Agents libres 2014 : les arrières

Après un premier tour d’horizon des meneurs qui seront sur le marché à l’été 2014, nous nous intéressons aujourd’hui aux arrières.

Avant de regarder les candidats, le petit rappel lexical « Free Agency pour les nuls » qui aide à suivre :

  • FA (Free Agent) : Agent libre, joueur totalement libre de signer où il le souhaite, quelque soit les salaires proposés par les différentes équipes intéressées.
  • RFA (Restricted Free Agent) : Agent libre restrictif, la différence avec les FA est que l’équipe qui possède le joueur peut égaliser n’importe quelle offre, conservant l’avantage pour le re-signer. Si aucune prolongation de contrat n’est trouvée, il devient FA non restrictif l’année suivante.
  • PO (Player Option) : la dernière année du contrat est facultative, et c’est le joueur qui décide s’il honore cette dernière année de contrat ou s’il se met sur le marché.
  • TO (Team Option) : même situation sauf que c’est l’équipe qui choisit si le joueur reste dans l’équipe pour l’année suivante.
  • ETO (Early Termination Option) : un peu l’inverse de la PO, le joueur peut décider de mettre fin à son contrat actuel un an plus tôt que prévu et ainsi devenir agent libre.
  • Il faut savoir que généralement l’équipe qui possède un joueur a la possibilité d’offrir davantage que les autres équipes, grâce à quelques exceptions qui permettent à l’équipe d’augmenter le salaire du joueur même si le salary cap est dépassé (Bird Exception et Early Bird Exception notamment).

Pour le moment la situation est la suivante : seul Avery Bradley est un véritable poste 2. Jerryd Bayless dépanne parfois, Gerald Wallace aussi (lui a souvent des pannes) mais sinon derrière c’est le néant. Ah non pardon ! J’oubliais trop vite ce bon vieux Keith Bogans qui est en pré-retraite chez lui. Bref il n’y a pas grand monde.

 

La solution interne

1. Avery Bradley – RFA

Vous m’excuserez si mon analyse manque d’objectivité, AB est un de mes chouchous depuis quelques années maintenant. Le joueur de 23 ans en est à sa quatrième saison dans la grande ligue et il progresse chaque année. Son apport défensif n’est plus à démontrer. Véritable poison pour les meneurs adverses, il rend parfois une simple remontée au milieu de terrain très compliquée pour son vis-à-vis. La question est maintenant de savoir quelle peut être sa participation en attaque. Avec Rondo sur le terrain, il en a profité pour couper régulièrement ligne de fond et se servir des espaces créés par son meneur. Mais avec la blessure de Rajon, son rôle a évolué. D’abord parachuté meneur, on a pu voir que ce n’était clairement pas le poste qui lui allait le mieux. Repositionné en arrière, il a ainsi montré qu’il avait fait des progrès sur son tir à mi-distance en sortie d’écran, que ce soit en catch-&-shoot ou après un dribble.

Je suis convaincu qu’il continuera de s’améliorer au tir. Il a par exemple ajouter le tir à trois points dans le corner à sa panoplie, où il tourne cette année à 38% de moyenne. Je suis tout à fait d’accord pour dire qu’il ne peut pas être la menace n°1 en attaque, ni même le n°2. Mais avec des scoreurs à ses côtés, il est un facilitateur incroyable et son énergie en défense déteint régulièrement sur ses coéquipiers.

Le problème pourrait venir de son contrat. D’après les rumeurs, il aurait refusé une offre sur 4 ans de 24 millions de dollars (4ème année en Team Option). Toujours selon les rumeurs, le joueur voudrait un contrat proche des 8 millions par an, au lieu des 6 proposés par les Celtics. Cela dépendra beaucoup de ce que les autres équipes lui proposeront. Si aucune équipe ne se manifeste, les Celtics auront la main pour ne pas lui proposer un contrat « trop » gros, si au contraire une équipe lui propose ce que le joueur demande, Danny Ainge devra choisir s’il égale l’offre pour conserver le joueur ou non.

Ce que l’on sait moins, c’est que les Celtics n’avaient pas prolongé A.B. pour une autre raison : une prolongation de contrat aurait entrainé l’impossibilité de transférer le joueur pendant au moins 6 mois. Les Celtics avaient donc fait le pari de garder de la flexibilité jusqu’à la date limite des transferts, quitte à avoir quelques sueurs froides l’été prochain. Je pense sincèrement qu’Avery Bradley a sa place dans le cinq de départ des Celtics, mais à quel prix ? Cela dépendra de la draft et du poste qui est renforcé.

2. Jerryd Bayless – FA

Arrivé en échange de Courtney Lee, Jerry Bayless alterne le bon et le moins bon. Son point fort est sa polyvalence puisqu’il peut dépanner aussi bien au poste de meneur qu’à celui d’arrière. Son irrégularité est son gros point faible. Si la saison s’arrêtait aujourd’hui je ne pense pas que Danny Ainge le resignerai à ce prix là (un peu plus de 3 millions la saison).

Il avait affirmé vouloir trouver en Boston une maison où s’installer sur le long terme. Il faudra donc qu’il se montre un peu plus jusqu’en avril ou bien qu’il accepte un salaire plus faible. Si Danny Ainge trouve mieux, il ne fera pas de sentiments (qui en doute ?).

 

Les arrières qui seront les plus demandés

1. Lance Stephenson – FA – Indiana Pacers

14 points, 7.3 rebonds et 5.1 passes décisives de moyenne cette saison. Le tout saupoudré de quelques triples-doubles et d’une énergie que peu de joueurs peuvent apporter sur le terrain, Lance Stephenson est un acteur important de l’excellente saison des Pacers. Il touche actuellement moins d’un million de dollars de salaire, soit l’un des meilleurs rapports qualité/prix de la ligue (si ce n’est LE meilleur).

Le problème pour Indiana, c’est que Larry Bird aura du mal à garder son joueur tant ses performances l’ont mis dans la lumière. Beaucoup d’équipes chercheront à récupérer ce joueur capable de nuits de folie, capable également d’harasser son adversaire en défense. Il pourra réclamer un joli pactole, et je ne pense pas qu’il restera dans l’Indiana.

2. Evan Turner – RFA – Indiana Pacers

Mais Indiana a tout prévu ! Avec le transfert le plus audacieux du marché hivernal, les Pacers ont récupéré Evan Turner qui montrait l’étendue de son talent dans une équipe de Philadelphia bien moribonde : 17.4 points, 6 rebonds et 3.7 passes de moyenne.

Il touche actuellement un peu moins de 7 millions la saison. Si les Pacers n’arrivent pas à retenir Lance Stephenson, ils se sont mis dans une position idéale pour trouver son remplaçant puisqu’ils peuvent égaliser n’importe quelle offre. A l’inverse si Lance Stephenson choisit de rester plutôt que de courir après les dollars, il ne devrait pas être retenu. Quoiqu’il arrive un très bon joueur sera sur le marché, si Avery Bradley n’est pas conservé, les Celtics se doivent d’être actifs sur l’un des deux.

3. Thabo Sefolosha – FA – Oklahoma City Thunder

Bien plus grand qu’Avery Bradley (plus de deux mètres), Thabo Sefolosha est lui aussi connu pour ses efforts en défense, avec des pourcentages assez corrects (même si ceux-ci sont en baisse dernièrement). Celui qui aura trente ans cette année a disputé 360 matchs de saison régulière avec le Thunder. Il n’a démarré sur le banc qu’à une seule reprise, c’était en 2008-09.

OKC risque néanmoins de faire de plus en plus confiance à Jeremy Lamb. Pas sûr qu’il parte mais le joueur devrait néanmoins écouter ce qu’on lui propose ailleurs dans le pays. Même si j’apprécie le joueur, je pense que ses meilleures années seront derrière lui.

(4. Dwyane Wade – ETO – Miami Heat)

Il a la possibilité de mettre fin à son contrat dès cet été (tout comme Chris Bosh et LeBron James). Si jamais le trio se sépare, je ne vois pas Dwyane Wade quitter le Heat. Et puis avec ses blessures à répétition, ce serait risquer de faire une croix sur une nouvelle saison à presque 20 millions de dollars. A moins justement de signer un dernier contrat juteux, mais à mes yeux seul Pat Riley lui offrira un tel contrat.

 

La ligne arrière des Lakers

1. Nick Young – PO – Los Angeles Lakers

Swaggy-P comme il s’auto-surnomme aura un choix fort à faire cet été. Lui qui s’éclate enfin et qui voudrait s’inscrire sur le long terme chez les Lakers n’a pas un contrat à la hauteur de son talent offensif. Avec 16.4 points de moyenne par match, il se rapproche de sa meilleure saison chez les Wizards, et surtout il aime la ville de Los Angeles. Son contrat actuel à 1.1 millions est bien loin des 5.6 millions qu’il gagnait l’année dernière chez les Sixers. Il a l’opportunité d’utiliser sa Player Option pour sécuriser sa place dans l’effectif l’année prochaine. Cependant le contrat ne sera que de 1.2 millions.

S’il décide de ne pas faire jouer son option pour demander davantage, il prend le risque de voir Meeks ou Brooks lui ravir la place. Je pense que le mieux pour lui serait de confirmer l’année prochaine en gardant pour le moment son contrat et donc sa place. Surtout qu’il a déjà 28 ans. Les Lakers auront un bon choix à la draft et voudront amener des gros poissons pour aider Kobe à ramener les Lakers au sommet, pas certain qu’ils cèdent aux caprices des joueurs qui sortent du banc, et ce serait dommage pour lui de redémarrer dans une équipe dont le jeu le met moins en valeur.

2. Jodie Meeks – FA – Los Angeles Lakers

Il est celui des trois qui a le plus joué cette année (51 titularisations sur 58). Avec près de 15 points par match (46% aux tirs, 39% à 3-points, 84% aux lancers), et tout ça en 32 minutes de jeu. Le problème pour lui est que Kobe garde évidemment la main sur la place d’arrière titulaire, et Nick Young a cette Player Option qui pourrait couper l’herbe sous le pied de Jodie Meeks. Il réalise certes sa meilleure saison cette année, mais les Lakers ont des chantiers prioritaires à d’autres postes.

Il est celui qui a le plus mérité de rester dans l’équipe, mais à mon avis il est également celui qui a le plus de chance de partir, justement car sa bonne saison lui donne le droit de demander plus et d’obtenir un vrai rôle dans une équipe.

3. MarShon Brooks – FA – Los Angeles Lakers

En moins d’un an, MarShon Brooks aura porté quatre maillots différents. Après Brooklyn, Boston et Golden State (furtivement), le voici chez les Lakers dans un effectif décimé, qui n’a plus rien à jouer cette saison et avec un coach qui aime bien donner une nouvelle chance à des joueurs un peu oubliés (Jeremy Lin, Kendall Marshall, Wesley Johnson..).

Arrivée de la baie de San Francisco en compagnie de Kent Bazemore, les deux ont sauté sur l’occasion pour se montrer. En sept matchs et un peu plus de 20 minutes de jeu, l’arrière revit avec 11.6 points, 1.9 passes et 2.7 rebonds de moyenne. Désormais en confiance, ses pourcentages sont impressionnants avec 51% aux tirs et 89% à trois points !

Il se montre au bon moment puisqu’il cherchera un nouveau contrat l’été prochain. Je ne pense pas qu’il faille regretter de l’avoir laisser filer. Je ne pense pas que le joueur est fait pour une équipe qui cherche à défendre. Le run-&-gun de d’Antoni me paraît parfaitement adapté pour lui  (tout comme pour Nick Young) et je lui souhaite de réussir là-bas ou dans une autre équipe qui aime jouer vite. Le joueur n’en veut pas à Danny Ainge ou Brad Stevens, et ne garde aucune amertume de son passage en vert, mais le mieux pour lui est de rester auprès de son idole Kobe Bryant.

 

Les derniers rounds

1. Ray Allen – FA – Miami Heat

Hahahahaha. Ha. Je n’ai rien personnellement contre Ray Allen, je fais parti de ceux qui préfèrent retenir ses exploits plutôt que la fin en eau de boudin. Mais soyons réalistes, un retour à Boston est très, très, très, TRES peu probable. Mécontent d’être dépassé par Avery Bradley dans la rotation, il y avait également eu des rumeurs sur des désaccords avec Rajon Rondo. Ce dernier est aujourd’hui capitaine de l’équipe. Ray n’avait pas non plus aimé la façon dont Danny Ainge l’avait poussé vers la sortie. Et Danny est toujours là..

Et puis à 38 ans (39 en juillet prochain), Ray ne représente pas le futur d’une franchise en reconstruction. Ses statistiques sont en baisse cette année avec pour la première fois un peu moins de 10 points de moyenne par matchs, et une adresse plus faible que les saisons précédentes. Je reste persuadé qu’il va continuer d’exaspérer ses adversaires lors des playoffs (désolé les fans des Spurs) et que son niveau augmentera avec l’importance des matchs. S’il ne prend pas sa retraite, il fera à mon avis une dernière pige chez un candidat au titre, ce sera peut-être une nouvelle fois à Miami.

2. Vince Carter – FA – Dallas Mavericks

Arrivé deux ans après en NBA (draft 1998), Vince Carter réalise aussi bonne saison. Dans un rôle de remplaçant de luxe, Air Canada est encore capable de voler dans les airs, de peser sur une rencontre et participe pleinement à l’excellente saison des Mavs qui sont encore en route pour une qualification en playoffs. Mark Cuban l’aime bien, Dirk également et je le vois bien prolonger pour une saison de plus là-bas, ou alors faire un retour à Toronto.

Les seules autres alternatives à mon sens serait la retraite (rien de mieux pour que je me sente un vieux) ou alors une saison de « mercenaire » chez un candidat au titre. son cousin à échouer à une marche du graal l’année dernière, peut-être saura-t-il faire mieux l’année prochaine. C’est tout le mal que je lui souhaite.

3. Ben Gordon – FA – Charlotte Bobcats

Je sais que Ben Gordon n’a « que » 30 ans, mais sa situation laisse à penser que s’il ne rebondit pas l’été prochain, on pourrait ne plus le revoir dans un avenir proche en NBA. Il n’a joué qu’à 19 reprises cette année, pour à peine plus de 5 points de moyenne (et plus de 13 millions annuels de salaire !). Avec plus de 80 millions touchés en carrière, il n’a eu de cesse de baisser de niveau après son énorme contrat signé avec les Pistons. Le syndrome Rashard Lewis a frappé. En plus de ses moyennes, son comportement est également pointé du doigt.

Je ne sais pas quelle est la vérité parmi toutes ces rumeurs, mais les Bobcats l’ont coupé un peu tard, de manière à ce qu’il ne puisse pas jouer les playoffs cette année. Simple stratégie pour ne pas le voir chez un concurrent ou véritable sanction pour un joueur qui ne faisait que poser des problèmes dans le vestiaire ? Il faudra attendre cet été pour voir si une équipe lui propose un contrat (et on sera à mon avis bien bien loin des 13 millions la saison). S’il ne trouve rien, je ne serai pas étonné de le voir continuer d’amasser les billets en faisant une pige en Chine par exemple.

4. Rodrigue Beaubois – FA

Lui est encore plus loin de la retraite, mais s’il ne trouve pas de contrat rapidement, je pense que l’aventure NBA s’arrêtera pour lui (du moins pour le moment, un bon épisode en Europe pourrait le faire revenir). Le problème avec le français, c’est qu’on a tous en tête ses matchs prometteurs avec Dallas, son tandem avec Jason Kidd et son rôle de dynamiteur. C’est un fait, quand il est sur le terrain, il donne tout. Rapportées à 36 minutes, ses statistiques en carrière sont plus qu’honnêtes : 16 points, 4.6 passes, 4.2 rebonds et 1.5 interceptions (mais 2.5 interceptions, le résultat d’un jeu un peu fou-fou).

Annoncé à Boston un peu prématurément par les médias français alors qu’il n’avait effectué qu’un work-out avec les Celtics, c’est finalement Chris Babb qui a décroché le précieux sésame. Et il faut se rendre à l’évidence, il y a forcément une raison pour qu’aucune équipe ne soit prête à lui redonner sa chance pour le moment. En carrière, il a disputé 182 matchs (pour 54 titularisations), mais plus inquiétant, il a déjà raté 130 matchs en quatre saisons pour des blessures à répétition. Avec un jeu basé sur la vitesse et l’explosivité, si le physique ne tient pas sur la distance il devient difficile de convaincre les recruteurs. C’est dommage, car un Beaubois en forme serait un très bon back-up sur les lignes arrières des Celtics.

 

Les joueurs non cités :

  • Jason Richardson (PO – Philadeplphia) : blessé et a pris du poids. Se fera une joie de toucher plus de 6 millions encore l’année prochaine.
  • Alan Anderson (PO – Brooklyn) : bien intégré dans la rotation à Brooklyn, il touche moins d’un million cette année.
  • Anthony Morrow (PO – New Orleans) : salaire qui tourne autour du million également. Sa seule arme est son tir de loin. Joueur assez unidimensionnel.
  • Shannon Brown (FA – New-York) : Il a effectué deux contrats de 10 jours à San Antonio avant d’aller en faire un autre aux Knicks pour palier le départ de Metta World Peace. On ne sait pas encore s’il sera conservé pour la fin de saison.

 

Article rédigé par Louis Jullien.

9 Comments on “Agents libres 2014 : les arrières”

  1. Cool, comme le premier !
    Mon choix se tourne logiquement sur Avery, mais bon, tout va dépendre de notre draft encore ici..

  2. Eww. Pas génial tout ça. Bradley me convient mais je me demande de plus en plus s'il peut échapper aux blessures. Lui et Rondo n'ont jamais joué une saison complète ensemble. Ça dépendra du prix donc…

  3. Bon article encore, dans la lignée du premier !
    Je trouve qu'il y a très peu de joueurs intéressants et/ou susceptibles de signer avec Boston !
    Il faut essayer de garde Bradley qui m'a un peu déçu cette saison, je l'imaginais se montrer encore plus que ça mais bon ! Enfin bon il a été encore blessé aussi ! Par contre je doute qu'une équipe lui propose 8 millions !!

      1. Oui, sans Young ni Brooks il a fait un match énorme !
        42 points à 11/18 aux tirs (6/11 de loin), 14/14 aux lancers, 4 interceptions et une belle victoire face au Thunder !

  4. Pour avoir été critique avec Bradley au début je n'ai maintenant qu'une envie c'est qu'il reste à Boston , c'est un peu un Tony Allen en puissance finalement , un tir correct et une grosse défense , je le vois vraiment complémentaire avec Rondo quand on aura une équipe compétitive. ,Si je puis me permettre je met quand même une réserve sur Stephenson je ne le vois pas rester à ce niveau (Sortez ce com' quand il sera MVp !)
    En tout cas vraiment cool cet article !

  5. Notre recrutement sur le poste 2 va dépendre de la demande salariale de Bradley.
    Honnêtement cela m'étonnerai de voir débarquer à Boston un gros Free-Agent, tant les profils proposés n'iront pas de pair avec Rondo, il faudrait un arrière plus shooteur comme on avait Ray Allen en 2008, mais je ne suis pas sur que ce dernier pourrait revenir et il ne servirait à rien dans l'optique d'une reconstruction .
    On l'oublie mais la draft propose des profils intéressant à ce poste, Smart peut jouer 2 et Exum est un poste 2, mais pareil, ces joueurs prendront souvent le ballon des mains de Rondo.

Comments are closed.