Bilan individuel : début de saison 2012-2013 (partie 2)

(partie 1)

Jeff Green

Ses moyennes : 23,4 minutes ; 41,8 % aux tirs ; 3,2 rbds ; 0,8 pad  ; 9,8 pts

: Heureusement que Jeff Green est là pour nous offrir quelques gros dunks et nous faire momentanément oublier le niveau de jeu de nos C’s (vous trouverez son top 5  ici) ! Ses tirs à trois points dans le coin sont également de plus en plus fiables (bien qu’il n’affiche que 32,8 % de réussite globale aux tirs derrière l’arc).

: Je sais que certains ne seront pas d’accord avec moi, mais je trouve toujours que Jeff Green force trop ses tirs lorsqu’il pénètre. Il gagnerait à apprendre à faire ressortir le ballon car ils sont souvent 3 voire 4 à l’attendre sous le panier. De plus, sa défense reste tout juste acceptable.

Bilan : 10/20. Il reste encore beaucoup à prouver pour Jeff Green. Mais, circonstance atténuante, il ne faut pas oublier qu’il n’a pas joué la saison dernière et a subi une opération à cœur ouvert il y a un an. Donc laissons-lui encore un peu de temps avant de véritablement juger son niveau.

Brandon Bass

Ses moyennes : 26,2 minutes ; 44 % aux tirs ; 5,3 rbds ; 0,8 pad ; 8,1 pts

+ : Brandon Bass est devenu beaucoup plus agressif en attaque (comprenez : il attaque le cercle) que la saison passée durant laquelle la plupart de ses tirs étaient des tirs à mi-distance.

: Son tir à mi-distance est beaucoup moins fiable. Mai, je pense que c’est notamment parce qu’il y a moins de pick&pop entre Rondo et Bass (et avec Garnett) que l’an passé alors que ce type de système permettait à Bass d’avoir 3 ou 4 tirs ouverts à chaque rencontre et donc d’être beaucoup plus en rythme. Les points qu’il marque cette année sont souvent inscrits au poste, et donc plus « fatigants ». Ses nombres de minutes (31,7 l’an passé), de rebonds (6,2) et de points (12,5) sont également en baisse.

Bilan : 11/20. Brandon Bass est clairement moins bon que l’an passé, mais je lui donne le bénéfice du doute car il me paraît être désavantagé par les nouveaux systèmes de l’équipe. Boston y gagnerait probablement à lui donner plus de tirs ouverts et à davantage utiliser ses qualités.

Brandon Bass brille moins, mais Doc Rivers ne l’y aide pas.

Courtney Lee

Ses moyennes : 24,1 minutes ; 46,7 % aux tirs ; 2,2 rbds ; 1,2 pad ; 6,7 pts

: Quoi qu’on en dise, et malgré un début de saison poussif, Lee remplit bien son rôle de défenseur et arrive souvent à contenir son adversaire direct. Il est également capable, lorsqu’il est agressif, d’être productif offensivement et de marquer une dizaine de points par match.

: « Lorsqu’il est agressif », c’est bien ça le problème. Courtney Lee gagnerait peut-être à être moins timide offensivement (il marquait tout de même 11,4 points par match la saison passée avec Houston, bien qu’il jouait également 6 minutes de plus). De plus, il tire à seulement 30,6 % à trois points (contre 40,1 % l’an passé !).

Bilan : 12/20. Courtney Lee semble être la recrue qui remplit le mieux son rôle jusqu’à présent par son apport défensif. Il paraît cependant capable d’apporter quelques points en plus de l’autre côté du terrain.

Jared Sullinger 

Ses moyennes : 18,2 minutes ; 47,9 % aux tirs ; 5,2 rbds ; 0,7 pad ; 5,4 pts

+ : Le rookie en veut, et ça se voit. L’ancien d’Ohio State se bat en effet sur tous les rebonds, en témoigne cette statistique : il est le Celtic qui prend le plus de rebond offensif avec une moyenne de 1,8 par match, alors qu’il ne fait « que » 2m06. Dans la lignée des intérieurs de l’équipe, il possède également un bon tir à mi-distance et ses rotations défensives s’améliorent match après match.

– : Sullinger paye parfois son manque de taille dans la raquette, notamment en défense. Il connaît également quelques difficultés au poste en attaque alors qu’il excellait dans ce domaine en NCAA (mais les défenseurs n’étaient pas aussi grands/vifs). Son nombre de fautes se révèle également souvent être un problème, même s’il n’est pas vraiment aidé par les arbitres.

Bilan : 13/20. Bien qu’il ne soit que rookie, Sullinger est le joueur le plus satisfaisant hors Big Three de ce début de saison.

Jared Sullinger est l’une des satisfactions de ce début de saison.

Leandro Barbosa

Ses moyennes : 11,8 minutes ; 40,2 % aux tirs ; 0,9 rbds ; 1,3 pad ; 4,9 pts

: Leandro Barbosa a démontré en début de saison qu’il n’avait rien perdu de son talent offensif (16 points contre le Utah Jazz le 14 novembre et 17 points à Brooklyn contre les Nets le lendemain) et sa défense s’est avérée meilleure que prévu.

: Cela ne semble cependant pas avoir convaincu Doc Rivers, qui l’a peu à peu sorti de la rotation. Le Brésilien multiplie en effet les « DNP » (Did Not Play, n’a pas joué) depuis le 5 décembre (bien que certains étaient pour cause de blessure). Et ce n’est pas son 1/6 aux tirs à Chicago contre les Bulls le 18 décembre qui va arranger les choses.

Bilan : 9/20. Malgré un bon début de saison, Barbosa ne répond pas ou plus aux attentes, et le retour d’Avery Bradley risque de faire diminuer encore un peu plus son temps de jeu.

Chris Wilcox

Ses moyennes : 13,3 minutes ; 71,4 % aux tirs ( !) ; 2,3 rbds ; 0,2 pad ; 4,7 pts

+ : Chris Wilcox aime courir et dunker sur alley-oop. Que du bonheur pour Rondo donc. Et c’est sûrement principalement pour cette raison que l’ancien Piston a été resigné cette saison. Son bon tir à mi-distance peut également être un atout non-négligeable.

– : Oui, parce niveau défense ce n’est pas encore tout à fait ça, ses rotations sont en effet parfois lentes et il n’est pas très dissuasif dans la raquette (seulement 0,4 contre par rencontre). Son nombre de rebonds par rencontre est également faible.

Bilan : 11/20. Chris Wilcox fait bien ce qu’on lui demande de faire, à savoir courir des deux côtés du terrain.

Chris Wilcox en train de faire ce qu’il fait de mieux : dunker.

Jason Collins

Ses moyennes : 14,2 minutes ; 33,3 % aux tirs ; 2,2 rbds ; 0,1 pad ; 1,1 pts

: Jason Collins est maintenant titulaire depuis sept rencontres pour une bonne raison : la défense. Et il remplit, selon moi, bien son rôle de dernier rempart en dissuadant les pénétrations adverses. Tel un Perkins à la grande époque (en moins bon, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit), il est également capable de poser de solides écrans.

: Problème : il manque tout le reste : il prend en effet peu de rebonds et (2,2 par matchs ? en 14 minutes ? à 2m13 ?) et son apport offensif est inexistant (il ne touche pratiquement jamais la balle en attaque et ne tire qu’à 33 %).

Bilan : 10/20. Jason Collins remplit son rôle, mais sans plus.

Non notés : Avery Bradley, Kris Joseph, Jarvis Varnado

Article écrit par Elian Kuhn, relecture parLéo Hurlin.