Brad Stevens a « hâte » d’entraîner Jaylen Brown

Brad Stevens pense que les vétérans de l’effectif des Boston Celtics défieront le rookie Jaylen Brown et l’aideront à s’adapter à la NBA.

La plupart des meilleurs choix de draft atterrissent dans de mauvaises équipes, mais Brown a été choisi par les Celtics au sortir d’une saison ponctuée de 48 victoires. Au lieu de recevoir des minutes au sein d’un roster minable, le troisième choix de la draft 2016 devra les gagner aux dépens de plusieurs joueurs établis. Cela pourrait entraîner quelques problèmes, puisque Brown ne récoltera pas autant d’expérience sur le parquet qu’avec une équipe comme les Sacramento Kings, mais Stevens pense tout de même que le niveau de talent qui entoure Brown le tirera vers le haut.

« Je pense que Jaylen est dans une bonne situation pour apprendre et se développer car il débarque dans une équipe qui possède des joueurs extérieurs bien établis et qui le pousseront dans ses retranchements chaque jour à l’entraînement, Stevens a-t-il expliqué durant un podcast de The Ringer avec Bill Simmons. Et c’est quelque chose qu’ils feront des deux côtés du parquet. S’il se retrouve face à Jae (Crowder) ou Avery (Bradley), ou si on le met poste 4 par moments face à un Jae ou un Jonas (Jerebko), peu importe la configuration, ce sont des duels compliqués. Et cela devrait être super, cela devrait être la meilleure partie de la courbe d’apprentissage de Jaylen. »

Stevens a indiqué avoir « hâte d’entraîner » Brown, un ailier athlétique de 2m01 possédant une taille et une force suffisantes pour un jour pouvoir défendre sur deux ou trois postes. L’impact qu’il aura d’entrée de jeu n’est pas réellement prévisible, mais cela n’a pas empêché Simmons de rêver à voix haute du potentiel défensif d’un cinq comprenant Brown, Avery Bradley, Marcus Smart, Jae Crowder et Al Horford.

« Je dirais qu’il y a quelques autres noms qu’on peut ajouter à cette liste qui nous donneraient tout de même cette vraie capacité à nous déplacer sur le terrain, le couvrir, faire nos rotations et/ou switcher, Stevens a-t-il ajouté, faisant indirectement référence à d’autres joueurs de l’effectif comme Jonas Jerebko et Amir Johnson, tous deux capables de se déplacer latéralement afin de suivre les adversaires plus petits. Cela apporte de la polyvalence défensive et de la flexibilité. J’ai déjà connu cette situation où l’équipe sort d’une très bonne saison défensivement parlant, en termes statistiques, comme notre équipe (top 5 l’an dernier). Et ça, on peut le voir de deux façons différentes : on peut considérer que c’est acquis pour l’équipe et ne pas s’attarder sur les détails, partir du principe que ce sera reproduit, ou on peut s’améliorer sur toutes ces petites choses, réaliser qu’en insistant sur les détails, ce groupe a une chance de former une très bonne défense de par l’agressivité qu’il exerce sur le ballon. On peut se distinguer, mais ça peut aussi ne pas fonctionner. C’est pour ça que la meilleure réponse que je peux vous donner pour l’instant, c’est que seul le temps nous dira, mais je suis impatient de pouvoir tester toutes ces choses. Et à l’approche du training camp, les idées de ce type fourmillent sur mon tableau. »

Comme souvent, Stevens a loué l’importance de la polyvalence défensive, en qualifiant les joueurs capables de défendre à plusieurs postes d' »inestimables ». Brown pourrait, à terme, devenir un défenseur de cet acabit, mais les entraîneurs tiennent à garder en tête que leur plus jeune joueur reste un adolescent.

« Nous ne cessons de nous répéter au sein du staff qu’il a 19 ans, et qu’il allait entrer à la fac il y a un an de cela, a confié Stevens. Pour moi, il a un potentiel élevé, et nous avons hâte de travailler avec lui, mais je pense que nous avons également conscience que sa courbe d’apprentissage est longue. »

Au cours du podcast, Stevens a bien entendu discuté de plusieurs autres sujets touchant à l’équipe. Parmi ceux-là, il a évoqué la rencontre avec Kevin Durant, l’addition d’Al Horford, et le travail qu’il entreprend pour tirer le maximum des qualités uniques d’un joueur.

À un moment donné, Simmons a demandé à l’entraîneur des Celtics comment Marcus Smart allait se développer au cours des trois prochaines années. Stevens n’a pas offert de réelle prévision, mais n’a pas manqué de souligner la compétitivité de Smart et ses progrès offensifs.

« Une des choses que j’apprécie vraiment avec Marcus, c’est que l’on ressent toujours sa présence. Lorsqu’il est dans la pièce, sur le terrain, sur un exercice défensif à l’entraînement, on le sait. Il a une présence qui anime une pièce. Et il a une grosse mentalité de compétiteur. Et défensivement bien sûr, il est certainement plus doué que tous les joueurs de son âge que j’ai eus sous mes ordres. Pas seulement du point de vue de sa dureté physique, de sa force ou de son athlétisme, mais aussi sur la compréhension du jeu, le fait de savoir où se placer au bon moment. Il a clairement été bien encadré dans sa jeunesse, et il a un vrai sens du jeu. »

« Et puis, offensivement, il est en train de progresser. Tout le monde parle de son tir, et je sais qu’il a bossé vraiment à fond là-dessus, qu’il a aussi travaillé afin de mieux identifier ses options, mieux savoir d’où viendront ses meilleurs tirs, mais à mes yeux il a aussi vraiment développé d’autres secteurs de son jeu en attaque. Il s’est amélioré sur les pick and roll au cours de sa deuxième année. J’ai trouvé qu’il avait bien su pénétrer dans la raquette, finir au cercle, ressortir le ballon, mettre en place des actions, et particulièrement au cours des playoffs. Mais je crois que sa force première sera toujours sa capacité à faire gagner sur des choses qui ne sont pas toujours comptabilisées, que ce soit défendre sur quelqu’un comme Millsap pendant huit minutes, Porzingis sur six minutes, ou le meneur pendant quatre minutes derrière. C’est un joueur qui fera tout ce qu’on lui demande pour aider son équipe à gagner. »

Traduction de l’article de MassLive ‘Brad Stevens appears on Bill Simmons’ podcast, says Boston Celtics veterans will challenge Jaylen Brown‘ par Léo Hurlin

One Comment on “Brad Stevens a « hâte » d’entraîner Jaylen Brown”

Comments are closed.