Résumé du media day 2016-17

La saison des Celtics est officiellement lancée depuis ce lundi 26 septembre avec le traditionnel media day. À cette occasion, nombre de joueurs se sont exprimés et beaucoup de photos ont été prises. Voici les meilleurs extraits de cette journée, placée sous le signe du cheveu.

Brad Stevens a courageusement ouvert le bal. Il s’est bien sûr exprimé sur Al Horford et s’est montré très enthousiaste sur l’apport et l’intégration du nouvel arrivant, sur et en dehors du terrain, tout en insistant sur sa capacité à étirer le terrain grâce à son adresse à trois points. Au passage, nous avons eu des nouvelles de Kelly Olynyk, qui a été autorisé à prendre part à des exercices sans contact et devrait être réévalué le 15 octobre. Sur l’éventualité d’un titre dès cette saison, le coach des Celtics a botté en touche en déclarant :

« On a un long chemin à faire avant de parler de ce genre de choses. »

Il a également précisé que pour atteindre ses objectifs, l’équipe devrait garder son état d’esprit travailleur et dur au mal. Interrogé sur les joueurs s’exprimant sur les problèmes de société aux États-Unis, il a répondu qu’il apportait son soutien à tous les gens s’exprimant pour ceux en quoi ils croient.

C’est ensuite Danny Ainge qui est venu affronter les journalistes. Il a commencé par exprimer sa satisfaction sur le chemin parcouru par l’équipe et sur la considération qu’elle a acquise, en affirmant ceci :

« Nous n’allons pas pouvoir surprendre qui que ce soit. Je pense que l’équipe a gagné en respectabilité, et c’est une bonne chose. »

À propos d’Evan Turner, il a indiqué que celui-ci lui manquait déjà (à nous aussi d’ailleurs, surtout pendant le media day), mais qu’il comptait sur Jaylen BrownMarcus Smart et Terry Rozier pour pallier son absence. Il a ensuite déclaré qu’il considérait Paul Pierce comme un des plus grands Celtics de tous les temps, et quand il lui a été demandé si Pierce et Kevin Garnett auraient leurs maillots retirés, il s’est contenté de répondre :

« Vous connaissez déjà la réponse à cette question. »

Il a enfin refusé de fixer un objectif chiffré de victoires (comme Stevens avant lui), indiquant que ce ne serait pas le bilan qui ferait de la saison une réussite ou un échec, mais a déclaré qu’ils construisaient une équipe pour gagner le titre et qu’ils avaient besoin de faire un nouveau pas dans la bonne direction cette saison.

Le premier joueur a venir aux micros a été Marcus Smart. Il a révélé les domaines sur lesquels il avait travaillé durant l’été : la prise de décision, les sorties d’écran, les pénétrations, la finition et bien évidemment le shoot. Sur la possibilité d’un titre, il a été moins prudent qu’Ainge et Stevens et a cité Garnett en répondant que tout était possible, avant d’ajouter que l’équipe pourrait titiller les Cavaliers :

« Si nous nous serrons les coudes, nous sommes capables de tout. »

Il a ensuite complimenté son nouveau coéquipier Brown en insistant sur son côté bosseur.

Malheureusement, il ne semble pas avoir bossé sur ses cheveux...
Malheureusement, il ne semble pas avoir bossé sur ses cheveux…

Ce fut ensuite au tour de Jonas Jerebko, qui a confié son attachement à l’équipe, la ville et sa certitude de pouvoir revenir cet été. L’équipe avait en effet l’option de ne pas reconduire son contrat. Le suédois semblait en tout cas conscient des challenges qui attendent son équipe :

« Cela fait deux ans que nous construisons quelque chose, et j’ai le sentiment que nous allons tout assembler cette année. »

James Young l’a suivi, et a tout de suite admis qu’il réalisait enfin la longueur du processus nécessaire pour devenir un joueur NBA. En plus d’avoir passé l’été à Boston dans les locaux de l’équipe, il a beaucoup travaillé sur son maniement du ballon et a décidé de prendre exemple sur le jeu d’un des meilleurs ailiers actuels :

« J’ai beaucoup observé Paul George. Il joue des deux côtés du parquet. J’essaie de modeler mon jeu sur le sien. »

Reste à voir si cela sera suffisant.

Le nouveau Paul George ?
Grattez les cheveux pour découvrir si vous avez gagné le nouveau Paul George

Jordan Mickey est ensuite brièvement venu déclarer qu’il ne serait pas déçu d’évoluer encore avec les Red Claws cette saison et que cela faisait partie du processus.

Jae Crowder a pris la relève et a été le premier à fixer des objectifs précis, à savoir au minimum l’avantage du terrain et la victoire au premier tour. À propos de Brown, il a insisté sur le fait de se concentrer sur ses points forts pour construire là-dessus. Sur les problèmes sociaux qui embrasent les USA, il a indiqué sa volonté de faire quelque chose pour braquer les projecteurs dessus, en précisant quelle serait son approche :

« On ne peut pas régler les problèmes négatifs avec une énergie négative. »

Isaiah Thomas a lui commencé par blaguer, disant qu’il était désormais listé à 1m85 (6 feet 1) et qu’il avait grandi durant l’été. Il a ensuite déclaré, sérieusement, avoir arrêté les fast-food et s’être remis à manger des légumes depuis cet été, pour la première fois depuis qu’il ne mangeait plus ceux que son père préparait. Il a également confié qu’il avait pris contact avec un spécialiste du sommeil de l’université de Harvard afin d’optimiser ses chances de repos. Sur le plan sportif, il a avoué qu’il avait pensé à la défaite en playoffs tout au long de l’été et a ensuite réitéré ses ambitions collectives :

« Je veux goûter au second tour, aux Finales de conférence et aux Finales NBA un jour. Accéder aux playoffs ne suffit pas à Boston. »

Finalement, il a exhorté Brown à ne pas se décourager s’il ne jouait pas au début de la saison, en précisant qu’il arrivait dans une bonne équipe.

1m85 en levant les bras
1m85 en levant les bras

Pour finir avec le trio des meilleurs marqueurs de la saison dernière, Avery Bradley a été bref. Il a confié avoir écrit une lettre à Garnett pour lui exprimer toute sa reconnaissance, avant d’assurer que les Celtics avaient le potentiel pour terminer dans les deux meilleurs défenses de la ligue.

Après ça, Horford est enfin arrivé sur le devant de la scène. Il s’est d’abord attardé sur les raisons de sa venue, citant le potentiel qu’il voyait dans cette équipe mais aussi l’engagement des joueurs au cours des playoffs 2015 :

« Je veux aider cette équipe à grandir. J’ai pris le risque de venir ici parce que je crois en ces joueurs. »

Il n’a bien entendu pas manqué de louer le passé glorieux de la franchise aux 17 titres :

« La première fois que j’ai joué au TD Garden, je n’arrêtais pas de regarder les bannières. C’est un endroit à part. »

Il a ensuite déclaré avoir été impressionné par l’adresse de Crowder à 3 points et le jeu de Rozier durant des matchs improvisés cet été.

sli-20160926-d7200-06
Dis, Terry, quel est le sens de la vie ?

Moins attendu, Gerald Green a tout de même démarré fort en confiant qu’il était heureux de revenir et qu’il n’avait pas de ressentiment envers la franchise car lui aussi se serait tradé contre Garnett à l’époque. Il a ensuite confié que son choix de venir à Boston avait fortement été influencé par Isaiah Thomas, qui aura donc réussi à faire venir Green en essayant de faire venir Kevin Durant. Il a finalement assuré qu’il donnerait tout pour l’équipe quelque soit son rôle :

« Que d’un soir à l’autre je sois titulaire, remplaçant ou que je ne joue pas, je ferai tout ce dont cette équipe a besoin. »

Green a également indiqué vouloir s’occuper des plus jeunes de l’équipe.

Espérons qu'il ne touchera pas à leurs cheveux...
Espérons qu’il ne touchera pas à leurs cheveux…

Enfin, Jaylen Brown, le rookie, s’est installé derrière les micros. En tant que troisième choix de la dernière draft, ses dents pourraient rayer le parquet mais il n’en est rien. Brown sait qu’il arrive dans une équipe où les opportunités de jouer ne seront pas celles habituellement offertes à un joueur de son statut, et le vit bien :

« Pour moi, c’est une bénédiction d’avoir été drafté si haut et par une équipe victorieuse. J’aime gagner, c’est tout ce qui m’importe. »

Alors, lorsqu’il a décrit ce que sera sa première saison NBA, il promettait ceci :

« Je pense que ce sera une super année pour moi. Ce ne sera pas une année difficile, car j’aime gagner. C’est comme ça que je la vois. C’est mon état d’esprit actuel. J’apprends énormément, ça m’importe bien plus que mes stats personnelles. »

Mais Brown sait qu’il possède tout de même de réels atouts comme son côté athlétique, et finit par conclure ainsi :

« J’ai entièrement confiance en moi. Je sais qu’il y aura des épreuves, que je devrai tester des choses et en comprendre d’autres d’entrée de jeu. On verra où cela me mènera, mais tant que j’écoute les vétérans, le coaching staff et que je reste positif, je suis certain que je finirai par réussir. »

Comme le reste de l’équipe, Brown aura l’opportunité de mettre en œuvre ces belles paroles dès aujourd’hui avec le début du training camp.

Article rédigé par Hugo Geindre et Léo Hurlin

 

One Comment on “Résumé du media day 2016-17”

Comments are closed.