Marcus Smart : « Mon identité ? La défense »

Présentés hier à la presse en compagnie de Danny Ainge et Brad Stevens, les deux rookies James Young et Marcus Smart se sont exprimés – le premier en interview privée avec la journaliste de celtics.com Emily Austen, le deuxième devant différents médias locaux.

Pour commencer, Smart a parlé au nom de tous les rookies et de la façon dont s’est passée la draft pour lui :

« Tout le monde, pas seulement moi, tous les joueurs draftés ont travaillé dur pour en arriver là », explique-t-il. « Nous sommes bénis d’être là où nous sommes actuellement. Et évidemment, nous sommes prêts à aller sur le terrain, dès samedi [début de la Summer League]. »

Il revient ensuite sur sa sélection :

« Je ne savais pas du tout où j’allais aller, ça s’est joué à pile ou face, mais ça a vraiment été une expérience incroyable, qui ne se passe qu’une fois dans la vie, donc j’en ai profité comme il se devait. »

Avant de poursuivre sur son potentiel physique que l’on évoquait ici :

« Mon avantage est d’être un arrière plus grand, plus physique que les autres, et ce depuis mon enfance. Ça va devenir utile, j’aurai plus d’espace pour travailler avec mon corps et l’utiliser à mon avantage. Je peux essayer d’intimider par mon physique, ce qui est plutôt une mentalité de football américain, mais j’y ai joué donc ça doit venir de là. Si ça marche, tant mieux. »

Et sur sa réputation de défenseur tenace :

Je suis un très gros compétiteur, surtout en défense. Depuis toujours, c’est la défense qui modèle mon jeu, et je ne compte pas changer d’habitudes en NBA.

Smart a ensuite évoqué ses attentes pour la Summer League d’Orlando qui va débuter ce samedi 5 juillet :

« Je veux continuer de m’améliorer, individuellement. Ensuite pour le groupe, nous devons trouver une alchimie. James (Young) et moi intégrons un nouveau groupe avec de nouveaux systèmes, des joueurs que nous ne connaissons pas. Ils ne sont pas habitués à jouer avec nous, il faut qu’on travaille pour faire marcher ça. »

Un journaliste lui a ensuite posé une question amusante sur une rencontre universitaire où Smart avait rencontré Kelly Olynyk durant son année freshman :

« Je m’en souviens bien, oui, nous avions perdu d’un point », raconte-t-il. « C’était fou, on avait le match en main, Kelly avait déjà accumulé pas mal de fautes à la mi-temps. Il est revenu après la pause à un niveau incroyable. Pourtant, on avait le match bien en main. A dix secondes de la fin, je me retrouve face à lui en un contre un. Isolation, j’attaque le cercle, provoque la faute… et je manque les deux lancers-francs alors que j’étais à 80% sur la saison, cinq sur cinq ce soir-là. Derrière, nous perdons d’un point au buzzer. Je ne lui ai pas parlé depuis, mais je suis sûr qu’il s’en souvient et ne manquera pas de m’en reparler (rires). »

Sur son poste de jeu, le désormais ex-joueur d’Oklahoma State explique ne pas avoir de préférences :

« Au lycée, je n’étais pas considéré comme un vrai meneur de jeu par mon coach. Il m’avait dit avoir besoin d’un meneur, que je pouvais jouer à ce poste et c’est de là que j’ai endossé ce costume. Mais peu importe, les deux postes arrières me conviennent, je ne suis pas du genre à dire ‘je veux jouer meneur’. Je jouerai là où coach Stevens et le staff auront besoin de moi, c’est tout. »

Enfin, Smart a tenu à rappeler une nouvelle fois à quel point il était heureux d’avoir l’opportunité d’évoluer avec Rajon Rondo :

« Je suis impatient, vraiment. J’ai grandi en le regardant jouer. C’est un combattant, un compétiteur, quelqu’un qui n’abandonne jamais. Tout ce qu’il fait représente vraiment les Celtics, et ça va être intéressant de jouer avec lui, apprendre à ses côtés. Vraiment, j’ai hâte, tout comme l’idée d’évoluer avec Bradley, et tout ce groupe, en fin de compte. Je suis très heureux d’avoir été drafté ici, et j’ai hâte de faire tout mon possible pour aider cette équipe à gagner. »

NBA Draft Basketball

Young, l’autre recrue, s’est lui aussi exprimé. Notamment sur le chemin parcouru pour en arriver là et sur les attentes qu’il avait :

« Ça a été très long, il y a eu des hauts et des bas, mais ma famille a toujours été là pour me soutenir et je les en remercie. Mon rêve est devenu réalité, je suis très heureux de faire partie de cette franchise désormais. »

Il termine :

« Brad Stevens est un très très bon coach, je suis très content. Et puis il y a la Summer League, et j’ai beaucoup de choses à prouver. J’ai travaillé, je veux montrer ma polyvalence, que je peux manier le ballon et attaquer le panier beaucoup plus qu’auparavant. Je veux également découvrir mes coéquipiers, en espérant qu’on s’éclate. J’y suis enfin. »

Article rédigé par Baptiste Godreau, traduit des interviews des joueurs

3 Comments on “Marcus Smart : « Mon identité ? La défense »”

  1. Ils ont l air d avoir une bonne mentalité les rookies ….ils me plaisent:)
    Maintenant que Bradley a résigné je pense que Smart va être un sixième homme de luxe…et je pense que Young peut apporter énormément offensivement en sortie de banc!:)

Comments are closed.