Échos de l’entraînement : Boston se prépare à affronter les nouveaux Raptors

C’est avec quatre victoires d’affilée en poche que les Celtics se sont préparés à affronter une équipe remaniée des Raptors mardi dernier à l’entraînement. La franchise de Toronto a en effet acquis l’ailier Rudy Gay la semaine dernière, dans un échange à trois équipes.

Boston et Toronto ne s’étaient pas revus depuis novembre dernier. Les verts s’étaient alors imposés 107-89.

Selon Doc Rivers, ce transfert a permis aux Raptors de bien s’améliorer.

« Ils sont meilleurs, » affirme-t-il. « Ils ont ajouté un très bon joueur offensif à une équipe déjà capable de marquer beaucoup de points – même si cela ne s’est pas trop vu cette saison. Et avec Lowry de retour, ils peuvent encore plus courir qu’avant. Donc ils peuvent vraiment élever le tempo. »

Il revient ensuite sur l’évolution de ces Raptors depuis le début de l’année :

« Au début, ils n’avaient pas fait suffisamment d’entraînements, donc ils n’avaient pas grand chose à proposer dans leur jeu. Maintenant que c’est le cas, ils vont devenir bien meilleurs. »

Les Raptors n’ont joué que deux matchs (une victoire, une défaite) depuis que Gay est arrivé, mais ont su remporter une victoire autoritaire face aux Clippers de Los Angeles lors du premier match de ce dernier.

« J’ai regardé quelques vidéos de Gay avec DeRozan et ils ont l’air carrément explosifs, » glisse Paul Pierce. « Je les ai vus marquer beaucoup de points. Donc forcément, l’idée qu’ils associent un talent tel que Rudy Gay à des gars comme DeRozan, un Kyle Lowry en forme et tous leurs jeunes prospects performants laisse penser qu’ils peuvent être dangereux. »

Pour conclure cet article, quelques brèves recueillies lors du dernier entraînement :

Pas de nouveau pour Rondo : Doc Rivers n’a « aucune idée » de la date à laquelle Rondo sera opéré afin de réparer sa rupture des ligaments croisés. Cette blessure est synonyme de fin de saison pour le joueur.

« Pour être honnête, je n’en sais absolument rien, » a signalé le coach.

Les Celtics sont-ils des outsiders ? Après avoir perdu Rondo et le rookie Sullinger, Rivers ne sait pas si ses Celtics doivent ou non être considérés comme des outsiders. Toutefois, il souligne que ses joueurs ne se sont pas posés cette question.

« Je ne sais pas, vraiment pas. Je peux vous affirmer que nous n’en avons pas parlé, » répond-t-il. « Nous ne nous sommes pas concertés pour nous dire ‘nous sommes des outsiders.’ Je pense que les équipes ont toujours à cœur de nous battre, peu importe qui nous alignons sur le terrain. C’est un peu le résultat de ce que nous avons fait ces dernières années à Boston. Mais en ce qui concerne nos joueurs, je n’en sais vraiment rien. Je pense qu’ils se croient bons, et ils ont raison. Je pense qu’ils ne songent qu’à jouer. »

Un poids en moins sur les épaules : Interrogé sur la bonne forme de joueurs comme Garnett, Pierce ou Bryant malgré le fait que ceux-ci aient largement dépassé le cap des 30 ans, Rivers a reconnu une grande différence entre les préparations physiques actuelles et celles pratiquées lorsqu’il était joueur.

Il se souvient de l’apparition des salles de musculation dans les locaux des équipes. Rivers jouait alors en NBA depuis quasiment dix ans.

« J’ai l’impression que les joueurs actuels s’entretiennent bien mieux que nous le faisions. Enfin, je suppose, » indique l’entraîneur des Celtics. « Ils font beaucoup plus de choses que nous à l’époque. Nous jouions au basket tout l’été. C’est marrant mais je me demande si tout cela est bien légal, avec le recul. Sérieusement. J’ai fait la ligue d’été de Chicago, celle de New York, j’ai été à Los Angeles. J’allais de ligue d’été en ligue d’été et c’était comme ça tout l’été. Maintenant, je crois qu’il n’y a que deux ligues d’été. Et elles ne concernent même pas vraiment les équipes. Ce sont juste des matchs organisés entre joueurs pros. C’est tout ce que nous faisions en mon temps.

Maintenant, les gars soulèvent des montagnes et courent sans relâche. Purée, j’ai passé neuf ans dans cette ligue sans avoir accès à une salle de musculation. Je ne parle que des équipes pour lesquelles j’ai joué, mais nous n’avions pas de salle de musculation. Vous imaginez ? Donc oui, je crois que tout cela a bien changé. Je ne vais pas vous dire si c’est mieux ou moins bien comme ça, là n’est pas la question. Tout ce que je sais, c’est que jouer au basket permet de devenir un meilleur basketteur. Du moins, c’est ce que l’on m’a appris. »

Doc au sujet du Super Bowl : Rivers avait pronostiqué une victoire des San Francisco 49ers au Super Bowl de dimanche dernier. Baltimore ayant gagné 34-31, cet entraînement mardi dernier fut entre autres l’occasion pour lui de blaguer avec les journalistes présents sur son pari.

« J’ai beaucoup perdu. L’héritage de mes gosses en a pris un sacré coup, » leur a-t-il lancé. « J’avais dit qu’il y aurait trois points d’écart. Je me suis simplement trompé d’équipe. »

Traduction de l’article de ESPN Boston « Practice: C’s prep for new-look Raptors » par Léo Hurlin, relecture par Elian Kuhn

One Comment on “Échos de l’entraînement : Boston se prépare à affronter les nouveaux Raptors”

Comments are closed.