Terrence Williams en « terrain connu »

À entendre Jason Terry parler de lui, il semblerait que les Celtics ne récupèrent pas en Terrence Williams un simple joueur de plus dans le cadre d’un contrat de dix jours.

« Je le connais bien, » explique Terry au sujet de l’arrière de 1m98 pour 99 kg qu’il a eu l’occasion de fréquenter, les deux étant originaires de Seattle. « Il fait partie des jeunes qui ont grandi par chez moi et qui ont un talent immense. C’est un sacré athlète. Dans cette catégorie, il rivalise avec LeBron, Durant et tous ces joueurs hors normes, » poursuit-il avant d’ajouter : « Il est très athlétique, il sait manier le ballon. Il est vraiment doué. Son seul problème, c’est qu’il n’a jamais été bien encadré, entouré par des vétérans dont il peut apprendre. Je suis persuadé qu’il pourra nous aider. »

Williams, onzième choix de la draft 2009 à sa sortie de l’université de Louisville, a parcouru un sacré petit bout de chemin en NBA : après être passé par New Jersey, Houston et Sacramento, on l’a entraperçu dix jours durant en septembre dernier – déjà chez les Celtics – sans qu’il ne réussisse toutefois à percer dans un effectif alors très complet. Coupé par les Pistons un mois plus tard, il s’était alors envolé pour la Chine.

En NBA, son attitude et son approche du jeu ont à maintes reprises été questionnées, mais Terry est convaincu que Williams règlera ces quelques problèmes avec Boston.

« Dans ses anciennes équipes, il n’y avait pas d’anciens comme Kevin, Paul ou moi pour endosser le rôle de mentor et le soutenir, » se souvient-il. « Je pense qu’avec ce genre de personnes à ses côtés, il va s’épanouir. »

« On espère qu’il restera. Il s’entraînait avec nous en septembre, et il s’en tirait vraiment bien. Pour moi, il a juste fait les frais de la limite de joueurs que l’on nous impose. J’avais remarqué chez lui un grand changement dans son attitude et sa façon d’aborder tout ça. »

« Nous avons parlé récemment, avant même qu’il ne parvienne à un accord avec nous, » indique ensuite le JET. « Il m’a l’air motivé et prêt à tout donner. J’ai hâte de jouer à ses côtés, car je sais qu’il va nous apporter quelque chose d’unique. C’est son genre. »

Doc Rivers n’avait pas grand chose de plus à ajouter à tout cela. Il se souvient néanmoins de la première venue de Williams du côté de Waltham, il y a cinq mois.

« Son vécu dans la ligue m’a interpellé. Nous recherchions tout simplement un joueur capable de se fondre dans notre jeu, que ce soit en attaque ou en défense. »

Avant de le signer, les Celtics ont également supervisé d’autres arrières plus petits mais étaient méfiants quant à l’idée d’associer un énième joueur de ce type à Terry.

« Ils voulaient un arrière plus grand, plus costaud. Williams correspond à ce profil, » conclut Jason Terry.

Terrence Williams (Tim Farrell / Star Ledger)

En bonus, voici la traduction de la fiche NBADraft.net de Terrence Williams (début 2009) :

Le positif : Athlète de haut niveau. Très fort, grosse détente. Parfait pour la NBA. Bon manieur de balle, vision du jeu excellente. Il a joué meneur par séquences à Louisville. Il pense d’abord à la passe avant le tir. Il peut se créer son tir, mais aussi créer pour les autres.

Belle mécanique de tir, que ce soit au niveau des bras comme au niveau du saut. Très bon rebondeur, capable de lancer des contre-attaques instantanément. Poil à gratter en défense, capable de coups d’éclat.

Le négatif : Irrégulier. Il peut dominer comme être totalement transparent. Pas assez agressif, il lui manque souvent l’instinct du tueur. Il marche à la confiance. S’il commence bien son match en attaque, il va probablement continuer à prendre des tirs. Mais s’il manque de réalisme, il est capable de ne même pas chercher à tirer durant le reste du match. Même si personne ne défend sur lui.

Il a tendance à se compliquer la vie lorsqu’il attaque le panier, au lieu de faire parler sa puissance et son physique. Il n’est pas aussi efficace qu’il ne devrait l’être dans ce domaine. Malgré sa bonne mécanique de tir, les pourcentages ne suivent pas bien qu’il ait progressé durant sa jeune carrière et ils restent bien en-dessous de la moyenne.

Son pourcentage aux lancers-francs est médiocre, ce qui limite les effets de son agressivité. Il a donc trop tendance à se rabattre sur un tir en suspension alors qu’il devrait se retrouver sur la ligne au moins cinq fois par match. Il a tendance à prendre trop de risques en défense pour réaliser un contre ou une interception spectaculaire.

Comparaison : Corey Maggette / Tony Allen

Traduction partielle de l’article du Boston Herald « Jason Terry: Terrence Williams can help at guard » par Léo Hurlin

2 Comments on “Terrence Williams en « terrain connu »”

  1. Sa fin de saison avec les nets il y a quelques années aurait dû suffir à le lancer! Malheureusement ce n'a pas été le cas. Joueur très athlétique, bon QI et bon rebondeur.
    J'espère qu'il réussira enfin à Boston avec les Pierce, Garnett et autre Terry à lui de montrer qu'il a sa place dans la ligue !

Comments are closed.