Isaiah Thomas, nouvel adjoint de Danny Ainge

En un an seulement, Isaiah Thomas a joué pour trois équipes NBA différentes et il sait mieux que beaucoup d’autres à quel point la ligue est un échiquier, dont les joueurs ne sont que les pions. Bien que le meneur de jeu ait été le principal instigateur du playoffs push des Celtics, bien qu’il ait enflammé le TD Garden et bien qu’il ait aidé la franchise à redorer son blason, il savait qu’un été mouvementé approchait ; un été rempli d’incertitudes, même pour lui.

Après avoir été transféré de Phoenix à Boston en février dernier, Isaiah Thomas a vécu dans un hôtel, et n’a toujours pas acheté ou même loué une propriété à Boston. De ce fait, il est dur pour lui de s’imaginer plus que simplement provisoirement à Boston. Cependant, une récente discussion avec Danny Ainge, le GM de la franchise, l’a rassuré et convaincu de sa place dans le futur de l’équipe.

Danny m’a dit que s’il y avait un free agent qui m’intéressait, je devais le lui faire savoir, raconte Thomas au téléphone. Je suis très content qu’il me demande ça, car cela veut dire que je fais définitivement partie du futur de cette franchise. Cela donne également de la valeur à ma parole et à ce que je pense en général du basket. Cela montre le respect mutuel que nous avons. Désormais, nous espérons obtenir quelques joueurs.

Thomas n’a pas mentionné de noms spécifiques qu’il souhaiterait voir atterrir à Boston durant son entretien téléphonique avec le Boston Globe, mais il a tout de même dit qu’un protecteur de cercle à l’intérieur serait en haut de la liste des souhaits.

Un joueur à vocation défensive, a mentionné Thomas. Ça serait bien d’en avoir un par la draft, où beaucoup d’intérieurs pourraient définitivement nous aider, mais je sais que Danny (Ainge) est toujours prêt à agir.

Thomas a confié à Ainge qu’il pourrait être un recruteur utile lorsque la free agency débuterait. En effet, lorsqu’il jouait pour l’université de Washington, il a persuadé plusieurs prospects de high school de le rejoindre avec les Huskies.

Même s’il n’est un Celtic que depuis trois mois seulement, Thomas a vite compris comment fonctionnait la franchise, et s’est montré enchanté d’arriver à Boston, malgré l’hiver sans fin que traversait la ville, et pourrait donc inviter d’autres joueurs à le rejoindre.

Tout ce que l’on recherche dans une équipe de basket et dans une organisation, on le trouve ici. Ça n’est pas Miami ou Los Angeles pour la météo, certes, mais ce qui est le plus important, c’est la culture.

L’histoire derrière les Celtics, c’est ce que l’on recherche et la ville de Boston est une ville de sport. Les gens aiment leurs joueurs et les supportent. Vraiment, il y a tout ici. Je peux seulement imaginer pour l’instant ce à quoi ressemblera la ville quand on reviendra au top, ça promet.

Thomas s’est également montré flatté de pouvoir devenir une des pierres angulaires du projet des Celtics. Ce qui est évident cependant, c’est que s’ils souhaitent évoluer, avoir un bilan positif à la fin de la saison et avancer en playoffs, plutôt que d’être le punching ball de LeBron James, les Celtics auront besoin d’aide.

Je pense qu’on est proche de franchir cette prochaine marche, dit Thomas. Évidemment, ajouter un gros joueurs à ce que l’on essaie de faire aiderait. Je sais que Danny contactera chaque joueur disponible, surtout les plus gros joueurs. Si nous ajoutons cette pièce manquante, on peut franchir cette marche. Les gens ont vu qu’on pouvait rivaliser avec Cleveland sans superstar durant la plus grande partie de la série, alors qu’on était censé ne rien faire.

Thomas a également appuyé le fait que les membres actuels de l’effectif ne peuvent attendre un nouvel arrivant comme le messie, et que l’été à venir est très important pour progresser et se développer, pour lui comme pour les autres. De son côté, il dispute régulièrement des pick-up games en cinq contre cinq à l’Université de Washington, et dans une semaine approximativement, il devrait monté l’intensité de son entraînement d’un cran pour arriver en forme au moment opportun.

Il a également mentionné regarder de très près les playoffs qui se jouent actuellement, se montrant très intrigué par le tout récent MVP, Stephen Curry, et sa capacité à passer le ballon des deux mains en sortie de pick-and-roll. En s’en inspirant, il a dit vouloir travailler ceci cet été pour être plus capable de driver au cercle de la main droite la saison prochaine, mais également vouloir finir plus rapidement lorsqu’il atteint la raquette, et devenir capable de tirer plus loin que la simple ligne à trois points.

Je regarde chaque match, en essayant de sélectionner ce qui m’intéresse chez tel joueur ou telle équipe. J’étudie le jeu afin de devenir toujours meilleur.

Article traduit par Baptiste Godreau, tiré du Boston Globe : ‘Isaiah Thomas wants to help Celtics recruit free agents