Les Celtics pensent être sur la bonne voie

Les joueurs semblent avoir entendu l’appel de Doc Rivers à plus de dureté dans le jeu.

Avec un bilan de 9 victoires pour 8 défaites, les Celtics sont conscients d’avoir plusieurs problèmes à régler, que ce soit la défense sur pick-and-roll, la lutte au rebond ou leur incapacité à finir les quart-temps.

Mais plus que ces soucis de jeu pur, l’aspect mental est revenu au centre des priorités surtout depuis l’échauffourée de mercredi dernier contre les Nets qui a vu Rajon Rondo pousser Kris Humphries à la suite d’une faute grossière dans les airs sur KG. Rondo a été logiquement expulsé et suspendu quelques matchs, et malgré le côté physique de l’incident, ce qui revenait sur toutes les lèvres était l’état d’esprit à la fois de Rondo, mais aussi de toute l’équipe.

Rondo a écopé de deux matchs, mais le reste de l’équipe n’a pas eu une telle opportunité de pouvoir prendre du recul et faire son auto-critique. Doc Rivers a donc pris les devants et a lancé quelques piques à ses troupes en affirmant que les autres équipes considéraient les C’s comme étant « soft ». Il en a ainsi profité pour appeler son équipe à réagir sur ce point.

Depuis, les Celtics ont compris que le match commençait dans la tête avant même l’entre-deux, et qu’il faut garder le même état d’esprit pour chaque rencontre.

 « Je ne comprends pas » a admis Paul Pierce après l’entrainement de mardi. « C’est notre boulot, on connaît nos faiblesses, on s’en rend compte à l’entrainement, on en parle sans arrêt. On doit juste imprimer ça dans nos têtes, c’est tout. »

« Peut-être que ça passera en regardant des matchs où nous avons bien joué et en se disant « On en est capables ». Il faut juste qu’on rentre sur le terrain en se focalisant sur ce qu’il faut faire. On doit être plus physique, aller au rebond et défendre pour gagner. »

Jeff Green ajoute :

« Ce n’est pas compliqué, il faut juste le faire. On doit se préparer avant le match et essayer de rester le plus concentrer possible .»

L’équipe semble avoir pris les remarques du Doc à cœur. Pour leur premier match après ces déclarations, les Celtics ont surclassé les Blazers à domicile. Le lendemain, ils ont démarré le match tambour battant par un 17-0 contre les Bucks de Milwaukee.

Doc Rivers heureux

Même s’ils se sont finalement inclinés de 3 petits points, ce démarrage en trombe contraste fortement avec ce qu’on a pu voir les semaines précédentes. Ce n’était pas seulement une meilleure mise en œuvre des systèmes offensifs et défensifs, il y avait derrière ces actions une détermination retrouvée.

Ce 17-0 est pour beaucoup dans l’optimisme actuel des C’s. Certes ils ont perdu, mais ils ont surtout vu ce qu’ils avaient envie de voir : un effort mental où l’envie de gagner était présente du début à la fin.

 « Sur les deux derniers matchs, je suis satisfait de ce que l’on a montré » confirme Rivers. « Cependant, on doit continuer à aller dans ce sens. On doit encore être plus réguliers. Vous pouvez être régulier et perdre un match, le match contre Milwaukee en est un bon exemple. J’ai aimé notre état d’esprit, mais on doit juste encore travailler notre régularité. On a joué dur lors des deux derniers matchs et aujourd’hui à l’entrainement. Il faut qu’on arrive à garder cette mentalité. »

Mais Rivers ne se fait pas d’illusions. Il sait que ses joueurs sont humains et peut importe son acharnement à faire rentrer cet état d’esprit dans leurs têtes, il leur arrivera de passer à côté de certains matchs.

 « Vous ne pouvez pas [y arriver sur la totalité des 82 matchs de la saison], mais vous pouvez avoir votre propre manière de jouer » concède Rivers. « On n’en est pas encore à ce stade-là. Une fois qu’on y sera, on aura toujours quelques ratés, c’est la vie, et je peux l’accepter. Mais il faut qu’on se prépare chaque soir à faire un grand match. »

Rajon Rondo rejoint son coach sur l’importance d’aborder les matchs avec le bon état d’esprit, et que cela doit venir de tous les joueurs.

 « Parfois certains joueurs n’y sont pas, c’est dans ces moments que les joueurs du banc doivent hausser leur niveau de jeu » analyse Rondo. « C’est difficile à faire sur 82 matchs, mais on est des professionnels, on est payés pour, et ce n’est pas un boulot compliqué. Il suffit d’avoir la bonne approche mentale et de prendre soin de son corps. »

Garnett scream

La défaite contre Brooklyn est peut-être l’électrochoc dont Boston avait besoin, et la défaite contre Milwaukee celle qui prouve qu’avec le bon état d’esprit on peut réussir de belles choses. Si les Celtics arrivent à reproduire régulièrement ce qu’ils ont montré lors du premier quart-temps, le bilan de l’équipe pourrait rapidement s’améliorer.

 « Je pense qu’on joue mieux » note Courtney Lee. « Même après la défaite contre Milwaukee, Doc a insisté sur notre progression, on a joué les uns pour les autres, en essayant de faire l’extra-passe. Ça doit être ça notre identité : se couvrir mutuellement en défense, et être agressif et faire tourner la balle en attaque. »

Peut-être que c’est l’excitation avant d’enfin rejouer ce soir contre Minnesota, ou peut-être est-ce la satisfaction d’avoir vu ses coéquipiers très bien se débrouiller sans lui, mais les remarques de Rondo laissent présager un regain de vigueur chez les Celtics.

 « Je veux être meilleur, je veux gagner huit ou neuf matchs de suite » s’enthousiasme le meneur. « Pour ça il faut s’entrainer dur, et rester concentré pendant les matchs. Je veux tout donner pour mes coéquipiers et tenter de ramener quelques victoires. On doit aussi y arriver à l’extérieur. On se doit de faire un bon mois de décembre. Novembre est derrière nous, on a un bilan de 9-8, un nouveau mois démarre et j’ai hâte d’en découdre. »

Traduction de l’article «Celtics say their heads are straight» par Louis Jullien, relecture par Elian Kuhn

One Comment on “Les Celtics pensent être sur la bonne voie”

Comments are closed.