All you need is Love ?

Si vous suivez un petit peu l’actualité des Celtics, deux infos reviennent en boucle ces derniers temps. Premièrement, le verdict est tombé et Boston aura le choix n°6 lors de la prochaine draft. Ce n’est pas aussi bien qu’espéré (mais prévisible un peu quand même) mais au moins les Celtics choisiront devant les Lakers, c’est faible comme compensation mais je trouve du positif là où je peux.

Et puis il y a cette rumeur qui revient, celle d’un transfert pour attirer Kevin Love. Véritable possibilité ou juste simple nostalgie d’un transfert pour le meilleur joueur de Minnesota (c’est vrai que ça avait plutôt bien marché la dernière fois..) ?

 

La situation

Il reste deux ans de contrat à Kevin Love. Pourquoi alors agite-t-il la rubrique transferts ? Tout simplement car la saison 2015-16 est en option, et que d’après Marc Stein d’ESPN, Love aurait clairement indiqué à son intention de tester le marché dès l’année prochaine.

Après des saisons décevantes sans aucune participation aux playoffs, Minnesotta aura du mal à garder son ailier-fort. Du coup depuis quelques jours, de nombreuses équipes sont pressenties pour attirer Kevin Love. Parmi les plus sérieuses : les Warriors, les Bulls, les Suns, les Rockets, les Knicks, les Lakers et donc .. les Celtics.

 

Kevin Love, une machine à stats

Capture d’écran 2014-05-22 à 18.18.32

Cela fait désormais cinq saisons que Kevin Love termine avec un double-double de moyenne. Le MIP (joueur ayant le plus progressé) de la saison 2010-11 est également un très bon passeur avec plus de 4 passes décisives par match.

Il faut dire que l’intérieur écarte beaucoup les défenses par sa capacité à tirer de loin (2,3 tentatives par match, 11ème de la ligue) et qu’il fait très mal en contre-attaque en trailer (l’intérieur adverse ayant tendance à bloquer la raquette et à l’oublier).

Son talent offensif n’est plus à prouver. Mais il y a un domaine statistique où Kevin Love a du mal : la défense.

Les adversaires directs de Kevin Love shootent à 60,2% près du cercle, ce qui le classe bon dernier dans ce domaine parmi les intérieurs de la ligue.

Il faut aussi se pencher sur ses rebonds d’un peu plus près. Seuls 38,4% de ses rebonds sont contestés. Il a donc besoin a côté de lui d’un « rim protector », comprennez par cette expression qui revient beaucoup un joueur costaud, dur au mal, intimidateur qui ferait le ménage sous le cercle pour que Love puisse cueillir le rebond. Nikola Pekovic fait ça très bien à Minnesota, mais aucun joueur n’a ce profil pour le moment à Boston. Heureusement, c’est l’une des priorités de l’intersaison, comme l’a avoué Brad Stevens sans détour.

 

Ce qu’il faudrait lâcher pour le faire venir

Jon Krawczynski (de Associated Press) croit savoir que pour satisfaire Flip Saunders , il faudrait un choix élevé dans la prochaine draft, et un ou deux vétérans capables d’apporter rapidement dans une équipe qui manque de leadership.

Je précise néanmoins que cela resterait le plan B des Wolves, qui espèrent toujours imiter les Blazers et prouver à leur joueur qu’ils peuvent construire autour de lui, mais le temps presse.

Le choix n°6 des Celtics (voire le 17 en plus) devront très probablement être donnés à Minnesota. Après, aucun joueur n’est intouchable (hormis Rajon Rondo pour ce transfert en particulier).

On peut imaginer un échange Love vs Green + Sullinger + Bogans (contrat expirant) ou bien un Green + Bass + Bogans vs Love + Brewer.

Cela donnerait un cinq Rubio – Martin – Green – Bass/Sullinger – Pekovic. Sans oublier le choix n°6 de la draft (Randle – Smart – Vonleh).

A Boston, l’arrivée de Brewer permettrait d’être plus tranquille par rapport à la prolongation ou non d’Avery Bradley. Enfin, Bass ou Sullinger devra être utilisé pour mettre le grappin sur un cinq défensif. Cela donne : Rondo – Brewer/Bradley – XX – Love – XX.

 

Voici donc les pour et contre d’une arrivée de Love :

Pour :

  • Un talent offensif certain, et sûrement un all-star pendant encore pas mal de saisons.
  • N’a que 25 ans et peut encore s’améliorer.
  • Sullinger ne devrait pas réussir à avoir son niveau un jour.
  • Son agent Jeff Schwartz (qui a aussi Paul Pierce) connaît bien Danny Ainge et les deux s’apprécient (d’après Wojnarowski)
  • Cela montre à Rajon Rondo que l’équipe a réellement envie de revenir sur le devant de la scène.
  • Cela pourrait attirer certains Free Agents.

Contre :

  • Il a déjà raté 106 matchs à cause de blessures diverses sur les quatre dernières saisons.
  • Si jamais il reste à Minny, Boston pourrait essayer de l’avoir contre rien l’année prochaine.
  • Sa défense (même si, à l’image de Bass, il pourrait s’améliorer individuellement et surtout collectivement).
  • Pourrait toutefois décider de tester le marché en 2015. L’expérience de Dwight Howard à Los Angeles est encore dans tous les esprits.

J’aurais pu mettre dans les « contre » son manque de leadership, Ricky Rubio ayant récemment fait part du manque de prise de parole dans le vestiaire de son ailier-fort. Néanmoins, la situation serait différente à Boston puisque Rajon Rondo est le capitaine et est déjà un mini-coach avec ses coéquipiers.

 

Love veut-il s’inscrire dans la durée à Boston ?

Pour moi, c’est la condition première avant même de réfléchir à qui envoyer en échange. Si le joueur n’est pas prêt à signer une prolongation, cela ne sert à rien à mes yeux de gâcher des choix de draft et des bons joueurs pour se retrouver dans une situation délicate dans un an.

Par contre s’il accepte de signer sur plusieurs saisons, la situation change complètement. Rondo serait assuré d’avoir un très bon joueur à ses côtés dans ses meilleures années et l’avenir serait plus dégagé qu’aujourd’hui.

Tim Welsh de CSN affirme que Love ne serait pas contre venir dans le Massachusetts. Love « voudrait jouer pour une équipe capable de gagner le titre. Cela n’a pas besoin d’être dès l’année prochaine, cela peut prendre plus d’une saison, mais il faut que ce soit une équipe qui aille vers cet objectif là. Il a besoin de changement par rapport à Minnesota. »

Le journaliste rajoute que Love a beaucoup de respect pour l’histoire des Celtics et qu’il apprécie le coach Brad Stevens.

En se mettant à la place de Kevin Love, voici pour lui le pour et le contre de venir à Boston :

Pour :

  • Brad Stevens, jeune coach prometteur et déjà respecté de la plupart des joueurs NBA.
  • Rajon Rondo, l’un des meilleurs passeurs de la ligue et leader naturel.
  • Un GM capable de faire bouger les choses.
  • L’histoire de la franchise.
  • Conférence Est (la quasi-assurance d’être All-Star et de faire les playoffs).

Contre :

  • Le climat.
  • Loin de Los Angeles (sa copine y vit et il y a joué à l’université, la rumeur veut d’ailleurs qu’il voudrait y jouer avec Russell Westbrook, son ancien coéquipier à UCLA).
  • Les Celtics devront se séparer de pas mal de joueurs pour le faire venir, et l’équipe pourrait ne pas être incroyablement supérieure à celle qu’il a aujourd’hui avec les Wolves).

 

Verdict :

Il ne faut pas faire les difficiles, l’époque du Big Three est terminée et il ne faut pas s’attendre à être champion dès l’année prochaine. Les Celtics ont eu beaucoup de mal en attaque cette année et un joueur comme Love peut apporter des réponses.

Ce serait bien sûr une première étape, il faudrait régler la question d’un pivot défensif quoiqu’il en soit.

Après je ne pense pas que cela se fera. Boston a certainement de quoi satisfaire Minnesota, mais sans la promesse de Love de s’inscrire sur la durée, je ne vois pas Ainge détruire tout ce qu’il a soigneusement accumulé pour lui.

Mais bien malin celui qui arrivera à prédire l’été des Celtics.

 

Et vous, pour ou contre la venue de Kevin Love ?

 

Article rédigé par Louis Jullien

10 Comments on “All you need is Love ?”

  1. Pour s'il s'engage dans la durée.
    Contre s'il se barre au bout d'un an.
    J'aimerais également ne pas échanger le 6eme pick, surtout si c'est Gordon.

    1. Ca sera très dur d'avoir Love en gardant ce 6è pick, voire impossible. On ne sait pas ce que Minnesota exige, mais ça m'étonnerait qu'ils laissent Love partir, avec uniquement un 17è pick et des joueurs.
      Ensuite, pour le fait qu'il se "barre au bout d'un an", ça n'est pas forcément du négatif. Au moins, Boston montrerait son envie immédiate de gagner, et ça pourrait donner envie à des FA de venir.

  2. Le gros gros risque c'est qu'il parte au bout de son contrat et qu'on l'ai dans l'os. Mais même si je ne suis pas un grand fan du joueur, ça affiche notre ambition, notre désir de progresser et ça c'est super important, dans l'immédiat je suis plutôt pour donc.

    Joévin Héno.

    1. Après moi je me dis que s'il part au bout du contrat, on a perdu des assets certes mais on a montré qu'on voulait gagner et ça nous laisse du cap space.

  3. Tout comme le message précédent, pourquoi pas si il s’inscrit dans la durée maintenant j’aimerai également qu’on conserve le pick de draft mais bon on ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre.

    En tout cas, je fais confiance a Danny ainge qui, selon moi, est toujours très juste dans ses choix.

  4. C'est sûr que la possibilité de conserver le 6ème pick est très tentante… Maintenant, si on conserve ce 6ème pick, on offre quoi en échange à Minnesota ? Ils ne sont pas fous… Ils vont tout faire pour en tirer le maximum et c'est ça qui me fait peur. Love est un bon joueur, mais il ne faut pas sacrifier trop de joueurs pour lui. Par contre, j'ai une question, si on trade green à Minnesota, peut-on récupérer Deng ? Je ne sais pas quelle est sa situation avec les Cavs exactement, mais ce serait quelque chose de clinquant je trouve !

    1. Pour avoir un peu suivi les Cavs, la greffe Deng n'a pas pris et à moins qu'ils ne prennent Embiid, ils ne devraient pas essayer de le retenir. Mais il me semble que ses articulations (je ne sais plus s'il s'agit des chevilles ou des genoux) ne sont pas en bon état, fait qui n'est toutefois pas très publicisé. Donc personnellement, j'émets des réserves quant à cette idée…

  5. Green c’est quand même une bonne monnaie d’échange, il est quand même assez irrégulier mais profite d’une certaine côte quand même. Je me demande ce qu’on pourrait en tirer..

  6. Comme quasiment la totalité d'entre nous je suis pour si jamais il accepte de prolonger à Boston, après je suis clairement contre si il souhaite venir pour ensuite tester le marché l'été prochain… Après le problème avec notre 6e pick c'est qu'une grande partie des meilleurs joueurs dispos ne seront que des postes 4, or on est blindé sur ce poste… Cette affaire c'est un casse tête chinois

  7. Même si j'adore Sullinger, je suis totalement pour ce trade, même sans avoir la certitude qu'il resigne en fin d'année. Si Love ne veut pas signer une prolongation de suite, il nous coûtera moins cher lors du trade. L'idée de récupérer Brewer me plaît également. La connexion entre lui et Love est bonne. Par contre, il est ailier et non arrière il me semble.

    Concernant le pivot défensif, si Melo part de NY, l'idée d'un Tyson Chandler me plairait beaucoup (j'aime ce joueur) qui devrait demander bien moins que ses 14M annuels actuels.

    L'idée est donc de se placer pour la Free Agency 2015 car il sera plus simple de se débarrasser du contrat de Wallace à ce moment là.

    Pour résumer, cet été, dans l'absolu, il serait alléchant de récupérer Love, un shooteur via la draft ou la free agency si Bradley n'est pas conservé et faire un pari sur un pivot, avec un contrat non garantit sur les prochaines saisons, du genre Okafor.

Comments are closed.