Les Celtics s’inclinent face à des Grizzlies trop forts (4-7)

Mercredi soir, les Celtics ont évité d’être la risée de la ligue en n’étant pas la première équipe de la saison à s’incliner face aux Sixers, en allant s’imposer de 11 points à Philadelphie pour ramener le bilan à 4-6. Bien leur en a pris, au vu du calendrier qui arrive pour Boston. Après ce dernier match, les Celtics vont affronter Memphis, puis Portland, Chicago et enfin les Spurs, quatre gros morceaux prétendant chacun aux premières places de leur conférence respective. Dans un premier temps, ce vendredi 21 novembre, les Celtics se déplacent à Memphis, meilleure équipe de la conférence Ouest après 12 matchs et un bilan de 10V-2D. Peu en réussite à l’Ouest depuis quelques temps (22 défaites consécutives) les Celtics s’attaquent donc pour commencer à un très gros morceau, qui réussit un début de saison exemplaire et en est à 20 victoires consécutives à domicile.

Très gros morceau, certes, mais diminué. Infectés par un virus gastriques, les Grizzlies ont sept joueurs incertains ce soir, en plus de Nick Calathes qui purge son dernier match de suspension. Les sept joueurs en question sont Tony AllenKosta KoufosCourtney LeeJon LeuerQuincy PondexterJarnell Stokes et Beno Udrih. Si Koufos, Lee, Leuer, Stokes et Udrih joueront finalement, ils seront peut-être diminués. Malgré cela, il restera les stars de Memphis, et la tâche n’en est pas plus aisée. Côté Celtics, Marcus Smart dont le retour se fait de plus en plus proche et Vitor Faverani sont toujours absents.

Les clés du match :

Face à la deuxième défense de la ligue, les Celtics vont devoir être patients et appliqués, et éviter de perdre trop de ballons face à l’agressivité des Grizzlies. Surtout, Jared Sullinger et Kelly Olynyk auront très fort à faire ce soir. Face à l’une des raquettes les plus solides de la NBA composée de Marc Gasol et Zach Randolph, il faudra tenter de ne pas se faire marcher dessus à l’intérieur, ce qui semble être une mission assez complexe au vu des performances défensives des Celtics. Principalement, il va falloir qu’Olynyk commence à montrer les crocs, au risque de voir Tyler Zeller vite rentrer ce soir pour des missions défensives. Il faudra également à l’extérieur pour Avery Bradley défendre plus dur que ces derniers temps, afin de ne pas laisser l’ancien Celtic Courtney Lee shooter dans un fauteuil à trois points (62% cette saison derrière l’arc). Enfin, il ne faudra pas prendre 120 points face à cette équipe de Memphis qui ne leur en laissera certainement pas marquer autant dans leur panier, si les Celtics veulent espérer (on sait jamais) repartir d’ici avec la victoire.

Premier quart-temps :

Les trois premières minutes de jeu sont assez appliquées pour les Celtics, qui manquent plusieurs tirs au bout des 24 secondes, défendent assez bien de l’autre côté, pour être à égalité 5-5.  Comme prévu de l’autre côté, Randolph et Gasol ont déjà marqué 13 des 16 points de leur équipe. À la moitié du quart-temps, les Celtics sont menés 16-7 après trois ratés consécutifs pour Olynyk (dont deux lay-ups), le pivot des Celtics est déjà à 1/7 (!) aux tirs.

Un panier à trois-points de Sullinger vient mettre fin à l’hémorragie tandis que Zeller remplace Olynyk, toujours très en difficulté. Mike Conley, comme depuis le début de saison, joue à un niveau All-Star et a déjà 8 points à 3/3 après sept minutes. Plusieurs stops défensifs permettent aux Celtics de rester à portée, mais maladroits en attaque, l’écart n’est que peu comblé, 14-21 à un peu plus de deux minutes de la fin du premier acte. Alors que Marc Gasol continue son chantier avec 11 points, les Celtics sont menés 25-16 après le premier quart-temps. Face à l’une des meilleures défenses de la ligue, les Celtics sont en difficulté offensivement (7/22 aux tirs) alors que de l’autre côté, le trio Conley-Randolph-Gasol a inscrit la totalité des points, dont 14 dans la raquette contre seulement deux pour les C’s.

Deuxième quart-temps :

Marcus Thornton, efficace depuis quelques matchs dans son rôle de scoreur, rentre et inscrit directement un panier à trois points initiant un 5-0 rapide des C’s, immédiatement rattrapé par Memphis avant que Thornton ne score à nouveau sur une jolie pénétration. Avec cinq points en deux minutes, il permet aux Celtics de se rapprocher à 25-31. Une fois de plus, le banc est extrêmement performant sur ce début de quart-temps, emmené par Thornton et Bass. Quand Marc Gasol n’est pas sur le terrain, c’est Jon Leuer qui prend le relais et inscrit 8 points à 4/4 maintenant un écart conséquent de huit points, 39-31 en faveur des Celtics à mi quart-temps alors que les starters refont leur apparition sur le parquet.

Déjà à 7 pertes de balle, les Celtics offrent des paniers faciles aux Grizzlies qui prennent le large, 45-33. Toujours en difficulté défensivement notamment avec le retour de Marc Gasol, les Celtics parviennent à inscrire des points par l’intermédiaire de Jeff Green mais sans parvenir à refaire ce retard. Un panier à trois points au buzzer de la mi-temps de Tayshaun Prince porte même l’écart à 14 points, 55-41 à la pause.

Face à une équipe supérieure dans tous les secteurs, les Celtics sont en difficulté, forcés notamment à prendre des mauvais tirs, tous contestés. Défensivement, face à une raquette bien plus imposante, les Celtes sont toujours en difficulté, comme depuis le début de saison et pour le reste de celle-ci sûrement.

Capture d’écran 2014-11-22 à 03.03.25

Troisième quart-temps :

Les Celtics reviennent du vestiaire avec de bonnes intentions : de bonnes intentions, de l’agressivité offensive initiée par Kelly Olynyk qui se réveille avec un panier à longue distance, et les Celtics sont de nouveau dans le match, 51-57. Même si Gasol reste très dur à stopper défensivement (surtout par Olynyk), les Celtics parviennent à réduire l’impact des quatre autres joueurs sur le parquet… mais Gasol à lui tout seul marche sur Olynyk, inscrit un panier avec la faute portant son total de points à 18 et le score à 62-53. Poste bas, mi-distance… Gasol est simplement trop fort : 22 points, 7 rebonds en 20 minutes. Rien que ça. À la moitié du troisième quart, l’écart est à nouveau conséquent, 70-55 en faveur des Grizzlies, plus large écart du match.

Définitivement en échec face à cette impressionnante défense, les Celtics forcent des tirs (24/60 à ce moment du match) tandis que les Grizzlies continuent de marteler à l’intérieur, portant l’écart jusqu’à 18 points, 74-56. Offensivement plutôt efficace, Olynyk est réellement en difficulté de l’autre côté du terrain, mais il n’est pas le seul, loin de là. Sur une possession offensive sur laquelle Brad Stevens crie à Evan Turner de rester sur son joueur, ce dernier va en aide… et laisse Vince Carter inscrire un panier à trois-points. Olynyk, auteur de 7 points consécutifs, porte son compteur à 17 points en 20 minutes ce soir, avec 14 points dans le seul troisième quart ! Il permet aux Celtics de revenir progressivement, 69-78. Une nouvelle fois, c’est un bon passage du banc accompagné d’Olynyk qui permet aux Celtics de revenir dans le match.

À la fin de ce troisième quart, les Celtics sont menés 82-70. En relais d’un Tyler Zeller dépassé (différentiel de -17 en 14 minutes…) par la raquette des Grizzlies, Kelly Olynyk s’est montré plutôt efficace offensivement dans ce quart-temps et est le seul joueur du cinq majeur à posséder un différentiel positif avec +5.

Quatrième quart-temps :

Six points consécutifs d’Evan Turner maintiennent les Celtics à neuf points… avant que Vince Carter inscrive un panier à trois-points. Les Celtics, revenus plusieurs fois dans ce match à portée des Grizz, ne parviennent toujours pas à revenir à une ou deux possessions, encaissant des paniers cruciaux à chaque fois, preuve de la maturité de l’adversaire. Toujours aussi gentils en défense, les Celtics se font driver par Jon Leuer en dribble sur deux possessions consécutives… 99-82 alors qu’il ne reste que six minutes, les Celtics ont repris un run après être revenus, la messe semble dite.

Jon Leuer drive la pathétique défense des Celtics :

 

Les Celtics n’y sont plus du tout, laissant Marc Gasol égaler son record de points en carrière (32). Dwight Powell et James Young rentrent alors en jeu pour les dernières minutes, Powell inscrit alors les premiers points de sa carrière sur un alley-oop avec Phil Pressey. Trois dernières minutes de garbage time permettent aux Grizzlies de conclure tranquillement, 117-100, septième défaite de la saison pour les Celtics, la 23è à l’Ouest consécutive.

En conclusion :

Les Celtics sont simplement tombés ce soir sur plus fort qu’eux. Une raquette trop solide, un meneur à la baguette qui joue extrêmement juste, et une défense impeccable, le tout donne un collectif huilé trop fort pour Boston. Cependant, la défaite aurait pu être moins large (voire évitée) si les Celtics se mettent (enfin) à défendre. Une nouvelle fois, 117 points encaissés, c’est beaucoup trop. Jon Leuer, remplaçant des Grizzlies a inscrit 19 points en 22 minutes. Jusque-là, il inscrivait trois points par match cette saison. Cette fâcheuse tendance qu’ont les Celtics à laisser des joueurs improbables leur planter 20 points sur le museau est assez gênante. Ensuite, les Celtics ont également laissé Marc Gasol et Zach Randolph se régaler tout le match dans la raquette : 32 points pour le premier, 16 points et 16 rebonds pour le second.

Comme dit en introduction, face à une telle solidité défensive, les Celtics ne pouvaient pas prétendre à la victoire sans les stopper offensivement. Enfin, on est en mesure d’attendre plus de Rajon Rondo. Ce soir, il n’a pas du tout été capable de faire la différence et finit avec une maigre feuille de statistiques : 4 points, 5 rebonds et 4 passes. Une nouvelle fois, il faut noter le bon apport du banc, principalement Turner et Thornton qui ont plusieurs fois permis aux Celtics de se rapprocher, en vain.

4-7, les Celtics vont devoir se relancer au TD Garden face à Portland dimanche, une autre tâche compliquée.

Le boxscore final :

Capture d’écran 2014-11-22 à 04.25.49

 

Capture d’écran 2014-11-22 à 04.26.04

 

Article rédigé par Baptiste Godreau