Les Celtics reviennent à nouveau de trop loin (11-21)

Avec seulement deux victoires en huit matchs, les Celtics ont clairement du mal à digérer le départ de Rajon Rondo. Samedi soir, malgré une défaite en prolongation à Chicago, les Celtics n’ont rien montré de rassurant dans le jeu, voire pire. 20 pertes de balle, un manque criant d’agressivité ne leur permettant d’obtenir que onze lancers-francs en 48 minutes… : c’était pauvre. Sur le plan comptable, les temps sont durs, mais également dans le jeu, où les Celtics ont perdu leur véritable maître à jouer. Cela prendra du temps, c’est évident, mais il faut avouer qu’actuellement les Celtics jouent mal, notamment offensivement, puisque l’équipe a fait de réels progrès défensifs.

Ce lundi 5 janvier, les Celtics vont (une nouvelle fois) tenter de se relancer, cette fois au TD Garden face aux Hornets. En face, les Hornets ne sont toujours pas au mieux. Malgré une séries de quatre victoires consécutives en décembre (suivie par cinq défaites de suite), Charlotte stagne dans le bas de la conférence Est, derrière Boston avec un bilan de 11 victoires pour 24 défaites. Cette saison, Hornets et Celtics se sont déjà affrontés une fois, c’était à Charlotte et les Celtics s’étaient inclinés, en ne scorant que 87 points.

À l’époque, les Hornets avaient également Lance Stephenson dans leur effectif, disparu ces derniers temps et qui sera à nouveau absent ce soir, tout comme Al Jefferson et Jannero Pargo. Oui, ce soir, les Hornets seront affaiblis. À Boston, Marcus Thornton ne sera toujours pas là, tout comme Jameer Nelson, tandis que James Young fait son retour dans le groupe.

Le cinq de départ : Evan Turner – Avery Bradley – Jeff Green – Jared Sullinger – Tyler Zeller

Les clés du match :

Face à une raquette amputée de son meilleur joueur, c’est un nouveau soir durant lequel Jared Sullinger doit dominer. Très à son aise (l’un des seuls) face à Chicago, la possibilité d’une victoire ce soir devrait passer par une bonne performance de l’intérieur. À ses côtés, Tyler Zeller devra être performant face à son frère, Cody Zeller, qui apporte beaucoup depuis la blessure de Jefferson notamment. Si la bataille à l’intérieur sera déterminante, il faudra également que les arrières arrivent à stopper Kemba Walkerauteur de 30 points au dernier match. Evan Turner, transformé face à Chicago samedi (29 points) ne devra également pas se prendre pour le sauveur, sans quoi l’attaque des Celtics risque de ressembler à ces derniers temps, c’est-à-dire pas grand chose. Clairement, les Celtics doivent s’imposer ce soir. Cependant, au vu des derniers matchs, il serait surtout bon de retrouver un fond de jeu, une attaque en mouvement, un abandon du hero ball et des pertes de balle limitées. Cela passera par un Jeff Green agressif, que l’on a pas vu face à Chicago. Victoire (quasi) obligatoire donc face à cette équipe et sa cascade de blessés, mais on aimerait (re)voir la manière. 

Premier quart-temps :

Tyler Zeller commence très bien en encaissant une charge de Michael Kidd-Gilchrist, convertie par Jeff Green tout en agressivité de l’autre côté du terrain, sur deux drives consécutifs. La suite est plus médiocre. Avery Bradley, qui trouve plusieurs bonnes ouvertures en sortie de dribble se montre maladroit (0/4 pour commencer) à l’image de l’équipe, qui a suivi les deux tirs de Green par huit ratés consécutifs (2/12 au total). Les Celtics n’ont pas scoré depuis quatre minutes, et sont menés 4-15 par les Hornets, bien plus adroits et qui restent sur un 11-0.

Jeff Green met fin au run d’un nouveau panier en pénétration, l’ailier permet aux Celtics de rester en vie et a déjà scoré les six points de son équipe à 3/5 au tir, contre 0/8 pour le reste de l’équipe. Après un cinq de départ en difficulté, Brad Stevens ouvre son banc en faisant rentrer la paire Pressey – Smart, en lieu et place de Turner et Bradley, maladroits et dominés par Kemba Walker. Cependant, malgré les premiers paniers de la soirée pour Kelly Olynyk et Brandon Bass, les Celtics ne refont pas leur retard, en ne tirant qu’à 26% notamment (5/19), tandis que de l’autre côté, Cody Zeller est adroit à mi-distance. Seul Jeff Green semble en jambes ce soir, et les Celtics cherchent sur plusieurs offensives désespérément à le trouver au poste bas, ce qui paralyse légèrement l’attaque.

À la fin du premier acte, les Celtics n’ont scoré que 16 points, et sont menés 16-24. Comme face à Chicago, les Celtics n’ont trouvé aucune adresse dans ce quart-temps, alors que la défense (exceptée celle sur Kemba Walker qui a déjà inscrit 11 points) a été plutôt encourageante. L’attaque a une nouvelle fois été très statique, et en retrouvant du mouvement, les Celtics devraient retrouver de l’adresse.

Deuxième quart-temps :

Marcus Smart inaugure le compteur à longue distance des C’s pour ce soir avec un shoot rapide en transition, mais Charlotte répond immédiatement par six points consécutifs de P.J Hairston et après quatre minutes dans ce second acte, les Hornets prennent la plus large avance du match, 21-34. Avec un 9/30 au tir, c’est pour l’instant la copie conforme des matchs précédents : c’est triste. Heureusement, sur deux paniers consécutifs signés Turner et Sullinger, les Celtics reviennent à dix points, 26-36 à six minutes de la pause.

Tyler Zeller, d’un joli floater pousse le mini run à 6-0, forçant le coach des Hornets à prendre un temps-mort, judicieux puisqu’immédiatement, Cody Zeller met fin à la série des Celtics par quatre points consécutifs. Comme prévu, le frère de Tyler s’éclate (12 points à 5/5 au tir – 4 rebonds) et fait très très mal à la défense des C’s, aussi bien dans la raquette qu’à mi-distance. 30-44 à trois minutes de la pause, le moment est choisi par Brad Stevens pour donner sa chance à James Young. De son côté, Cody Zeller continue son chantier, et avec 25 points à eux deux (sur 46), la paire Walker – Zeller est clairement en train de dominer les C’s. En face, Jared Sullinger fait de son mieux pour maintenir les Celtics dans le match (tâche difficile) avec huit points dans ce seul quart-temps.

Même avec l’apport de Sullinger, les Celtics viennent de vivre une nouvelle très mauvaise première période, et sont menés 36-50 après 24 minutes. En attaque, nous avons vu la même chose que ces derniers temps : peu d’alternance, une mauvaise sélection de tirs, et en plus de cela, Jeff Green (qui reste sur un 4/18 face à Chicago), qui avait réalisé un bon début de match, s’est éteint ensuite et finit la première mi-temps à 3/10 au tir. En attaque, les Celtics ont une nouvelle fois abusé du tir à mi-distance (sans réussite, 32% au tir) et n’ont pas du tout été assez percutants, au contraire des Hornets qui par Walker et Zeller, ont agressé le cercle des Celtics, récoltant des rebonds offensifs importants (Charlotte domine d’ailleurs largement au rebond : 30-18). Il va falloir réagir, et très vite pour les Celtics, dont le niveau devient sérieusement inquiétant. Pour espérer s’imposer ce soir, il faudra surtout trouver un moyen de stopper cet axe Walker – Zeller, qui a inscrit 27 points en première période.

Capture d’écran 2015-01-06 à 02.40.14

Troisième quart-temps :

Les Celtics commencent par trois (mauvais) shoots ratés et les Hornets s’envolent à +18, 38-56 après trois minutes. Pour la première fois depuis bien longtemps, on voit une action avec Avery Bradley qui coupe au panier et inscrit un lay-up facile, chose que l’on devrait voir beaucoup plus souvent mais qui a disparu du jeu de l’arrière. Zeller, de l’autre côté, continue de marcher sur son frère, 18 points à 8/8 et les Hornets sont en ballade, alors que Brad Stevens décide de faire rentrer Gerald Wallace et Brandan Wright, tous deux restés sur le banc durant l’ensemble de la première mi-temps. Les Hornets, face à un cinq qui manque clairement de shooteurs, décident alors de proposer une défense de zone, alors qu’ils mènent 46-65 après six minutes dans ce troisième quart-temps. Pas de rythme, pas d’adresse, pas de défense, rien ne va ce soir, c’est une véritable purge comme on a rarement vu. Les Celtics avaient déjà été très mauvais lors du premier match de la saison face aux Hornets… c’est pire ce soir.

Kemba Walker d’un nouveau panier à trois points fait même passer à Charlotte la barre des 20 points d’avance, avant que Marcus Smart ne lui réponde et que James Young ne revienne pour la deuxième fois de la soirée sur le parquet. Concrètement, les Hornets s’amusent, alors que James Young inscrit un panier à trois points qui fera plaisir aux supporters, avant d’enchainer sur un panier à mi-distance. Cinq points consécutifs pour le rookie, mais après trois quart-temps, les Celtics sont largement derrière : 62-79. Ce match est terrible, et je pèse mes mots.

Quatrième quart-temps :

Pressey – Young – Crowder – Olynyk – Wright, place au banc, qui mérite de jouer ce soir. James Young, d’ailleurs inscrit un nouveau panier à trois points (8 points déjà), qui suit un lay-up en contre-attaque de Phil Pressey et les Celtics reviennent à 14 points alors qu’il reste dix minutes à jouer. Actif en défense par trois interceptions, Phil Pressey fait de très bonnes choses pour tenter de ramener Boston. Seulement, Kemba Walker, avec 29 points déjà, ne semble pas en faveur d’un retour des C’s. À six minutes de la fin du match, les Celtics sont cependant revenus à neuf points, 79-88.

JAMES YOUNG ! Un nouveau panier à trois points, onze points pour lui et le TD Garden explose. Le rookie fait de très très bonnes choses (une faute offensive provoquée notamment) et les Celtics sont revenus à six points ! Avec un cinq composé de Smart – Young – Crowder – Bass et Sullinger, les Celtics viennent de passer un 10-0 à leur adversaire. Les Celtics défendent beaucoup mieux mais laissent malheureusement deux rebonds offensifs qui font très mal et les Hornets scorent un panier avec la faute puis un panier à trois points sur seconde chance. 85-96, il reste un peu plus de trois minutes. Une nouvelle fois, les Celtics sont-ils partis de trop loin ? Il semble bien. Les Hornets gèrent leur écart, et au final, les Celtics s’inclinent 95-104.

En conclusion :

Bon. Une nouvelle fois, les Celtics n’ont pas été bons, le dernier quart-temps masquant une performance d’une tristesse rarement vue cette saison. Le cinq de départ, excepté Jared Sullinger, a été catastrophique ce soir, et heureusement, les rentrées de Pressey, Crowder et Young ont permis aux Celtics de ne pas prendre 25 points. Il faut vraiment féliciter ces trois là (et Sullinger), qui ont montré de très bonnes choses ce soir.

Sans intensité, sans circulation de balle, les Celtics inquiètent. Jeff Green, notamment qui a été pour la deuxième fois consécutive très maladroit, et qui n’a eu aucune emprise sur ce match. Clairement un match à oublier, mais ça commence à en faire beaucoup, de matchs de ce genre…

Le prochain match aura lieu mercredi à Brooklyn.

Le boxscore final :

Capture d’écran 2015-01-06 à 03.58.13

Article rédigé par Baptiste Godreau