Evan Turner n’est plus un Celtic

Il y a deux ans, Evan Turner était arrivé à Boston sur la pointe des pieds. Au sortir d’une saison plus que compliquée passée entre Philadelphie et Indiana, Danny Ainge était venu le chercher en lui proposant un contrat à hauteur de 6 millions de dollars sur deux ans. Pour un joueur ayant été drafté en seconde position quatre ans auparavant… c’est maigre, et ça prouve bien à quel point Evan Turner était devenu un joueur presque indésirable dans la ligue.

Deux ans plus tard, la donne a complètement changé. Passé sous les ordres de Brad Stevens, Evan Turner a très vite été remis en confiance par son coach, au point d’être devenu une pièce maîtresse d’une équipe qui a participé deux fois consécutivement aux playoffs. Considéré par Isaiah Thomas comme étant son meilleur coéquipier, il a évolué dans son jeu et dans sa mentalité pour devenir un pilier du vestiaire Celte, mais également un pilier sur le terrain. Il lui a été confié énormément de responsabilités qu’il a toujours assumé, et voici désormais venue pour lui l’heure de récolter les fruits de son travail.

A (re)lire : Evan Turner, de l’indésirable à l’essentiel

Peu avant la free agency, il avait été rapporté par ESPN qu’Evan Turner intéressait six équipes dont les Celtics, candidats à sa re-signature, les Lakers, les Knicks et les Pelicans notamment. C’est finalement sur Portland, pour un montant de 70 (!) millions de dollars sur quatre années, que son choix s’est porté.

À Boston, le re-signer aurait été compliqué. La draft de Jaylen Brown a amené un prospect de grand talent à son poste, dont il serait bête de freiner le développement. Il ne faut pas non plus oublier qu’Evan Turner a beaucoup porté le ballon à Boston, et le conserver risquerait à terme de freiner le développement de Marcus Smart en tant que meneur de jeu.

Finalement, après deux excellentes saison à Boston, l’heure était peut-être bien venue de laisser Turner voguer vers d’autres cieux. On aura pris énormément de plaisir à le voir devenir le joueur qu’il est aujourd’hui, et on ne va pas se mentir : il nous manquera. Bon vent, Evan, et merci pour ces deux très belles années. Tes déclarations à la presse – mais pas seulement – vont nous manquer !

Article rédigé par Baptiste Godreau

One Comment on “Evan Turner n’est plus un Celtic”

Comments are closed.