Jeff Green : « Je veux devenir un leader de cette équipe »

Si les Celtics veulent dépasser leurs objectifs cette saison (une qualification en playoffs ?), chaque joueur va devoir y mettre du sien. Tout d’abord, les acquisitions successives de Marcus SmartJames YoungTyler ZellerMarcus Thornton et Evan Turner vont indéniablement apporter un plus à cette équipe, mais l’inconnue reste de savoir à quel point ils vont être en mesure d’aider ce collectif. Ces quelques ajouts ne vont pas révolutionner un roster qui a tanké durant une saison l’an passé, et auquel on promet encore une saison compliquée, c’est sûr.

Pour autant, les Celtics peuvent envisager une bonne saison, mais vont devoir compter pour cela sur l’association de différents facteurs afin d’y parvenir : la première, c’est un Rajon Rondo en bonne santé, qui doit disputer 82 matchs au meilleur de sa forme, comme on l’a vu en fin de saison dernière. Ensuite, Jared Sullinger va devoir développer sa condition physique, Kelly Olynyk continuer sur les bases d’une saison rookie encourageante, Avery Bradley ajouter de nouvelles gammes à son jeu trop ciblé sur le tir à mi-distance, et enfin, Jeff Green se doit d’être plus régulier. Brad Stevens va lui profiter de son année d’expérience à la tête de la franchise pour être plus minutieux dans ses choix, dans la mesure du possible.

La plupart des membres de l’effectif de Boston (dont leur capitaine, Rajon Rondo) ont passé leur été à Boston ou dans les alentours à travailler les faiblesses de leur jeu avec le staff techniqueLes autres, dont Jeff Green ont passé leur été loin de là où ils passent déjà les trois-quarts de leur saison. Green, rentré cette semaine à Boston, s’est cependant autant entraîné que ses coéquipiers, ce qui est selon lui de bonne augure pour la saison à venir :

Je pense que nous avons fini la saison dernière sur une bonne note. Cet été, tous les gars se sont impliqués afin d’être meilleurs la saison prochaine. Ça va forcément rendre notre équipe plus performante.

Cependant, en regardant la fin de saison dernière des Celtics, on se dit que Jeff Green est probablement victime d’amnésie sélective. Sur les 19 derniers matchs, Boston en perdu… 16. Leurs deux derniers matchs ? Une défaite face aux 76ers et une lourde défaite 118-102 à domicile pour finir la saison. « Finir la saison sur une bonne note » n’est peut-être pas le bon terme, mais nous le lui en tiendrons pas rigueur.

Ce qui est sûr, c’est que Jeff Green pense que les Celtics peuvent améliorer leur triste bilan de la saison passée : 25 victoires et 57 défaites :

On ne peut pas planifier exactement quand la reconstruction sera terminée. Pour qu’elle soit la plus courte possible, il faut simplement qu’on continue de s’entrainer chaque jour pour s’améliorer collectivement et ainsi, on pourra gagner plus de matchs.

S’il a travaillé son jeu cet été, Jeff Green a également évolué dans son style, et est désormais comparé à James Harden grâce (à cause ?) d’une barbe qu’on ne lui connaissait pas. Le président des Celtics, Rich Gotham l’a plutôt comparé à Bill Russell, ce qu’a apprécié l’ailier de Boston :

Je préfère la comparaison avec Bill Russell. Je ne l’ai pas planifié, c’est venu comme ça. C’est un nouveau look, rien de très important.

Capture d’écran 2014-09-19 à 10.22.49
Le nouveau style de Jeff Green.

Enfin, Jeff Green s’est aussi exprimé sur son été sportif. Ainsi, Jeff n’a pas travaillé sur un seul compartiment de son jeu, mais a voulu travailler sur son jeu en général :

Je veux être meilleur en tant que joueur, devenir un all around player, capable d’apporter sur différentes parties du jeu. Je ne me suis pas concentré sur un ou deux détails de mon jeu cet été, j’ai travaillé l’ensemble, pour enfin franchir ce palier et devenir un leader de cette équipe, pour aider mon équipe à gagner. C’était vraiment mon but cet été, être meilleur dans chaque secteur de mon jeu.

Avec un Rajon Rondo en pleine santé sur le terrain cette saison, Jeff Green pense que sa tâche sera plus facile que l’an passé :

Ça va être énorme. C’est notre meneur, tant sur le terrain qu’en dehors. Vous l’avez vu tout au long de sa carrière, c’est le gars qui, peu importe ses coéquipiers, va trouver celui le mieux placé et le rendre meilleur. Avec Rondo à 100%, ça va rendre notre équipe beaucoup plus performante.

C’est tout ce que l’on espère, aussi bien pour lui que pour l’équipe.

Traduction de l’article de masslive.com, Jeff Green : ‘Boston Celtics took it upon themselves to get better’ this summer par Baptiste Godreau

2 Comments on “Jeff Green : « Je veux devenir un leader de cette équipe »”

  1. Je trouve la comparaison capillaire avec Harden tout à fait intéressante. En effet le Green qui, moi, me plaisait été celui qui attaquait le panier avec agressivité, cherchait des lay-up tout en contrôle et provoquait beaucoup de fautes. Et ce Green la je ne l'ai quasiment pas vu l'an dernier à mon grand regret.

    1. Il restait scotché à trois points ou dans le corner, comme s'il ne savait plus pénétré.. Il n'est pas Paul Pierce mais Jeff Green, il est athlétique et doit se servir de ses qualités physiques pour dominer son vis à vis !

Comments are closed.