Jaylen Brown, élève studieux de Marcus Smart

Pour Jaylen Brown, l’heure de la rentrée des classes a déjà sonné. Le troisième choix de la Draft 2016 a même déjà commencé les cours avec pour professeur le fougueux Marcus Smart, son nouveau coéquipier aux Celtics.

Au cours de la semaine dernière, Brown et Smart se sont en effet entraînés ensemble, encadrés par deux assistants coach de l’équipe, Micah Shrewsberry et Brandon Bailey, ainsi que par l’entraîneur des Maine Red Claws Scott Morrison. Comme on pouvait l’imaginer, ces sessions d’entraînement ont été animées par la flamme de Smart, mais Brown n’est pas du genre à se laisser impressionner.

« L’avantage de les avoir ensemble, c’est qu’ils peuvent se mesurer l’un à l’autre, a indiqué Morrison à l’occasion d’un podcast. Bien sûr, Brandon et moi insistons sur les fondamentaux, la théorie et tous ces aspects de la défense, mais rien ne remplace la présence de Marcus avec nous, ne serait-ce que pour que Brown puisse voir en chair et en os ce qu’est un vrai joueur NBA. »

Morrison a également reconnu qu’il était « impressionné, comme tout le monde, par la dimension athlétique » de Brown.

« Si une chose est sûre, c’est qu’il n’a pas l’air d’un gamin de 19 ans mais plutôt d’un pro, un vétéran, a commenté l’entraîneur des Red Claws, habitué à passer du temps avec les Celtics afin que les deux équipes tirent le meilleur de leur partenariat. Depuis que l’on a commencé ces sessions, il a montré beaucoup de potentiel par rapport à ce qu’il est capable de faire. Beaucoup de gens s’interrogent sur son tir, ce genre de choses. Moi, je trouve qu’il a un réel potentiel de ce point de vue-là, tout comme je le trouve explosif lorsqu’il va au panier. Et il s’améliore dans la finition. Surtout, ce qui est probablement le plus important, c’est qu’il veut apprendre, et qu’il apprend vite. C’est essentiel pour n’importe quel joueur à développer. »

« Marcus est super, a ajouté Morrison, parce qu’il a partagé son savoir avec Jaylen. Il lui a dit des choses comme ‘Hé, ça, en NBA, ça ne marchera pas’, ou ‘Les types d’en face feront ceci si tu fais cela’. Comme je l’ai dit, il a été très ouvert, très à l’écoute, enclin à apprendre, mais il ne s’est pas laissé piétiner pour autant. Il a relevé le défi que Marcus lui a lancé. L’un comme l’autre ont essayé de gagner, mais ils se sont tous deux entraidés, et c’est une très bonne chose. »

Morrison poursuit :

« Qu’on soit en août ou non, Marcus n’est pas du genre à laisser des paniers faciles. Jaylen est un jeune costaud, et se renforce encore, mais Marcus a une force d’homme qui ne s’apprend pas. Il suffit de le voir à la salle de musculation pour comprendre. Moi-même, lorsque j’essaie de le bouger, ou en posant un écran au cours d’exercices, je sais que je rentrerai chez moi avec quelques bleus chaque soir. »

Et si tous les fans des Celtics fans sont curieux de voir ce que Brown sera capable d’apporter au cours de sa saison rookie, Smart aura quant à lui d’une façon ou d’une autre un rôle important à jouer. Le playmaking est un domaine dans lequel il sera certainement attendu, d’autant plus avec le départ de Evan Turner. Morrison pense que le meneur, pour qui ce sera la troisième saison NBA, possède en lui des qualités de création insoupçonnées.

« Je le pense, oui. J’ai le sentiment qu’il a montré des signes quelques fois au cours de la saison dernière. Je ne peux pas parler pour lui, mais il me semble que lorsqu’un joueur est en difficulté avec son shoot extérieur, il a peut-être tendance à forcer un peu les choses et notamment près du panier. Mais lorsque je regardais Marcus, et encore plus pendant les playoffs car il s’y est montré plutôt bon, il arrivait à pénétrer et à bien lire le jeu, faire la bonne passe une fois que son défenseur recevait de l’aide. C’est une des choses sur lesquelles on travaille ici chaque jour, le fait de bien lire les défenses, donc je pense qu’on le verra franchir un cap. En plus, je sais qu’il a mis l’accent sur son tir tout au long de l’été. Il s’y entraîne avec nous le matin, puis il va dans une autre salle et travaille là-dessus tout l’après-midi, et il s’y remet également lorsqu’on peut se retrouver le soir. Je le trouve sérieux, et il fait figure de très bon exemple pour Jaylen, comme je vous l’ai dit. »

Capture d’écran 2016-08-04 à 15.50.29
Jaylen Brown et Marcus Smart à l’entrainement, bien entourés

Traduction par Léo Hurlin de l’article de masslive : ‘Boston Celtics’ Jaylen Brown, Marcus Smart pushing each other in offseason workouts