temps.

Il a été décisif, il a été bon, et il a été le véritable moteur de cette victoire. Pour résumer, KG a été ultra précieux pour les C’s hier.

Kevin Garnett 

Mins  Tirs  3pts LF   +/-  Off  Def  Tot  Pd  Int  Bp  Ct   PTS
32:04   5-11   0-0   8-10   +18   2   7   9   4   1   2   0   18
On a retrouvé le KG intense et décisif.


Le match en chiffres :

– Les deux équipes ont chacune inscrit huit points sur secondes tentatives à 3/7.

– Kevin Durant (29 points) et Russell Westbrook (26 points) cumulent 55 points.

– Dans le sillage des 27 points de Pierce, quatre Celtics ont marqué 16 points ou plus.

– Six joueurs des deux équipes ont commis quatre fautes ou plus.

– Les Celtics ont inscrit 52,9% de leurs tirs primés (9/17).

– Avec ses neuf prises, Kevin Garnett termine meilleur rebondeur de Boston.

– Jeff Green se fend de 17 points (6/11) en sortie de banc.

– Durant et Westbrook ont respectivement tenté 20 et 21 tirs. Pierce est celui qui en a tenté le plus (16) pour Boston.

– Kevin Garnett a réussi huit de ses 10 lancers francs.

– Avec ses 17 points et ses 13 rebonds, Serge Ibaka compile le seul double-double de la rencontre.

– Rajon Rondo a réussi deux fois plus de passes (16) que Westbrook, meilleur passeur côté Thunder.

– L’écart a atteint neuf points en faveur de Oklahoma City, qui a également inscrit neuf points sur contre-attaque. Côté Boston, l’écart a grimpé jusqu’à 14 points, ce qui est aussi le total de points inscrits par les verts en transition.

– Le banc des Celtics a surclassé celui du Thunder 35 à 13.

La citation du soir :

Doc Rivers sur le temps de jeu de Kevin Garnett : « C’est comme avec ces portables prépayés que l’on achète à 7-Eleven*. Il n’y a que 32 minutes de disponibles. Une minute de plus et le téléphone ne fonctionne plus. »

*(ndT : commerce de proximité outre-Atlantique)

Résumé du match :

http://www.youtube.com/watch?v=dL6lqSWxnTI

Traduction de l’article « Keys to the game » par Louis Jullien et Léo Hurlin.