Jordan Mickey, le rim protector tant attendu ?

Drafté en 33e position de la dernière draft, vous ne devez pas (ou peu) connaître qui est ce Jordan Mickey, évoluant actuellement en Summer League avec les Celtics, qui se débrouillent très bien par ailleurs (bilan de 3V – 0D à Las Vegas). Rapide découverte.

Sortant de l’université de LSU, Jordan Mickey est le seul joueur de l’histoire de cette faculté avec… Shaquille O’Neal a avoir enregistré plus de 100 contres en une saison, performance que Mickey a réalisé deux fois durant son cursus. Le cadre est planté.

Je suis un joueur qui pense à la défense en premier, explique Jordan Mickey. Cette année, j’ai dominé le pays au nombre de contres et j’ai dominé ma conférence au nombre de rebonds. Je pense que c’est rare de trouver un joueur qui pense à la défense avant toute autre chose.

Mickey est un défenseur extrêmement mobile, capable de naviguer très rapidement d’un côté à l’autre du terrain pour aller contrer un tir en second rideau s’il le faut. Sur pick-and-roll, cet intérieur qui dispose d’une envergure de 2m21 est capable aussi bien de sortir sur le porteur du ballon que de switcher et défendre sur un joueur plus petit que lui. L’an passé, il contrait 3,6 tirs par match en NCAA.

J’ai cru entendre que les Celtics avaient besoin de quelqu’un pour protéger un petit peu le cercle, disait Mickey timidement lors de sa draft.

Les Celtics ont même besoin de beaucoup de protection de cercle, Jordan. Sur les premiers matchs de Summer League, on a pu voir l’étendue de la palette défensive du rookie, qui pourrait apporter beaucoup l’an prochain. Même s’il doit progresser sur ses fondamentaux offensifs, la capacité de Mickey à protéger le cercle de façon intelligente est extrêmement impressionnante pour son âge.

Exemple : alors qu’il reste 6min30 à jouer dans le second quart-temps du blowout infligé par les Celtics face au Heat (101-69), Gabriel Olaseni, big man du Heat, a voulu s’écarter de Mickey sur un step-back. Impossible.

Je sais qu’il pensait qu’il avait assez d’espace pour tirer, a expliqué après coup Mickey. Je suis un petit peu plus long que ce que les gens pensent.

Olaseni a vite réalisé à quel point l’envergure de Mickey pouvait gêner n’importe qui, et ici même le contrer sur un tir difficile ici.

Autre exemple face aux Sixers, où il revient à la vitesse d’un ailier pour contrer Kazemi ou encore face à Portland, où il arrive extrêmement rapidement dans l’aide défensive pour contrer un lay-up :

Au début du match, les gens n’ont pas conscience de mon envergure. Ils tentent de faire leurs shoots et leurs lay-ups habituels mais plus le match avance, plus ils me voient comme le joueur que je suis. Personne ne veut voir son tir contré, c’est gênant.

Mickey a conclu le match hier soir avec trois contres, mais comme c’est le cas avec la grande majorité des shot blockers, sa plus grande contribution a été sa présence générale dans la peinture. Inlassablement, le Heat a tenté de finir au cercle mais la présence de Mickey a rendu inconfortable l’ensemble de leurs tirs. Il maîtrise déjà également à la perfection l’art d’éviter les trois secondes défensives dans la raquette, se rapprochant des joueurs qui coupent dans la raquette et en opérant les bonnes rotations défensives.

Il a compris très vites les choses, explique le coach des Celtics en Summer League, Micah Shrewsberry à propos de Mickey. Il est comme une éponge. On a regardé beaucoup de vidéos très tôt à l’entrainement, mais nous n’étions pas sûrs qu’il saisisse tout ce que nous expliquions parce que c’était tout nouveau pour lui. Maintenant, il joue instinctivement en défense, que ça soit pour aider côté faible ou pour contrer des tirs. C’est impressionnant.

L’an passé, les Celtics ont cruellement manqué de la protection de cercle que Mickey apporte. Alors que Tyler Zeller faisait du mieux qu’il pouvait (faisant parfois bien plus que ce que l’on espérait), le reste des intérieurs Celtes n’était pas capable d’apporter une aide suffisante lorsque les ailiers étaient battus sur les ailes. Mickey confie qu’apporter cette aide est sa principale préoccupation en défense.

Après cinq matchs de Summer League, Mickey enregistre 2,6 contres de moyenne par match. Si l’on retire une rencontre où il n’en a pas contré un seul, il en a rejeté trois ou plus dans chaque match. Les autres équipes ne sont peut-être pas prêtes pour que Mickey soit leur rim protector, mais les Celtics ont bien noté à quel point il pouvait être unique dans le roster actuel.

C’est un joueur différent que ce que nous avons eu jusque-là, dit Shrewsberry. Ca fait la différence d’avoir quelqu’un derrière dont les gens se méfient en drivant au cercle. Il est rapide sur ses appuis et a un bon timing de saut.

Sur le plan offensif, Mickey va pouvoir être performant sur pick-and-roll dans un premier temps. En effet, il est capable de finir au cercle et constitue par son envergure une menace constante pour un alley-oop.

Je veux juste que le gars pour qui je pose l’écran soit ouvert après l’avoir pris. J’ai appris très tôt dans ma carrière que si tu poses un bon écran, tu as de grandes chances d’être ouvert également. C’est quelque chose sur lequel je me concentre beaucoup et sur lequel j’essaie d’être performant.

Son tir à mi-distance n’est pour le moment pas une arme pour lui, mais il ne faut pas oublier qu’il n’en est qu’à son premier été dans la grande ligue et que ce n’est pas dans ce domaine qu’il sera attendu lorsqu’il donnera des minutes l’an prochain. Cela viendra, espérons tout d’abord qu’il puisse boucher un besoin crucial pour Brad Stevens.

Actuellement en discussion avec le front office pour obtenir un contrat garanti pour la prochaine saison, Mickey pourrait bien constituer la bonne surprise de l’intersaison, et apporter cette petite touche de protection du cercle que l’on réclame depuis si longtemps. Nous saurons très vite si c’est le cas.

Mise à jour : Jordan Mickey a signé aux Celtics pour quatre ans dont deux garantis et 5 millions de dollars. Steal ?

Ses highlights face aux Sixers : (16 points, 11 rebonds et 4 contres)

Article rédigé par Baptiste Godreau, traduit de l’article de Kevin O’Connor : ‘Jordan Mickey is a big man that will do the little things for Boston‘ et de masslive : ‘Boston Celtics Summer League 2015 : Jordan Mickey offers Celtics much-needed rim protection

2 Comments on “Jordan Mickey, le rim protector tant attendu ?”

  1. Très impressionné par ce joueur que je ne connaissais pas. Un défenseur à mi-chemin entre Tristan Thompson et Draymond Green, très énergique. De plus, contrairement à ce qui est dit dans l'article, je trouve qu'il a mis quelques shoots mi-distance avec une belle régularité dans cette summer league, même si bien entendu ce n'est pas son arme principale. Il dispose aussi de très bons appuis assez rapides qui lui permettent de sortir quelques moves poste bas très intéressant. Et cerise sur le gâteau il a l'air intelligent et travailleur. De belles promesses à confirmer.

  2. J'espère vraiment qu'il sera signé quitte à faire NBA – D League la première année. Il peut apporter et parait être un super gars, pro, consciencieux et bosseur.

    Un pari pour le futur..

Comments are closed.