Débat : le tanking de nouveau d’actualité ?

 

Boston faisait partie des bonnes surprises de ce début de saison. Mais depuis deux semaines, les Celtics n’y arrivent plus. 5 défaites lors des 6 derniers matchs (Pistons, Wizards, Pacers, Hawks, Bulls), toutes face à des concurrents de la conférence Est. De la quatrième place, les Celtics ont glissé jusqu’à la neuvième. La descente pourrait ne pas s’arrêter si rapidement. Cet article liste les raisons qui peuvent nous laisser craindre un scénario où Boston sombrerait dans le fond de la conférence Est, et où les théories de tanking referont surface, n’en déplaise à Jared Sullinger. (Rappel : tanker en NBA, c’est faire exprès de perdre pour obtenir un choix de draft le plus élevé possible à la fin de la saison)

 

Les Celtics ne savent pas gérer une avance.

Brad Stevens a beau faire quelques blagues à ce sujet, soulignant le fait que « chaque match [des Celtics] est une aventure« , mais l’inconstance de Boston sur 48 minutes commence à être un problème sérieux si l’équipe aspire à grimper au classement. Voici un petit rappel des matchs renversants des Celtics cette saison :

  • 01/11 : Les Celtics mènent de 22 points face aux Bucks dans le 3ème quart-temps. A l’aube des douze dernières minutes, l’écart n’est déjà plus que de 12 points. Les Bucks finiront fort pour l’emporter 105-98 au TD Garden.
  • 06/12 : Face à Denver, Boston prend rapidement le large avec un écart qui grimpe à +24 à la fin du premier quart. Les Nuggets reviendront à 3 petits points mais seront finalement battus 106-98.
  • 13/12 : Une avance de 17 points dès le deuxième quart face aux Knicks, puis c’est New-York qui s’envole avec +11 dans le dernier quart mais Boston rattrapera son retard pour l’emporter 90-86.
  • 18/12 : Face aux Pistons, Boston démarre encore très fort pour prendre 21 points d’avance. Un très mauvais 3ème quart laisse Detroit revenir et l’emporter sur le fil 107-106.
  • 21/12 : Encore un bon début face aux Wizards avec 18 points d’avance. Mais les six dernières minutes (7-22) seront fatales aux Celtics. Washington l’emporte 106-99.
  • 28/12 : Ce sont les Cavaliers qui prennent l’eau cette fois-ci avec 19 points de retard tôt dans le match. Malgré un bon retour, les Celtics survivent 103-100.
  • 31/12 : Un bien mauvais réveillon pour les Celtics avec une avance de 23 points qui fond comme neige face à Atlanta. Les Hawks terminent fort la rencontre, et viennent s’imposer 92-91.

Tous ces matchs ont eu lieu à domicile. Quatre fois lors des six derniers matchs avec comme résultat une seule petite victoire. Ces retournements de situation ne font plus rire grand monde au TD Garden.

Perdre face aux grosses cylindrées n’est en rien choquant pour des Celtics qui ne font pas partie des tous meilleurs. La grosse fessée prise à Indiana ne me dérange pas plus que ça. Par contre, les défaites face aux Wizards ou face aux Hawks privés d’Al Horford laissent réellement un goût amer.

 

Un calendrier très compliqué.

Et les défaites, Boston risque d’y devenir habitué avec le calendrier qui se présente.

Après la réception des Pelicans la nuit prochaine, les Celtics s’envoleront pour un road trip infernal : OKC, Denver, Clippers, Warriors et Blazers.

Viendront ensuite trois réceptions délicates avec les Rockets de Houston, les Raptors (loin d’être facile, cf paragraphe suivant) et les Lakers pour ce qui reste un match particulier pour les deux équipes.

De nouveau un petit road-trip cette fois-ci à l’Est à Orlando et Miami (il sera compliqué de revenir de Floride avec deux victoires comme en début de saison) et Washington.

Puis réception compliquée du Thunder avant de finir le mois de janvier par trois rencontres très importantes face à des adversaires directs de la division : réception des Nets (retour de Paul Pierce et Kevin Garnett), déplacement au Madison Square Garden pour y affronter les Knicks et réception des Sixers.

Au delà de la difficulté des adversaires, Boston jouera 4 back-to-back ce mois-ci. Cinq si l’on compte celui de ce soir. A trois reprises, le second match sera joué à l’extérieur.

17 matchs en un mois. Et à mon avis le bilan du mois de janvier sera négatif, et de loin. A quel point les Celtics peuvent-ils limiter la casse ?

 

Les « mauvais élèves » vont mieux.

L’une des principales raisons qui me poussait à ne pas voir les Celtics tanker jusqu’alors, était la « encore plus mauvaise » saison des autres équipes candidates à un bon choix de draft. Ces soit disant cancres de la NBA font de la résistance.

Commençons par la division Atlantique, celle des Celtics. Philadelphie avait étonné tout le microcosme du basket avec son début de saison canon, mais depuis tout est redevenu « normal » pour une équipe à qui l’on promettait une saison très compliquée. Avec 3 victoires en 20 matchs, personne ne misait plus une pièce sur les 76ers. Mais depuis trois rencontres, les Sixers vont mieux avec trois victoires à l’extérieur, face à des équipes de la conférence Ouest (Lakers, Nuggets, Kings). Je ne dis pas que Philadelphie reviendra dans la lutte pour les playoffs, mais ils ne sont pas aussi mauvais que prévu.

Du côté de la Big Apple, nous savons depuis le début que New York et Brooklyn ne jouent pas au niveau de leur potentiel, et de loin. De plus ces équipes n’ont pas de choix dans la prochaine draft, et n’ont donc aucun intérêt à saborder leur saison. Les Knicks veulent à tout prix prouver à Carmelo Anthony qu’il est dans la bonne équipe pour le faire prolonger à la fin de la saison, et les Nets visent le titre à court-terme (oui, le titre). La nuit dernière, les Knicks sont allés gagner à San Antonio, et les Nets les ont imités à Oklahoma City. Simple coup ou réelle tendance ? L’avenir nous le dira, mais ces deux équipes sont sur le papier supérieures aux Celtics et finalement pas si loin que ça au classement.

Classement de la Division Atlantique
Classement de la Division Atlantique

Boston a été délogé de la première place de la division (et donc de la 4ème place automatique de la conférence) par Toronto. Les Raptors semblent transformés par le récent échange avec Sacramento. 8 victoires lors des 10 dernières rencontres. Le jeu est plus équilibré sans Rudy Gay et le banc davantage talentueux et fourni. Les adversaires n’ont pas forcément été les meilleures équipes (malgré des victoires face aux Pacers et au Thunder), mais Toronto gagne les matchs qu’il faut avec 5 victoires pour une seule petite défaite face à des équipes de la division Atlantique.

Ailleurs dans la conférence, Charlotte, Détroit et Washington s’accrochent pour le moment aux playoffs. Cleveland n’est pas au niveau attendu. Il n’y a bien qu’Orlando et Milwaukee qui semblent déjà sérieusement distancés, sans avoir les armes pour remonter.

Classement de la conférence Est
Classement de la conférence Est

A l’Ouest, Phoenix surprend et peut prétendre à une place en playoffs. Seuls Sacramento et Utah font pire que les Celtics. Or, les premiers paraissent bénéficier également de l’échange avec Toronto (apport de Rudy Gay, et éclosion d’Isaiah Thomas) là où les seconds semblent renaitre de leurs cendres depuis le retour de Trey Burke (5 victoires en 8 matchs)

Si la saison s’arrêtait aujourd’hui, les Celtics auraient le 9ème choix de draft. Finalement, un choix dans les 5 premiers n’est pas forcément à exclure, puisque les autres équipes ne sont pas si loin derrière.

 

Blessures, retours de blessure.

rajon-rondo

Une des principales inconnues cette saison était la date de retour de Rajon Rondo sur un parquet NBA. D’abord évoquée pour la fin 2013, celle-ci est sans cesse repoussée, et pourrait intervenir beaucoup plus tard qu’espérée. Ces derniers jours, la case D-League a même été évoquée. Rajon Rondo serait d’ailleurs lui-même à l’origine de cette idée, car le calendrier ne laisse pas assez l’occasion au meneur de s’entrainer suffisamment avec ses coéquipiers.

« Je serai peut-être le premier joueur à faire ça, mais ça ne me dérange pas. Je veux être certain d’être en forme et de faire les choses bien. Je ne veux pas que mon premier match soit avec les Celtics. Je n’ai pas eu de pré-saison, je n’ai pas eu de camp d’entrainement. Revenir [avec les Red Claws] sera en quelque sorte mon camp d’entrainement. »

Pas question donc de précipiter les choses. Il pourrait même ne revenir qu’après le All Star Game. Et encore, cela dépendra de comment il se sent, et comment son genou tient.

Un autre joueur est concerné par ce chapitre et il s’agit de Jared Sullinger. Si vous avez regardé le match face aux Bulls, vous avez sans doute remarqué cet énorme bandage de Sully sur sa main gauche, qui le gène aussi bien aux shoots qu’aux rebonds.

Cette une blessure qui traine, et qu’il a aggravé en retombant lourdement face aux Hawks.

« Cela fait un mois et demi que c’est comme ça » avait alors déclaré le joueur.

Les Celtics n’ont rien à gagner et tout à perdre de laisser Sullinger aggraver sa blessure. Il a été une vraie satisfaction depuis le début de saison, confirmant son immense potentiel. Alors c’est sûr, sans Jared sur le terrain, les Celtics auront encore plus de mal à gagner. Mais le jeu en vaut-il la chandelle ? Je ne pense pas.

Ce long road-trip qui s’annonce pourrait être l’occasion de le laisser souffler un peu, pour soigner cette main qui le fait souffrir.

 

Les mauvais résultats donnent le champ libre à Danny Ainge.

Danny Ainge

Une des raisons jusqu’à présent qui poussait Danny Ainge à ne pas faire exploser l’effectif, était justement le relatif bon début de saison de ses hommes. Pas de raison donc de tout de suite saborder le travail de Brad Stevens. D’autant plus que cela fait prendre de la valeur à des joueurs qui pourraient partir (Bass, Lee ou Humphries) dans des échanges plus tard dans la saison.

Mais si janvier se trouve être aussi mauvais que peut laisser présager le calendrier, alors il n’aura aucune raison de ne pas chercher à construire la meilleure équipe possible pour l’année prochaine, voire pour la saison d’encore après. Danny Ainge n’est pas du genre à laisser les sentiments prendre le dessus, et il aime prendre des risques :

“Je n’ai pas peur de faire une erreur. La peur d’échouer par contre me permet d’avancer. J’admire certaines personnes, et ce sont celles qui prennent des risques. Vous n’avez aucune garantie. Il faut vouloir tenter le coup.”

Si de tels mouvements sont faits, ils ne permettront pas forcément d’être plus compétitifs à court terme, et pousseront donc encore un peu plus les Celtics vers les bas-fonds.

 

Un autre scénario est-il possible ?  Sinon, comment cela peut-il être bénéfique aux Celtics ?

Le ton volontairement provocateur de cet article est là pour nous interroger sur le futur des Celtics cette saison, et pour vous faire réagir. Pour ma part, je pense que les Celtics ne saborderont pas leur saison de manière volontaire. Le seul geste voulu est celui de ne pas précipiter le retour de Rondo, et à mon avis c’est un mal pour un bien. Mais de toutes façons les Celtics n’ont pas les armes cette année pour faire bonne figure. Le calendrier assez facile jusque là des Celtics m’avait donné espoir avec des résultats au-dessus de mes attentes. J’ai juste peur que le mois de janvier ne me ramène à la réalité.

Il faudra alors regarder plus loin, et je n’espère qu’une chose, c’est que l’on continue à développer nos jeunes joueurs, et qu’on ne perde pas les matchs à cause d’une quelconque consigne, mais juste parce qu’on ne sera tout simplement pas assez bon pour gagner. Il sera alors temps de regarder le classement, et peut-être d’espérer un choix de draft élevé.

 

Article rédigé par Louis Jullien

15 Comments on “Débat : le tanking de nouveau d’actualité ?”

  1. On ne tankera pas, on perdra juste beaucoup de matchs d'ici la fin de saison car notre niveau de jeu ne nous permettra pas d'espérer mieux. Et même si Rondo revient, il n'aura pas le même impact qu'il y a un an avant un bon moment.

  2. Perso je ne pense qu'on tanke.. Du moins pas tout de suite. Les avances qu'on a gachées sont sont dues à notre inexpérience pour gérer la fin de match (bah oui sans Pierce, Garnett et Rondo la gestion du money time n'est plus la même du tout).
    Après il va falloir voir ce qui se passe en janvier, notre bilan au match des étoiles et après on pourra dire on tanke ou on joue encore les POs. Sullinger est moitié blessé, il va falloir l'économiser c'est clair, on ne sait pas quand et à quel niveau va revenir Rondo, il y a beaucoup d'incertitude et un énorme mois de janvier à venir. On fera les comptes après mais pour l'instant on ne tanke pas, on a perdu en fin de match car on n'a pas sut les gérer.

  3. On devrait couper tout les joueurs qui vont exprès de marquer des paniers déjà . Et ce Sullinger là avec son entêtement a gagner des matchs il mériterait un ptit tour en D-League pour le calmer . Si on doit tanker faut faire ça bien

    1. Au contraire, il est blessé, quelle meilleure idée que de le laisser sur le terrain ? Il veut bien faire donc ça passe inaperçu mais comme la nuit dernière ça donne 3/17 !
      Tanking déguisé !

  4. J'ai pas l'impression que c'est du Tanking, on a une équipe jeune sur les extérieurs et on peut pas permettre de faire jouer Stackhouse.
    Il nous faut juste plus de contrôle du ballon et d'expérience pour le garder. Le retour de Rondo corrigera un peu l'affaire .

    1. Stackhouse ?
      J'ai pas dis qu'ils faisaient exprès. Je pense juste que si les résultats viennent à s'effondre, on n'aura pas le même effectif très longtemps à mon avis. Je peux me tromper, mais le père Ainge n'en est pas à son coup d'essai et je pense que son téléphone le démange ^^

      1. Ce que je voulais dire, c'est que pour gérer une avance, il faudrait de l'expérience à l'extérieur pour garder l'avance, Bogans ( Stackhouse Chez moi, j suis minable désolé) c'est une mauvaise idée, une daube en défense. Mais il en faut vu que Wallace sert à rien dans ce domaine. Donc le retour de Rondo va faire du bien mais en attendant……

  5. Défaite sur le fil contre les Pelicans. Comme toujours, aucune alternative pour se créer un shoot en fin de match. Ca m'étonne d'ailleurs de ne pas voir Lee sur le terrain pour le dernier shoot. Enfin bref, c'est un mal pour un bien cette défaite.

    1. J'ai l'impression que Brad Stevens est du genre à laisser sur le terrain les joueurs qui font un bon match (lors de la défaite face à Atlanta, il laisse Humphries et Olynyk dans le 4ème quart car ils font un très bon match). Là Courtney Lee était à 1/8 aux tirs donc ça vient peut-être de là.

      Mais c'est vrai qu'il pourrait être une menace sérieuse dans le corner.

  6. Encore une defaite dans le money time !!!
    On a pas un joueur capable de rentrer un jumpshoot dans la dernière minute, c'est affolant.
    C'est la que l'experience de Paulo nous fait defaut.
    Sinon la semaine prochaine, on devrait s'en tirer avec un 0/5.
    Bien sur il est trop tot pour employer le terme tanking officielement mais ça en prend la destination

    1. C'est ce que je dis dans l'article, je ne pense pas qu'ils fassent exprès, mais si les résultats ne suivent plus du tout (et je pense comme toi que le road trip se finira en 0-5) alors Ainge va faire péter l'effectif.

  7. Moi j'ai peur! 6 défaites sur les 7 derniers matchs (si je me trompe pas), un road trip de 5 matchs en 7 jours avec de très grosses équipes en face, des joueurs fatigués et sans vrai leader, Sullinger blessé,… et j'en passe!

    Personnellement si après ce road trip on a perdu 4 ou 5 des 5 matchs pour moi faudra tanker même avec Rondo!

    Bref je serais toujours derrière l'équipe mais encore, QUELLE FRUSTRATION ce matin!!!!!

    SULLLYYYNNYYYYYK!!!!!

Comments are closed.