Au sein de la ligue, les avis sont mitigés sur les options des Celtics

Sous couvert d’anonymat, certains GM ont accepté de livrer à Steve Bulpett (Boston Herald) leur point de vue sur la situation des Celtics lors de la deuxième journée du Draft Combine.

« Ils sont foutus, » a ainsi certifié le premier d’entre eux en secouant catégoriquement la tête.

Un autre lui a alors répondu :

« Tant qu’une équipe a des atouts, on ne peut pas dire ça. Les Celtics ont des joueurs qui intéressent les autres équipes. Il y a aussi des joueurs qu’ils auront du mal à bouger, mais Rajon Rondo et même Pierce ou Garnett, ça, ce sont des gars capables d’améliorer n’importe quelle équipe. La question qui se pose ensuite, c’est de savoir ce que pourront récupérer les Celtics en échange et si cela les rendra plus forts. »

Un des GM interrogés sur Rondo a, quant à lui, glissé ceci :

« Je n’ai pas entendu son nom dans les discussions comme ça a pu être le cas auparavant. Mais s’ils veulent remanier l’équipe, il leur faudra au moins accepter qu’il y ait des prises de contact à son sujet dans les négociations. Le problème pour eux, c’est que Rondo se remet d’une sérieuse blessure et les équipes vont essayer d’en discuter le prix. Et ça, Boston ne peut pas se le permettre. Si ça arrivait, les Celtics auraient tout intérêt à le laisser faire son retour sur les parquets et montrer à tout le monde qu’il est bel et bien revenu à son niveau. »

Un autre GM, l’un des plus expérimentés, a tenu à remettre les discussions sur Boston dans le contexte de la conférence Est :

« Le truc, c’est qu’au final, leurs playoffs n’ont pas été terribles. Ils ont eu de bonnes séquences contre New York, mais n’ont pas su les maintenir sur la durée, » a-t-il commencé. « Mais s’il l’on rajoute à cette équipe un meneur All-Star comme Rondo, et si l’on y rajoute un jeune comme Sullinger, qui – alors qu’il n’était qu’un rookie – leur donnait une présence à l’intérieur et qui leur aura manqué par la suite, on obtient une équipe plutôt bonne. Ça ne suffit pas pour battre Miami, mais je ne pense pas que cela soit possible, de toute façon. En tout cas, ils n’auraient pas fini septièmes à l’Est, peut-être même qu’ils auraient pu atteindre les Finales de Conférence. Après, tout est possible. Imaginez que l’équipe d’en face perde un joueur aussi important que ceux que Boston a perdu sur blessure. D’un seul coup, les voilà loin en playoffs. »

Le GM a ensuite explicité son point de vue:

« Que ce soit clair : je ne dis pas que l’équipe telle qu’elle est actuellement a de grandes chances d’être reconduite l’an prochain, parce que même si leurs vétérans reviennent, ils auront un an de plus et il sera encore plus risqué de tout faire reposer sur eux. »

Un autre GM a évoqué l’aspect financier de la chose :

« C’est vraiment compliqué de faire des retouches avec les nouvelles règles, » a-t-il reconnu. « La taxe est devenue une vraie sanction, c’est très casse-pieds. Les équipes situées sur les gros marchés ont toujours un avantage, mais on se rapproche de plus en plus d’une réelle parité entre toutes les équipes. C’est ce que voulait la ligue, mais ça nous complique vraiment la tâche. »

Il ajoute :

« Je ne suis pas certain de connaître la vraie marge de manœuvre dont vont disposer les Celtics. Leurs cadres vieillissent, et ça devient de plus en plus dur de les transférer. Ils vont avoir du mal à trouver une équipe qui acceptera de leur donner des joueurs de valeur pour ne récupérer en échange que des joueurs qui ne joueront plus encore très longtemps, quelque chose comme un an ou deux. Peu d’équipes souhaitent s’orienter sur ce terrain-là, car cela leur imposerait de gagner très rapidement pour que le transfert leur ait été bénéfique. Ce qui est loin d’être garanti. »

Puis il conclut :

« Tout le monde sait que KG et Pierce ont encore le niveau. Mais si vous étiez le GM d’en face, que seriez-vous prêt à lâcher en échange ? Les entraîneurs seraient probablement enclins à faire ce genre de transferts, mais pas les GM ou les propriétaires. »

Steve Bulpett conclut l’article en écrivant que le sentiment général qu’il a recueilli est que les Celtics devront peut-être patienter une saison supplémentaire avant de retrouver de la marge financière et donc de la flexibilité. Ce ne sera probablement pas aussi rude que l’a prédit le premier GM interrogé plus haut dans un possible élan de rivalité, mais il est clair que les Celtics auront du pain sur la planche.

Traduction d’après l’article du Boston Herald « Execs split on C’s chances » par Léo Hurlin

4 Comments on “Au sein de la ligue, les avis sont mitigés sur les options des Celtics”

    1. Arrête, on va finir par prendre la grosse tête 🙂

      Mais c'est vrai que celui-ci est intéressant. Je pense qu'il résume un peu tout. En tout cas, merci de ta fidélité.

  1. Je doit venir sur ce site environ tous les deux jours pour voir si il n'y a pas de nouvel articles, je vous félicite de l'avoir crée et de nous faire partager des articles que l'ont ne verrait surement jamais. Bravo!

    1. Merci beaucoup ! Il arrive de temps en temps que nous ayons des creux selon nos activités mais quand on peut, c'est toujours un plaisir de partager nos lectures… et de voir que cela plaît !

Comments are closed.