Mailbag 30/05/2014 : six de cœur

Après un long hiatus, j’ai décidé de reprendre la formule des mailbags. Je ne sais pas trop encore à quelle fréquence je le renouvellerai, mais cet exercice me semble didactique et interactif. Les sujets de cette édition sont, comme vous pouviez vous y attendre, Kevin Love et la draft. Bonne lecture.

 

Commençons par là. OUI. Pourquoi ? Parce que comme tout fan, je souhaite voir l’équipe devenir meilleure le plus rapidement possible, et force est de constater qu’utiliser le sixième choix ne nous permettra pas de combler nos besoins.

Toutefois, je ne focalise pas mes attentes sur le seul Kevin Love. Ces jours-ci, j’essaie de trouver quelle équipe située plus bas serait prête à échanger son choix plus autre chose contre le sixième choix de Boston.

Pourquoi ? Parce que le gros lot (top 3, voire 4) ne sera pas accessible, même avec la montagne d’atouts que nous possédons. Comme aucun joueur susceptible de changer la face de la franchise ne sera disponible, autant essayer de redescendre dans l’ordre de la draft en grappillant un bonus au passage, car la draft est profonde.

Si une équipe désire monter dans le top 8 de la draft, je pense que Danny Ainge doit immédiatement l’appeler. On pourrait se retrouver à choisir en milieu de lottery et fin de premier tour. Un échange avec les pas-si-nouveaux Charlotte Hornets, qui possèdent les 9e et 24e choix et pourraient vouloir se dégoter un intérieur à mettre aux côtés de la révélation Al Jefferson, m’irait très bien si l’on ne peut faire venir Love…

 

On sait que Danny Ainge n’aurait pas fermé la porte à un transfert même si la lottery lui avait conféré un pick dans le top 3. On peut donc considérer que les négociations incluraient d’office le sixième choix dont nous disposons cette année, d’autant que les Wolves sembleraient apprécier Aaron Gordon, joueur qui devrait a priori être disponible lorsque viendra le tour des Celtics le 26 juin prochain.

Il y a moins de deux semaines, Canis Hoopus, blog américain sur les Timberwolves suggérait une base de transfert comprenant le pick des Celtics (dont la place n’était pas encore connue), le premier tour 2016 des Nets, Kelly Olynyk et Brandon Bass contre Kevin Love et JJ Barea. Je présume que cela nous prendra bien plus que ça.

Bill Simmons, chroniqueur et fan invétéré des Celtics, suggérait ensuite qu’il faudrait donner quatre premiers tours aux Wolves. Cette vision me paraît en revanche excessive, bien qu’il me faille rappeler que tous les choix accumulés par Ainge dans ce processus de reconstruction ne sont pas amenés à être tous utilisés par Boston.

En supposant que transférer Love signifierait pour Minnesota entamer une reconstruction, il faudrait leur offrir de quoi la faciliter en prenant en charge une partie de leur masse salariale. C’est pourquoi il est évident que sera inclus dans toute négociation le contrat non-garanti de Keith Bogans (soit cinq millions instantanément effacés des tablettes des Wolves), prévu à cet effet.

Ensuite, il est important de souligner que la franchise n’est plus régie par le pathétique David Kahn. Je pense donc que le nouveau staff voudra tenter sa chance à la draft. Le pick 6 donc mais aussi au minimum un futur choix protégé ou non peuvent donc être considérés comme indispensables.

Enfin, des jeunes de qualité avec un contrat modeste tels Jared Sullinger.

Pour le reste, à toi de te creuser les méninges sur la Trade Machine de ESPN ou de trouver une troisième équipe pour faciliter le deal… en sachant que se débarrasser de Green ou Bass n’a pas l’air si facile que ça.

 


Je crois voir où tu veux en venir, mais ce n’est clairement pas ma préférence. Il a certes l’envergure de bras d’un intimidateur, mais il lui manque la taille d’un vrai pivot. Il n’a pas non plus l’explosivité du vrai contreur qu’il nous faudrait. S’il était capable de jouer pivot en NCAA, il va toutefois devoir se muer en poste 4 en NBA.

Je pense qu’on peut faire bien mieux comme « raquette du futur », mais ce n’est pas par la draft 2014 que nous trouverons ce pivot qui nous fait tant défaut.

Si on considère la venue de Noah Vonleh dans l’optique du meilleur prospect disponible au sixième choix, je lui préfère Aaron Gordon – en assumant que Julius Randle ait été choisi avant. Si Randle est disponible, je fonce dessus sans hésiter.

 

Ah ouais, bizarre. Peut-être qu’on ne va pas sélectionner selon nos besoins puisqu’il y a tout simplement de plus gros talents disponibles. Si l’on se maintient en sixième position, on choisit et on avise après. Point barre.

 

Bien évidemment, tout dépend de ce que les dirigeants arriveront à monter sur pied cet été. Si Love vient, ça nous donne un axe intéressant avec Rajon Rondo et selon les arrivées autour de ce duo, ça peut permettre d’atteindre les playoffs dès l’an prochain.

Si Love n’est pas transféré dans le Massachusetts, je ne vois pas d’autre vraie star actuellement susceptible d’être courtisée par notre GM. Ce dernier l’a dit, il n’hésitera d’ailleurs pas à jouer la carte de la patience et condamner l’équipe à la médiocrité, au moins jusqu’à la date-butoir des transferts de février 2015…

 

 

Par Léo Hurlin

2 Comments on “Mailbag 30/05/2014 : six de cœur”

  1. Vraiment sympa ce principe, et comme d'habitude une analyse très pertinente de ta part. Keep up the good work!

    Je crois qu'avec ce 6e choix on ne peut pas trop se planter vu la qualité de cette draft. J'aime beaucoup Vonleh, surtout que la mentalité de la fac d'Indiana se rapproche un peu de celle des Celtics: du sérieux, du boulot, pas de chichis. Mais évidemment si on a l'opportunité de prendre Randle, ce serait le choix parfait!
    Vraiment hâte de voir cette draft, et quoiqu'il arrive hâte d'être à la saison prochaine!

Comments are closed.