Pour Doc Rivers, les rumeurs sont imputables aux médias

C’est un Doc Rivers des plus las qui a qualifié ce mardi les dernières rumeurs concernant les Celtics de « stupides » et d’uniquement dues aux médias. Plus tôt dans l’année, plusieurs joueurs cités par les rumeurs les avaient déjà balayées d’un revers de main. 

« Tout vient des médias, » a lancé le coach des Celtics. « Rien ne provient de nous. Vraiment, je tenais à le dire. Il m’arrive de les trouver intéressants mais parfois, ce qu’ils racontent est juste stupide. Complètement stupide.  Il arrive que je me réveille et que je tombe sur une rumeur dont on ne m’a même pas fait part dans mon bureau. C’est idiot. »

Rivers a poursuivi en disant :

« J’ai entendu dire – sans rire – que j’avais dîné avec Chauncey Billups, Kevin Garnett et Paul Pierce. Sur le coup, je me suis dit ‘mince alors, j’aurais aimé le savoir. Ça m’aurait rendu service, car je les aurais obligé à m’inviter et j’aurais pu dîner à l’œil.’ Mais franchement, tout ce qu’on entend est ridicule. Et pour vous donner mon avis, je ne pense pas que cela provienne de nos médias locaux. Pour moi, n’importe qui peut s’asseoir devant son ordinateur et écrire ce qu’il veut. Le truc, c’est que c’est votre travail de relayer cela. Vous ne devriez pas, mais vous le faites et cela devient un problème. »

La rumeur qui revient le plus ces temps-ci envoie Garnett chez les Clippers. De simples discussions entre les deux équipes autour d’un tel échange ont été démenties par diverses sources auprès de ESPN. Selon Sporting News, les Clippers enverraient Eric Bledsoe et Caron Butler à Boston.

« Eh bien, Danny [Ainge] a clairement annoncé dès notre premier jour ici qu’il ferait toujours ce qui est le mieux pour les Celtics, » a réagi Garnett, interrogé sur les plus récentes rumeurs.

Le joueur, qui peut apposer son veto à n’importe quel transfert via une clause de son contrat, a continué en disant :

« Il n’a jamais fait mystère de son point de vue sur la question, ce que j’ai toujours accepté. Mon sang est vert, je mourrai Celtic. Mais tout cela reste un business, et si on en arrive là, je l’accepterai. Les transferts font partie du jeu. Chaque année, on entend des dizaines de choses. À votre place, je n’y accorderais pas trop d’attention. »

Garnett a alors détaillé le quotidien de nombreux joueurs NBA à cette période de la saison, avec la date-limite des transferts fixée au 21 février :

« C’est un moment de l’année où l’on commence à entendre beaucoup de choses. Il y a du vrai, du faux et il est important de faire abstraction de ce genre de choses, de rester capable de jouer sans être perturbé par tout cela, » raconte Garnett. « Si ça doit arriver, ça arrivera. On ne peut pas contrôler ça. Autant se focaliser sur ce que l’on peut gérer. Sa façon de jouer, sa famille… C’est la meilleure façon de se préparer à faire ses bagages. »

Pierce, quant à lui, a une nouvelle fois affirmé que les rumeurs ne l’affectaient pas, soulignant le fait qu’il préférait laisser les choses se faire.

« Je n’y prête vraiment aucune attention, » a affirmé Pierce. « Ce qui doit arriver arrivera. Les choses se font telles quelles, comme lors d’une draft. C’est ce qui s’est passé pour la mienne. Donc tous les trucs de ce genre ne m’atteignent pas. Ni moi, ni mon jeu, ni ma façon de m’entraîner et d’aborder chaque journée. »

Le capitaine des Celtics a conclu en disant :

« Je prends tout ça au jour le jour. Je profite de la situation, de la présence de mes coéquipiers et comme je vous l’ai dit, je ne peux rien faire de plus. »

Pour en revenir aux rumeurs, Rivers a déclaré qu’il serait surpris si l’effectif actuel n’était pas conservé jusqu’à la fin de la saison. Il indique que sa discussion la plus poussée avec Ainge avait pour sujet la défaite des San Francisco 49ers lors du Super Bowl dimanche dernier.

« Oui, cela m’étonnerait. Mais vous savez, on ne sait jamais. Cependant, le simple fait que Danny et moi n’ayons discuté que des erreurs de Kaepernick (quarterback des 49ers, ndT) durant le dernier quart-temps me donne une idée sur notre situation actuelle. »

Traduction de l’article de ESPN Boston « Doc Rivers: Trade talk media driven » par Léo Hurlin, relecture par Elian Kuhn