Doc Rivers : « Je pense que le transfert de Kendrick Perkins était une erreur »

C’est lors d’un retour au TD Garden pour une œuvre caritative que Doc Rivers a accepté de revenir sur son départ, ses années aux C’s et ses anciens joueurs.

« C’est dur de quitter les Celtics parce que ce sont les Celtics. Sur un plan sportif, ce furent les neuf plus belles années de ma vie, mais je suis également tombé amoureux de la ville. Pour moi, le plus dur est de quitter la ville. J’y ai rencontré des personnes qui ont changé ma vie, et qui resteront mes amis. »

Doc Rivers évoque la personnalité si spéciale de Kevin Garnett :

« Les fans n’ont jamais pu saisir la personnalité de Kevin. J’aurais aimé que la ville puisse mieux le connaître. Je ne connais aucun sportif qui pense plus au collectif que lui. C’est la star la plus altruiste que je n’aie jamais connu. Il pense toujours aux autres, parfois trop, mais tous les entraîneurs devaient pouvoir entraîner Kevin Garnett juste pour voir ce qu’est un vrai joueur d’équipe. »

« Il a fait beaucoup de choses que les gens ne savent pas. Lorsque les rookies arrivaient, il les amenait dans mon bureau, les asseyait, appelait son tailleur et leur disait ‘si tu veux être un pro, tu dois t’habiller comme un pro’. Et il achetait deux costumes à chaque nouveau joueur, chaque année. Pour moi, cela en dit long sur le genre de coéquipier qu’est Kevin Garnett. »

« Il est plein de vie et c’est un super gars dans le vestiaire. Il est tellement altruiste. Il aurait pu marquer 10 000 points supplémentaires s’il avait voulu. Il est le seul joueur que j’ai déjà engueulé pour ne pas avoir pris un tir. Il a toujours eu l’impression que s’il prenait trois ou quatre tirs à la suite, c’était trop. Il avait besoin de passer la balle. »

Le désormais ancien coach des Celtics a également reconnu que le transfert Perkins-Green en 2011 était une mauvaise idée, portant préjudice à Garnett.

« Nous avions besoin de dureté. En perdant Perk, nous avons perdu celui qui protégeait Kevin. Je ne pense pas que cela soit une coïncidence que Kevin se soit retrouvé impliqué dans plus d’altercations après le départ de Perkins. Perk permettait d’éviter tout cela. »

Sur le départ de Pierce, le Doc montre quelques regrets :

« Je ne voulais pas que Paul parte, même si je savais que cela allait arriver. C’était dur pour moi. Même lorsque j’étais là et qu’on en parlait, je pensais à Kobe [Bryant] qui va finir sa carrière chez les Lakers, Dirk [Nowitzki] chez les Mavericks. C’est la seule chose que nous avons raté pour Paul. »

Interrogé sur la l’après-carrière de quelques uns de ses anciens cadres, Rivers voit parfaitement Pierce et Rondo embrasser la carrière de coach. Et alors que Garnett a déjà annoncé qu’une fois sa retraite de joueur prise, il retournerait à une vie classique et anonyme, le Doc émet quelques doutes :

« Il jure qu’on entendra plus jamais parler de lui, mais je n’y crois pas. Je crois qu’il aime trop la compétition et qu’il aime ça, il aime le basket. Je ne pense pas qu’on puisse arrêter d’être passionné et faire autre chose si facilement. »

Traduction de l’article « Back in Boston » de WEEI par Elian Kuhn, relecture par Louis Jullien