Paul Pierce a-t-il dit adieu au TD Garden ?

Il venait de finir son shooting d’avant match et se dirigeait vers le vestiaire des visiteurs pour enfiler la troisième tunique des Clippers hier soir au TD Garden. Plutôt que de se dépêcher, Paul Pierce prit son temps. Il longea les bords du terrain, signant des autographes à qui lui en demandait, souriant sur les selfies que demandaient les fans tout en saluant les têtes connues qu’il croisait.

À l’heure actuelle, Pierce continue de dire qu’il n’a pas pris de décision finale sur le fait que cette 18e saison dans la ligue soit sa dernière ou non.

« Ca pourrait l’être, mais je n’en suis pas sûr à 100%. Comme je l’ai dit ces deux dernières années, je réfléchis saison par saison, mais ça pourrait bien l’être.

Ce qui est bizarre, c’est d’être de ce côté du banc et de ce côté du vestiaire. Ce vestiaire est un peu bizarre. J’avais l’habitude de monter les escaliers et prendre à droite plutôt qu’à gauche. C’est bien de pouvoir en profiter car ça pourrait être la dernière fois que je mets les pieds ici. »

Plus tard, alors qu’il s’asseyait dans le vestiaire de l’autre côté d’où il avait l’habitude d’être, Pierce a reconnu ce qui était devenu une évidence au vu du temps prolongé qu’il avait passé dans la salle aux côtés des fans. Si c’est en effet la dernière fois que Pierce mettait les pieds dans ce Garden, il a tenu en tous cas à être sûr de ne pas en rater une miette.

« C’est toujours spécial de marcher dans le Garden », confie Pierce. « C’est là que j’ai passé l’essentiel de ma carrière. 15 ans ici qui m’ont amené tant de souvenirs dont un titre de champion. C’est un parquet spécial, des fans spéciaux, une salle spéciale. »

Ce qui a rendu la soirée spéciale fut également le fait qu’il ait été introduit en dernier avec les titulaires des Clippers, profitant du moment avec ses coéquipiers alors qu’une ovation envahissait le Garden. Il reçut encore plus d’acclamations dans le premier quart-temps alors qu’il inscrivait deux tirs derrière l’arc – qui seront ses seuls points de la soirée en 22 minutes sur le parquet, alors que les Clippers se sont inclinés 139-134 en prolongation. Étrange alors d’avoir vu Doc Rivers le sortir à 21 secondes du buzzer, alors que les Clippers étaient à -3, incapable de juger de l’importance du moment.

Pierce sortit à grandes enjambées. Pour le public, debout depuis quelques minutes alors que les deux équipes se livraient à une délicieuse bagarre, peu importe que l’uniforme qu’il portait soit un maillot noir alternatif aux couleurs des Clippers. Son passé parle pour lui.

« Je l’ai vécu ces trois dernières années, et c’est toujours un endroit spécial », dit Pierce. « Tout les fans apprécient vraiment ce que j’ai pu faire dans ma carrière, pas seulement sur le terrain mais également en-dehors, par la façon dont j’ai adopté la ville de Boston, la culture, le basket et tout ce que j’ai pu faire à côté. Ils apprécient cela et c’est toujours un endroit spécial dans mon coeur. »

Pierce commence à être habitué à revenir à Boston en tant qu’adversaire mais pour Doc Rivers, son dernier coach à Boston et à nouveau son coach à Los Angeles, c’était un moment attendu que de vivre cette « étrange » scène.

« Pour moi, c’est toujours un plaisir de revenir », disait Rivers avant le match, qui a passé neuf ans sur le banc des Celtics. « Pour Paul (Pierce), ça va être incroyable et je vais profiter de pouvoir assister à cela et faire partie de la célébration. »

Parmi tous ceux qui ont été là, Paul devrait être celui à qui on doit le plus pour avoir remporté un titre. Il a traversé bien plus de choses que nous tous. Il a connu des temps très difficiles avant que j’arrive et on a également vécu des choses compliquées ensemble. Il n’a jamais été un de ces gars qui demande à quitter le navire. Il est resté et a été récompensé pour cela.

Parmi tous les gars qui ont participé au titre – Kevin (Garnett), Ray (Allen), Rajon (Rondo) et tous les autres -, Paul était le plus important pour moi. Celui à qui on devait le plus. »

Comme il l’a dit l’an passé alors inscrivait des game-winners en playoffs à Washington, Pierce pourrait ne jamais remettre le maillot vert. Lui et sa famille apprécient la vie à Los Angeles. Cependant, en plus du voyage qu’il fera pour voir son n°34 retiré dans le TD Garden, il avoue qu’il en ferait bien un autre pour une place dans le front office ici.

« Je pense que toutes les possibilités sont ouvertes », explique Pierce. « Si une opportunité se présente, j’adorerais. C’est une grande organisation avec le passé qui est le sien. Wyc (Grousbeck) et Steve (Pagliuca) sont de grands propriétaires. Il y a un noyau de jeunes qui est très bon, un jeune coach également très bon. Qui sait ? Peut-être que j’aurai un rôle ici dans le futur. »

Quelques instants plus tard, Pierce a reconnu qu’il avait déjà fait beaucoup pour les Celtics et qu’il continuait à les aider virtuellement, par les fruits qu’ont récolté les Celtics en l’envoyant lui et Kevin Garnett à Brooklyn.

« J’aide à construire cette équipe », avoue Pierce en rigolant. « Eh, je suis peut-être la raison pour laquelle ils auront Ben Simmons. »

Sur son compte Instagram, Paul Pierce a tenu avant de partir à rappeler à Boston à quel point il aimait cette ville… dans laquelle on espère vite le revoir.

I’ll always love u Beantown

Une photo publiée par The Truth (@paulpierce) le

Article traduit et adapté par Baptiste Godreau, de l’article du Boston Herald : ‘Bulpett: Paul Pierce relishes what could be last game in Boston