Tyler Zeller bien trop seul face au Heat (10-15)

Sur une série de trois victoires consécutives, les Celtics sont en bonne forme actuellement, notamment grâce à de bonnes performances défensivement ces derniers temps (87 points encaissés contre les Sixers, 92 contre le Magic, 98 contre les Timberwolves), menant les Celtics à six victoires sur leurs neufs derniers matchs, et profitant jusque-là parfaitement d’un mois de décembre plus abordable. Après le transfert de Rajon Rondo, les Celtics accueillent ce dimanche 21 décembre pour la première fois leurs trois nouveaux arrivants : Jameer NelsonJae Crowder et Brandan Wright dans un déplacement chez le Miami Heat.

Actuellement huitièmes de la conférence Est, les Celtics ont un coup à jouer chez un adversaire direct (pour l’instant), qui est placé juste devant au classement. Après un solide début de saison, le Heat s’est légèrement essoufflé depuis, notamment à domicile, avec un bilan étonnamment négatif de quatre victoires pour neuf défaites à l’American Airlines Arena. Les Celtics devront donc profiter de cette faiblesse pour engranger peut-être une quatrième victoire consécutive.

Surtout, il manquera du côté de Miami Chris Bosh, leader de cette équipe, accompagné à l’infirmerie de Josh McRoberts et un absent (pas des moindres), de dernière minute : Dwyane Wade. À Boston, Marcus Thornton et James Young sont toujours absents.

Le cinq de départ : Marcus Smart – Avery Bradley – Jeff Green – Jared Sullinger – Tyler Zeller. Rondo parti, Brad Stevens a donc décidé de directement responsabiliser Smart, qui aura donc ce soir sa première titularisation en carrière.

Les clés du match :

Avec trois nouveaux joueurs à intégrer, le match de ce soir sera compliqué pour Boston et Brad Stevens dans ses rotations, mais nous aurons l’occasion de voir ce que peut donner l’apport du banc avec ces ajouts. Sur une série de trois victoires, ce sont les Celtics qui sont sur la bonne dynamique, au contraire de leur adversaire (deux défaites consécutives), qui en plus de cela est très en difficulté à domicile. Défensivement très en place dernièrement, les Celtics vont devoir continuer avec cette intensité, que devront générer Marcus Smart et Avery Bradley pour récupérer une victoire prenable face à un Heat privé de ses deux joueurs clés.

Premier quart-temps :

Avec quatre pertes de balle dans les trois premières minutes, les Celtics laissent le Heat mieux démarrer le match sur un 2-9. Trop permissifs en défense, les Celtics laissent trop Mario Chalmers et Norris Cole rentrer dans la raquette, et ressortir la balle notamment sur Shawne Williams qui a déjà inscrit 8 points après cinq minutes dont deux tirs à longue distance. Cependant, sur quatre points consécutifs de Tyler Zeller, bien rentré dans son match, les Celtics ne plus sont menés que 11-15 en six minutes, après un début de match très poussif.

Alors que les deux équipes sont rentrées dans leurs rotations, c’est bien le Heat qui poursuit sur sa lancée du début de match par Udonis Haslem et Luol Deng. En face, les Celtics bougent plutôt bien le ballon, mais peinent à trouver des tirs ouverts. À trois minutes de la fin du premier acte, Brad Stevens prend son premier temps-mort alors que le Heat est sur un 4-0, le score est de 13-21. Alors qu’aucune des recrues était encore rentrée en jeu, c’est Jameer Nelson qui fait alors le premier son arrivée et se fait remarquer par une première interception rapide, rapidement suivi par Wright et Crowder, mettant alors en même temps sur le terrain ces trois recrues.

À la fin du premier quart, les Celtics sont menés 21-28. Difficilement rentrés dans le match notamment à cause de plusieurs pertes de balle, les Celtics sont légèrement revenus ensuite mais un panier derrière l’arc de Luol Deng en fin de période a permis au Heat de garder 7 points d’avance. Avec un bon mouvement de ballon, les Celtics vont désormais devoir monter d’intensité en défense.

Belle action collective entre Nelson, Turner et Olynyk :

 Deuxième quart-temps :

Brandan Wright, sur un rebond offensif, inscrit ses premiers points sous ses nouvelles couleurs, immédiatement suivi par Jameer Nelson à trois points. Seulement, de l’autre côté, les Celtics ne font pas de stops et sont toujours menés d’une dizaine de points, laissant l’adversaire à 63% au tir. À six minutes de la pause, les Celtics sont menés 32-41 après un dunk de Brandan Wright. Face à une équipe en sur-régime défensif du fait de l’absence de ses cadres, les Celtics sont réellement à la peine et trouvent très peu de solutions en attaque notamment en l’absence de Jeff Green et des titulaires qui n’ont pour l’instant joué que trois minutes ensemble. De l’autre côté du terrain, les Celtics sont tout autant en difficulté notamment sur les lignes extérieures, et l’écart s’est stabilisé à dix points depuis le début de ce deuxième acte.

Sur un 12-4 en cours, le Heat prend même jusqu’à quinze points d’avance, derrière une grosse énergie insufflée par James Ennis et Norris Cole, qui portent vite le ballon devant et trouvent les intervalles dans la défense Celte à la peine. Jared Sullinger, peu impliqué offensivement jusque-là ramène les Celtics à nouveau à dix points, mais les Celtics ne parviennent toujours pas à réaliser un run pour se rapprocher à hauteur du Heat.

À la pause, les Celtics sont menés 42-52. Malgré du mieux par certains moments, les Celtics n’ont jamais été capables d’accelérer dans ce match et ont été incapables de sortir un run pour revenir. Défensivement, ils ont laissé Chalmers, Cole et Ennis bien trop dicter le rythme et pénétrer la défense pour ressortir sur des shoots ouverts. Si les Celtics veulent repartir de la Floride avec une victoire importante, il va falloir comme dit après le premier quart-temps se mettre au niveau défensif proposé par Miami. Globalement, les Celtics vont devoir trouver un rythme plus élevé que celui proposé jusque-là, puisqu’ils ont inscrit pour l’instant zéro points en contre-attaque. Surtout, face à une raquette très faible en face, les Celtics feraient bien de commencer à trouver leurs intérieurs poste bas, le jeu s’étant jusque-là concentré à l’éxtérieur. 

Passe ingénieuse de Marcus Smart qui mène à une faute sur Sullinger :


Capture d’écran 2014-12-22 à 01.11.11

Troisième quart-temps :

Plus en place défensivement, les Celtics forcent sur deux possessions consécutives le Heat à shooter au bout des 24 secondes, tandis que Tyler Zeller inscrit cinq points de l’autre côté, et le score est de 51-56 après trois minutes, sur un 11-2 en cours malheureusement rapidement coupé par six points consécutifs du Heat qui reprend onze points d’avance. Énervé par plusieurs décisions arbitrales, Jared Sullinger prend même une faute technique qui ne fait pas du bien aux C’s, en difficulté alors qu’ils étaient mieux rentrés du vestiaire. Un moment revenus à cinq points, les C’s sont repartis à 14 points sur un 9-0 encaissé… À six minutes du terme de ce troisième acte, les Celtics sont largement derrières, 53-67.

Tyler Zeller, avec 11 des 15 points des Celtics dans ce quart-temps, permet aux Celtics de ne pas prendre un écart insurmontable. Malheureusement, le déroulement de ce troisième quart est en tous points semblable à la première mi-temps, durant laquelle les Celtics n’ont jamais réussi à stopper leurs adversaires sur plusieurs actions consécutives. Résultat, l’écart est toujours le même : 59-70 à quatre minutes de la fin de ce quart.

Les Celtics, en cruel manque de rythme, n’ont toujours pas inscrit le moindre point sur contre-attaque, ce qui est d’habitude leur force (troisièmes de la ligue) et sont menés 61-72 à la fin de ce troisième quart-temps. Toujours en difficulté sur les extérieurs et notamment Cole et Chalmers, les C’s ne trouvent en plus de cela aucun moyen de scorer facilement de l’autre côté du terrain, sauf par Tyler Zeller qui a été bien seul dans ce quart-temps. Au vu du déroulement de ce match, il va être difficile de remporter ce match tant le Heat dicte le rythme de la rencontre, subi par Boston, surtout face à une équipe qui présente un bilan de 11-1 en menant après trois quart-temps.

Quatrième quart-temps :

Conservant la même énergie que durant les 36 premières minutes, le Heat reprend jusqu’à 15 points d’avance en début de quart-temps, rapidement réduit à dix points par Evan Turner, très moyen jusqu’ici, et Brandan Wright. Plus intenses défensivement, les Celtics ont largement réduit le pourcentage au tir du Heat… mais ont conservé la fâcheuse tendance de scorer uniquement quand l’adversaire score et non après un stop, ce qui n’aide pas à revenir au score. À six minutes du terme de cette rencontre, les Celtics sont toujours menés 70-81.

La fin de match est exactement la même que tout le match (du coup, vous vous doutez qu’à regarder c’était… monotone ?) et le Heat ne laisse pas filer une avance face à des Celtics toujours aussi peu intensifs. Après 48 minutes de (pénible) jeu, les Celtics s’inclinent fort logiquement 84-100.

En conclusion :

Face à une équipe diminuée de ses deux meilleurs joueurs (et de loin), les Celtics reviennent avec une valise de 16 points. Complètement dominés dans l’intensité durant 48 minutes, les Celtics n’ont jamais réussi à augmenter le rythme et ont passé l’ensemble du match à subir. En difficulté face aux meneurs adverses, Smart et Bradley n’ont pas du tout eu l’impact attendu en défense, tandis qu’en attaque, Tyler Zeller (22 points – 8 rebonds) était bien trop seul. Du côté des nouveaux, Jameer Nelson a été le plus utilisé mais n’a pas franchement été bon, tandis que Wright a montré de belles choses, Stevens l’ayant privilégié en deuxième mi-temps à Brandon Bass qui n’aura joué que cinq minutes ce soir. La stat du soir, c’est le zéro pointé des Celtics en contre-attaque, preuve d’un manque de rythme étonnant après un jour de repos. Peut-être est-ce le manque de Rajon Rondo, qui avait pour habitude de pousser vite le ballon ? Peut-être, mais Rondo parti, il faudra retrouver vite du rythme.

Mardi, les Celtics continueront leur mini road trip en Floride face au Magic d’Orlando. Pour l’instant, avec un bilan de 10 victoires pour 15 défaites, les C’s gardent la huitième place à l’Est.

Le boxscore final :

Capture d’écran 2014-12-22 à 02.35.07

 

Article rédigé par Baptiste Godreau