Rien ne sert de partir à point, il faut courir !

C’est la première fois de la saison que Boston enchaine trois matchs consécutifs avec plus de 100 points inscrits. Avec 109 points de moyenne sur la semaine écoulée (pour un bilan de 3 victoires et aucune défaite), Boston fait même très fort. A titre de comparaison, la meilleure équipe de la ligue cette saison en attaque est Houston avec un peu plus de 107 points par match.

Et pourtant cette saison les Celtics pointent au 22ème rang de la ligue dans cette catégorie. Ces trois derniers matchs annoncent-ils un véritable changement ou sont-ils simplement une exception qui confirme la règle ?

Avec comme adversaires les Bucks, les Knicks (deux des pires bilans de la déjà pauvre conférence Est) et des Nuggets qui connaissent un coup de moins bien lors de leur road-trip à l’Est, les récentes performances sont clairement à relativiser.

Cependant, les Celtics ont bien changé quelque chose : leur manière d’aborder le match. Alors que lors des 14 premières rencontres de la saison, les Celtics finissaient les 12 premières minutes avec un retard moyen de -2,2 points (24ème de la ligue). Depuis huit matchs, ils finissent avec une avance moyenne de 7,3 points (2ème de la ligue) !! Gerald Wallace résume d’ailleurs parfaitement la situation :

« Au début de la saison, le premier quart-temps était presque à chaque fois notre plus mauvais quart-temps du match. Cela nous obligeait à passer les trois autres à tenter de refaire notre retard. Je crois qu’on a réussit maintenant à faire en sorte que ce premier quart soit en notre faveur, et de gérer l’avance sur le reste de la partie. »

Que ce soit face aux Knicks (34-11) ou aux Nuggets (39-15), les Celtics n’ont jamais été menés de la rencontre, et ce grâce à ces formidables premiers quart-temps. Face aux Bucks (28-23), les Bucks n’ont mené au score que lors des deux premières minutes. Cela fait donc 142 minutes que les Celtics font courir leurs adversaires après le score. 

En début de saison, ils n’arrivaient pas à rester concentrer un match entier, et des mauvais choix en attaque permettaient souvent aux adversaires de revenir (défaite après avoir gâché une avance de +22 face aux Bucks par exemple). Mais cette équipe mûrit. Aussi bien les joueurs que le coach.

« Le staff fait un boulot formidable pour nous préparer avant chaque match« , admet Avery Bradley. « Ils nous expliquent chaque aspect du jeu sur lequel on doit prêter attention dès le départ, et on n’a ensuite qu’à rentrer sur le terrain et faire l’effort de mettre ça en pratique à chaque fois. J’ai vraiment la sensation qu’on peut gagner face à n’importe qui. »

Pour Brad Stevens, les minutes les plus importantes du match face aux Knicks étaient ainsi les premières de la.. deuxième mi-temps :

« Je pense que ce le plus important était de revenir du vestiaire et de continuer sur notre lancée. Ce n’est pas facile, vraiment pas évident mais les joueurs ont bien communiqué entre eux, ils ont fait ce qu’il fallait. »

Sur les huit derniers matchs : 6 victoires pour 2 défaites.

Le challenge est maintenant de répéter ces efforts sur la durée.

 

Article écrit par Louis Jullien.

One Comment on “Rien ne sert de partir à point, il faut courir !”

Comments are closed.