Rondo : « Je reviendrai quand je serai prêt mentalement »

La semaine dernière, Danny Ainge avait avancé un possible retour en décembre pour son meneur vedette, puis avait rapidement fait marche arrière sans annoncer de calendrier précis pour Rondo. Mais hier, Rajon Rondo a plus ou moins visé la même période.

Au départ interrogé sur la date de son retour, Rondo s’est d’abord montré évasif :

« Pendant la saison 2013-2014. »

Devant l’insistance de l’audience, il a finalement accepté d’être un peu plus précis :

« Probablement cet hiver, peut-être au début de l’hiver. »

Prenez votre mal en patience, l’hiver démarre officiellement le 21 décembre.

Pour être sûr de réussir son retour, Rondo s’est renseigné auprès de joueurs ayant subi le même type de blessure dans les autres grandes ligues nord-américaines. Et quelle que soit la date finale, seul le joueur prendra la décision de revenir sur les parquets.

« Quand je serai prêt mentalement, je reviendrai. »

Cela ne vous rappelle personne ?

« Beaucoup de personnes ont reproché à Derrick Rose de ne pas jouer, mais cette blessure est compliquée. Le retour est plus mental que physique, et quand on est écarté 10-11 mois, c’est avant tout une histoire de confiance. Être confiant est primordial, surtout pour le type de joueur et de compétiteur que nous sommes [Derrick Rose et lui]. »

« Nos jambes sont la base de tout, on utilise beaucoup notre vitesse, il est très athlétique, je le suis aussi. Et on a besoin d’un mental sans faille pour pouvoir sauter et retomber sans penser à la blessure. Quand cela sera possible, je jouerai. »

Ainge ne veut donc pas s’avancer sur une date précise. Il apprécie par contre les efforts de Rondo :

« Il ne sera pas prêt [pour le début du camp d’entrainement]. Il sera sur le terrain, avec le reste de l’équipe, et fera tous nos exercices sans contacts. Il s’entraine une ou deux fois par jour, il suit sa rééducation. Il fait tout ce dont il est capable et je suis vraiment impressionné par son travail. Il sera de retour pendant la saison. »

Qu’importe son incapacité à participer à tous les exercices avec ses coéquipiers, Rondo reste fidèle à lui même et a pris l’initiative d’inviter presque tout le monde chez lui pour un diner de cohésion d’équipe.

« Il a invité tout le monde », confirme Danny Ainge. « Le staff, les dirigeants, tous les joueurs qui étaient en ville. »

Et alors qu’on pouvait se demander comment Rajon Rondo s’entendrait avec son nouveau coach, ce sont des paroles plus que rassurantes que nous délivre le meneur :

« Brad et moi sommes devenus les meilleurs amis. On se parle tous les jours, on rigole, on blague. Je vais tout faire pour l’aider, et il fera la même chose en retour. Il a tout mon soutien, je suis à 100% avec lui et je le lui ai dis dès le premier jour où l’on s’est vus à mon camp (à Louisville pour leur première rencontre en Juillet). »

Depuis, les deux se parlent sans arrêt, Brad Stevens allant même jusqu’à conseiller Rajon Rondo sur ses lectures et quelques vidéos à voir sur Youtube.

« Il était important pour lui comme pour moi de bien apprendre à se connaitre pour un bon départ. C’est son équipe, c’est aussi la mienne. Comme je l’ai déjà dit, je le soutien beaucoup, et c’est réciproque. »

Rondo admet que c’est une première pour lui, puisque c’est son premier changement d’entraineur. Il a eu quelques mots pour son ancien coach au passage.

« Je lui suis très reconnaissant. J’ai adoré jouer pour Doc. Il était très dur avec moi, mais il m’a aidé à devenir le joueur que je suis aujourd’hui. Mais maintenant il est à LA, c’est comme ça. »

D’ailleurs, comment a-t-il réagi aux départs de Kevin Garnett et Paul Pierce le jour de la draft ?

« Je n’ai rien ressenti. J’ai atterri à LA le soir de la draft et j’ai reçu quelque chose comme 45 messages sur mon téléphone. J’ai cru que j’avais été transféré, finalement c’étaient Kevin et Paul. Je leur ai parlé à tous les deux, ça fait partie du business. Ce n’est pas la première fois que des coéquipiers qui me sont proches sont transférés (on se souvient de Kendrick Perkins). C’est un tout nouveau départ pour nous, on a un nouveau coach, une nouvelle équipe, je suis impatient de démarrer. »

Traduction partielle des articles « Rondo : when i’m mentally ready, i’ll play » et « Rondo on Stevens : We’re best friends » par Louis Jullien