Sullinger et Crowder rendent muets les Pelicans (13-23)

C’est désormais officiel. Après trois jours de rumeurs toutes plus ou moins vraies, les Celtics ont envoyé Jeff Green à Memphis, en échange de Tayshaun PrinceAustin Rivers et un futur premier tour de draft. Ainsi, les Celtics en ont fini pour le moment avec leurs soldes d’hiver, et vont pouvoir tourner la page des trades les importants de la saison. Au calendrier, avec tous ces mouvements récents et un clair affaiblissement de l’effectif, les Celtics sont dans le dur, ayant perdu neuf de leur onze derniers matchs, le dernier en date à Toronto.

Ce lundi 12 janvier, avant d’aborder une phase très difficile de leur calendrier, les Celtics retrouvent le TD Garden pour accueillir Anthony Davis et les Pelicans, neuvièmes de la conférence Ouest, avec un bilan à l’équilibre de 18 victoires pour 18 défaites. Récemment, les Pelicans alternent le chaud (+28 face à Houston) et le froid (défaite à Charlotte ou à Indiana) pour cinq victoires en dix matchs. Cependant, pour débuter un road-trip de cinq matchs à l’Est, la case Celtics a dû être cochée pour engranger de la confiance avant de partir vers Detroit ou Toronto, équipes en forme du moment.

Côté blessés/absents, les Celtics n’auront pas dans leurs rangs les nouveaux arrivants, Tayshaun Prince et Austin Rivers, sans quoi le groupe est identique aux derniers matchs. Côté Pelicans, le groupe est au complet.

Le cinq de départ : Evan Turner – Avery Bradley – Jae Crowder – Jared Sullinger – Tyler Zeller. Avec Jeff Green parti, c’est toujours Jae Crowder qui sera titulaire à l’aile, Brad Stevens appréciant son apport physique en attendant de voir si Tayshaun Prince prendra cette place.

Les clés du match :

Stopper Anthony Davis ? Mission quasi-impossible, mais que devront tenter de réaliser les intérieurs Celtes. L’an passé, Davis s’était amusé face aux Celtics en inscrivant 40 points (et prenant 21 rebonds), nul doute qu’avec une telle performance de sa part, les Celtics auront du mal à s’imposer ce soir. Comme d’habitude, c’est également aux arrières à qui reviendront la tâche de tenir le meneur adverse, Jrue Holiday, sur pick-and-roll, de contenir au maximum cette relation meneur – pivot. Enfin, face à la onzième équipe de la ligue aux rebonds, les Celtics devront être très attentifs au rebond défensif (pas comme les derniers matchs), sans quoi, les Pelicans devraient s’amuser et récupérer de très importantes secondes chances.

Premier quart-temps :

D’un fadeaway au poste bas, Evan Turner inscrit les deux premiers points du match, ce à quoi répondent les Pelicans par un 7-0 marqué de l’empreinte d’Eric Gordon, stoppé par deux tirs à mi-distance de Jae Crowder. À ce run des Pelicans, les Celtics répondent d’un 11-2 rapide, qui se conclut sur un nouveau tir d’Evan Turner, cette fois-ci à trois points, et à six minutes de la fin du premier quart-temps, les Celtics mènent 13-9. Les Celtics courent, c’est plaisant à voir, et sont plutôt bien rentrés dans leur match, à la manière du dernier match face à Toronto. Seront-ils capables de tenir ce rythme ?

En face, l’ensemble des points a été inscrit par Anthony Davis et Eric Gordon, alors que Jrue Holiday est maintenu à 0/3 au tir sur ce début de match. Brandon Bass, rentré en jeu, inscrit lui un panier à trois points dans le corner et permet aux Celtics de reprendre la tête, 16-13 à trois minutes de la fin du premier quart-temps, immédiatement répondu par Tyreke Evans, défendu par Marcus Smart pour un duel très physique, qui inscrit là les premiers points extérieurs au duo mentionné plus haut pour les Pelicans. Les Celtics, de leur côté, font beaucoup circuler la balle, et malgré une adresse à nouveau médiocre (6/16 pour débuter), ils sont devant pour l’instant, notamment grâce à la belle entrée de Marcus Thornton qui apporte toute son explosivité en attaque.

À la fin du premier quart-temps, Celtics et Pelicans sont à égalité, 22-22. Défensivement, les Celtics n’ont pas réussi à stopper Anthony Davis, qui a déjà inscrit 8 points, mais l’essentiel est qu’ils ont réussi à le faire sur ses coéquipiers, et notamment Jrue Holiday, ou Omer Asik, qui n’ont pas eu de positions faciles. En attaque, malgré une adresse faible, les Celtics ont produit un jeu appliqué, patient et collectif. Une nouvelle fois, peuvent-ils rivaliser 48 minutes ?

Deuxième quart-temps :

James Young démarre le deuxième quart-temps sur le terrain, mais perd son premier ballon, immédiatement converti par Tyreke Evans de l’autre côté. Ce dernier, qui a d’ailleurs eu un impact dès sa rentrée sur le terrain ce soir (10 points déjà), inscrit un panier avec la faute (la troisième de Kelly Olynyk) et permet aux Pelicans un run de 10-0 à cheval sur les deux quart-temps, leur permettant de mener 22-28 avant que Brandon Bass (8 points) ne lui réponde par cinq points consécutifs, suivi par un tir à trois points de Jae Crowder. 8-0 en cours, les Celtics ont recollé dans un match de séries pour l’instant, où les deux équipes y vont de leurs runs successifs. James Young, qui inscrit ses deux premiers points de la soirée, permet même aux Celtics de reprendre la tête, 34-32 à six minutes de la mi-temps.

Avery Bradley envoie Jae Crowder au dunk et enflamme le TD Garden, les Celtics jouent bien et c’est appréciable, malgré un Tyler Zeller très en difficulté (0/5 au tir). Les deux équipes se rendent coup pour coup, et Boston mène 41-39, derrière un Jae Crowder toujours aussi bon, voire plus : 13 points, 3 interceptions, 2 passes en 15 minutes. Pour finir le quart-temps, Avery Bradley envoie même Crowder à l’alley-oop, pour conclure une très belle première mi-temps, sur le score de 49-49.

Dans le jeu, c’était très fun cette première mi-temps. Grâce à toute l’intensité défensive (et offensive) de Crowder (associé à Bradley et Smart, tous deux très efficaces en défense), les Celtics ont produit du très beau jeu, marqué par 15 passes décisives déjà. En défense, malgré 25 points du duo Eric Gordon – Anthony Davis, les Celtics ont bien tenu en provoquant notamment 13 pertes de balle adverses, qui leur ont offert 16 points. C’était bien, pourvu que ça dure. Seul point négatif, l’entrée de Kelly Olynyk, qui avec deux pertes de balle et trois fautes, n’a rien apporté de positif.

Capture d’écran 2015-01-13 à 02.40.06

Troisième quart-temps :

Evan Turner démarre la deuxième mi-temps comme il a commencé la première, inscrivant les premiers points de son équipe en pénétration, avant d’intercepter le ballon et d’envoyer Avery Bradley au lay-up. Seulement, en face, il y a un monstre et à chaque fois, Anthony Davis répond aux paniers Celtes. Avec son impact défensif, il permet même aux Pelicans de faire des stops précieux, convertis par Eric Gordon et son équipe prend la tête, 59-63 après six minutes dans ce troisième acte.

Heureusement, les Celtics possèdent Jae Crowder dans leurs rangs. Auteur de quatre points consécutifs (19 points, record en carrière), l’ailier est au plus que parfait ce soir et permet aux C’s de rester dans le match, alors que ça commence à pleuvoir de partout pour les Pelicans, par Davis, Gordon ou Evans. Kelly Olynyk, revenu sur le terrain, prend lui sa cinquième faute du soir, en seulement 11 minutes sur le parquet, permettant à Gerald Wallace de rentrer en jeu, plutôt que Tyler Zeller, à la peine ce soir (0/8 au tir), et le vétéran apporte d’ailleurs dès son entrée avec deux rebonds offensifs.

À la fin du troisième quart-temps, les Celtics ont pris un léger retard et sont menés 72-76. Sullinger (14 points), Turner (10 points, 7 rebonds, 5 passes) et surtout Crowder (19 points) ont permis aux Celtics de rester à distance, alors qu’il devient difficile de stopper l’attaque adverse, marquée par le trio Davis – Gordon – Evans. Il y a un coup à jouer, c’est évident, mais jusque-là, les Celtics jouent bien. Espérons qu’ils soient en mesure de donner un coup d’accélérateur dans les dernières minutes.

L’énorme contre de Jae Crowder sur Tyreke Evans :

Quatrième quart-temps :

Marcus Smart, qui attaque au poste bas Jimmer Fredette, délivre une superbe passe pour Zeller qui inscrit son premier panier de la soirée, suivi d’un panier à trois points de Marcus Thornton… 6-0, les Celtics démarrent très bien ce dernier quart-temps. et reprennent les devants dans ce match, mais laissent malheureusement plusieurs rebonds offensifs importants (qu’ils avaient très bien verrouillé jusque-là) qui permettent aux Pelicans de se reprendre. Anthony Davis, l’air de rien, a déjà inscrit 28 points ce soir, sans l’avoir particulièrement vu (c’est ça le pire) et redonne de l’air à des Pelicans en difficulté ce soir face à des C’s volontaires, en ayant inscrit les sept derniers points de son équipe. En relais de Crowder, c’est Sully, déjà excellent, qui permet aux Celtics de revenir à une possession sur cinq points consécutifs, en étant très présent au rebond offensif. À six minutes de la fin de ce superbe match, les Celtics reviennent à égalité, 90-90 sur un panier à trois points de Jared Sullinger, son premier de la soirée. Dans ce dernier quart-temps, c’est pour l’instant Jared Sullinger contre Anthony Davis, c’est un régal.

La superbe passe de Marcus Smart :

Jae Crowder ! Revenu sur le terrain, l’ailier inscrit un très important tir à trois points (avec la planche…) pour donner quatre points d’avance aux C’s, il reste quatre minutes à jouer. Les deux équipes s’échangent les paniers, mais suite à un gros stop, Avery Bradley inscrit un panier avec la planche et permet aux Celtics de prendre leur plus large écart du match, 101-96, il reste 1min50 à jouer. In and out sur le cercle pour les Celtics, répondu par les Pelicans, 101-100, il reste 50 secondes… avant que Marcus Smart en fin de possession n’inscrive un énorme tir à trois points pour garantir la victoire Celte, avant le jeu des lancers-francs… Le TD Garden est en fusion, les Celtics s’imposent 108-100.

En conclusion :

QUEL MATCH. Cette saison, les Celtics ont livré certains bons matchs, par séquence, mais rarement sur la durée. Ce soir, en réaction au trade de Jeff Green, les C’s ont été excellents, sur tous les plans du jeu. En défense, malgré le fait que Davis ait inscrit 34 points, ils ont réussi à le maintenir à un médiocre 10/23 au tir, et ont surtout provoqué 18 pertes de balle adverse. En attaque, Sullinger (record de points cette saison) et Crowder (record en carrière) ont été sublimes, bien aidés par un Smart très mature à la mène pour finir le match, et auteur d’un très gros tir pour sceller la rencontre. Sur ce match, que du positif, et c’est de bonne augure pour la suite, si les Celtics jouent avec envie comme cela chaque soir. Ils manqueront de talent, certes, mais on ne peut que se réjouir de la performance Celte ce soir.

Pour le prochain match, les Celtics recevront les Hawks au TD Garden, leaders de la conférence Est, mercredi soir.

Le boxscore final :

Capture d’écran 2015-01-13 à 04.03.24

Article rédigé par Baptiste Godreau