Paul Pierce : « Cinq secondes de plus et je fondais en larmes »

Peu de personnes se souviendront de la prestation des deux équipes hier soir. Par contre, tous les fans se souviendront un moment de l’émotion incroyablement présente dans ce TD Garden en fusion. Peu avant la fin du premier quart-temps, c’est ainsi KG qui a eu droit à sa vidéo hommage. C’est un euphémisme de dire qu’il a apprécié ce moment :

« C’était de loin le match où j’ai eu le plus de mal à me concentrer. C’était plus fort qu’avec Minnesota, même quand j’y suis retourné pour la première fois. »

A la fin de sa vidéo, la musique qui accompagne d’habitude le célèbre Gino Time a enflammé le Garden. Sa favorite.

« J’ai dû me remettre de mes émotions avant de regarder en l’air. C’est pour ça que j’avais la tête baissée, enfouie dans ma serviette. Mais à un moment, j’ai cru que Gino allait se mettre à danser », admet le joueur tout souriant. « J’aurais dû demander à Rondo de leur dire de passer Gino. »

Un petit détail plus pour la rigolade, car le joueur a profondément été touché par cet hommage.

« C’était au-dessus de tout. Je ne m’attendais pas à quelque chose d’aussi incroyable pour moi. On plaisantait avec Paul avant le match en se demandant lequel de nous verserait une larme. J’en avais des sanglots dans la gorge. J’ai réussi à les contrôler et à me concentrer autant que je le pouvais sur le match, mais c’était incroyable. Je n’arrive même pas à mettre des mots sur cette sensation. »

Il a incontestablement réussi à se concentrer, comme en atteste son action décisive en fin de match, en interceptant un ballon de Rondo avant de conclure en contre-attaque.

« J’ai mis deux jours à aller au lay-up. J’ai cru que j’allais me faire rattraper mais j’ai résisté et j’ai réussi à marquer. Comme Paul l’a dit, je suis content de repartir avec la victoire. On a eu pas mal de distractions aujourd’hui, mais ce n’étaient que des bons moments. »

Pour finir, Garnett reconnaît qu’il ne pourra jamais oublier ce qu’il a vécu ici à Boston :

« Je crois qu’aussi longtemps qu’on jouera au basket, on aura du sang vert dans les veines. Tout au long de notre vie, et même une fois six pieds sous terre, ça sera toujours en nous. »

Brooklyn Nets at Boston Celtics

Que dire de la soirée vécue par son coéquipier ? Paul Pierce a passé quinze longues années à porter les couleurs celtes. Alors évidemment, lui aussi était très ému.

« C’était le match le plus compliqué de ma carrière. Plus encore qu’un match de finales ou qu’un match sept. »

Alors quand à la fin du premier quart, sa vidéo hommage a fait rugir le Garden comme jamais cette saison, le joueur n’était pas loin de craquer.

« C’était dur. J’avais du mal à déglutir. Cinq secondes de plus et je fondais en larmes. Je l’admets, j’étais à cinq secondes de craquer. »

Pour Paul Pierce, l’histoire pourrait d’ailleurs se répéter :

« Vous savez quoi ? Je pense que tant que je serai dans cette ligue, ce sera compliqué de revenir ici. Beaucoup de souvenirs ressurgissent quand je suis dans le Garden, et je ne peux rien y faire. »

Cette nuit si spéciale, cela fait un moment qu’il l’attendait :

« Hier soir, on [KG et lui] a diné avec Rajon. J’étais content de le revoir. Je n’arrivais pas à penser à autre chose qu’à ce jour si spécial. J’ai eu du mal à dormir. J’étais à l’hôtel en centre-ville alors que d’habitude, je dormais chez moi à Boston. Revenir dans ce stade, traverser ces couloirs, tourner à gauche [dans le vestiaire visiteur] au lieu de tourner à droite. Tout était si différent, mais c’était malgré tout un sentiment incroyable. »

Puis vint l’entrée sur le terrain, accompagnée d’une magnifique ovation des supporters.

« Tout au long du match, les fans nous ont prouvé leur affection. Il y avait tellement de maillots de Garnett, tellement de maillots avec mon nom…. il n’y a pas eu une seule seconde de la rencontre où je n’ai pas entendu les supporters crier nos noms, qu’on soit sur le terrain ou sur le banc. C’était dur, mais je suis content de pouvoir me concentrer de nouveau sur mon jeu. »

Pour conclure, Paul Pierce tient à remercier ceux qui l’ont suivi depuis ses débuts :

« Je veux juste dire un grand merci aux fans. Ils ont partagé mes mauvais moments, mes débuts, ils m’ont vu grandir et devenir un homme dans cette ville, jusqu’à la victoire finale avec ce titre. Ils ont toujours été derrière moi, et je ne peux que les remercier pour tout ça. »

kg-pierce-return-boston

Du côté de Boston, Rajon Rondo était naturellement content pour ses deux anciens coéquipiers. Il y a eu de belles accolades. Mais l’une des personnes les plus marquées par ces hommages vibrants n’est autre que le jeune coach Brad Stevens.

« La seule chose qui m’est venue à ce moment là est ‘cette ville a tout compris’. Cette ville est spéciale et on a pu voir pourquoi. Tous les joueurs qui ont eu la chance de jouer ici le disent : qu’ils aient joué un an ou toute leur carrière, tous s’accordent à dire qu’il y a quelque chose de spécial dans cette équipe. On est au courant de ça quand on signe ici, mais ça se ressent vraiment dans des soirées comme celle-là. C’étaient de très beaux hommages. Amplement mérités, cela va de soi. »

Le coach a laissé ses joueurs regarder les vidéos et applaudir les deux légendes.

« C’était la bonne chose à faire. Il y a des choses plus importantes que la prochaine possession. Peu de choses dans ma vie comptent plus que la prochaine possession, mais ça en faisait partie et nous leur avons rendu hommage de la bonne manière. »

De quelques mois plus jeune que KG, Brad Stevens a fait preuve d’énormément de respect pour ces joueurs qui ont écrit le dernier chapitre de l’histoire à Boston. La prochaine page sera peut-être la sienne…

 

Article rédigé par Louis Jullien, déclarations tirées des articles ESPN : « KG holds it together« , « Pierce goes home again » et « This town gets it« .

2 Comments on “Paul Pierce : « Cinq secondes de plus et je fondais en larmes »”

  1. Merci pour l'article ! Certaines déclarations m'avaient échappé, on a vraiment eu le droit à de superbes hommages, il n'en a pas fallu beaucoup pour avoir les larmes aux yeux. Ils seront, toujours des Celtics pour moi !

Comments are closed.