Mailbag 08/12/13 : revue des troupes au poste 2

Nouveau rendez-vous hebdomadaire (on va essayer, du moins) : le mailbag. Le principe est simple : vous nous envoyez vos questions sur Twitter, on en sélectionne quelques-unes et on y répond.

Pour cette première édition, on parlera surtout des rotations arrières et du retour de Rondo. Bonne lecture.

 

Il paraît désormais clair et net que les joueurs ne perdront pas de matchs volontairement (sauf peut-être par excès de confiance comme face à Charlotte dernièrement). Par ailleurs, Brad Stevens, dont l’adaptation au jeu NBA se poursuit, déteste perdre et on peut voir qu’il essaie de tirer le meilleur de son équipe chaque soir. Cet état d’esprit doit idéalement nous rendre tous fiers de supporter l’équipe.

Maintenant, les données financières et sportives restent inchangées depuis l’intersaison. On sait que la marge de manœuvre de Danny Ainge est limitée et que ce dernier recherche constamment des moyens supplémentaires en étant actif sur le marché des transferts. Les joueurs les plus susceptibles de partir sont toujours les mêmes : Brandon Bass, Kris Humphries, Courtney Lee et Gerald Wallace.

Ainge n’est pas partisan de l’échec, mais il a un plan qui vise à moyen terme et il n’hésitera pas à sacrifier une saison pour parvenir à ses fins. Le tanking s’opèrera donc très certainement à partir de la date-butoir pour les transferts de février 2014. Les blessures et mises au repos forcées viendront compléter la purge de l’effectif à laquelle tout le monde se prépare en coulisses.

Concernant le retour de Rajon Rondo, on sait à présent qu’il s’effectuera en 2014. On peut s’avancer en soumettant l’idée que l’équipe lui laissera volontiers tout le temps nécessaire, et ce pour trois raisons : limiter les risques de rechute, s’assurer que le joueur se sentira mentalement prêt, et surtout parce que l’absence de Rondo réduit le nombre de victoires potentiel.

 

 

Pour moi, l’équilibre idéal serait le suivant : Rondo – Bradley en tandem arrière titulaire, car Avery Bradley a montré des choses très intéressantes sans ballon lorsqu’il jouait avec un bon créateur à côté (notamment à trois points dans le coin ou en coupes vers le paniers), chose qu’on a d’ailleurs entrevu récemment lorsqu’il était aligné avec Jordan Crawford. De plus, Bradley souffre incontestablement à la création, et c’est pour cela qu’il ne me semble pas judicieux de le faire sortir du banc avec Crawford dans le cinq de départ aux côtés de Rondo.

Cela nous laisserait donc avec une doublette Crawford – Lee (ou MarShon Brooks, si Lee est transféré) en sortie de banc, soit un duo qui reprend – toutes proportions gardées – la même complémentarité offensive que celui des titulaires.

Néanmoins, le problème est que dans cette optique-là, Crawford n’aura que des miettes derrière Rondo. L’alternative serait donc peut-être d’aligner Phil Pressey en meneur remplaçant avec Crawford en arrière. Cette option nous permettrait d’avoir deux gestionnaires dans le cinq remplaçant, mais aux dépens cette fois de Brooks…

 

 

Tout dépend bien entendu de ce que l’on récupère en retour. Si la manœuvre permettait de récupérer un poste 3 prolifique ou de quoi en choisir un à la draft, pourquoi pas. Dans le cas contraire, les points de Jeff Green (malgré cette irrégularité constante) manqueraient cruellement. Cela dit, ça faciliterait certainement la tâche au management de l’équipe pour tanker.

Je suis cependant de ceux qui pensent que le retour de Rondo profitera grandement à Green. Les deux n’ont disputé que 43 matchs ensemble, et les statistiques de Green avec et sans Rondo ne parlent pas en faveur d’une telle association, mais on peut leur laisser le bénéfice du doute sachant que l’ailier a beaucoup de mal à se créer son propre tir, mais aussi en prenant en compte le fait que Rondo et Green devront à présent porter l’équipe sur leurs épaules.

 

 

La saison est encore longue et si le coach préfèrera certainement le développement d’une identité d’équipe à la perspective de saborder le navire celte, Danny Ainge conserve toutefois les cartes en main et il est très probable qu’il contraigne cette équipe à la médiocrité tôt ou tard.

 

 

Étonnant.

Non, plus sérieusement, quelque chose cloche et il est difficile d’y voir clair. Brad Stevens promet que Brooks aura sa chance. Le coach a-t-il reçu la consigne de la part des dirigeants de faire jouer Lee en priorité jusqu’à ce que ce dernier trouve preneur ? C’est probable mais dans le même temps, Kris Humphries, qui possède également un contrat conséquent, n’est presque pas utilisé. La logique est donc floue.

On espère évidemment que Brooks aura sa chance prochainement, car cela permettra au moins de savoir sur qui compter l’an prochain au poste 2.

 

 

Excellente question. Ce Crawford-là n’a absolument rien à voir avec le Crawford que l’on voyait à Washington et l’an dernier avec Boston. Impressionnant de maîtrise, de plus en plus calme et réfléchi dans sa prise de décisions, sachant alterner entre scoring et création…

La seule explication possible : Brad Stevens doit avoir de sacrés dossiers sur lui. Espérons qu’il les garde longtemps.

Par Léo Hurlin