Un training camp aux allures de rentrée des classes pour Jaylen Brown

Pour Jaylen Brown, ce premier training camp NBA est un nouvel environnement, qu’il assimile à un retour en classe à l’université de Californie où Brad Stevens serait le professeur.

En amont de son premier entraînement, Brown a passé beaucoup de temps avec un iPad entre les mains, pour étudier systèmes et autres fondements. Se sentant plus à l’aise grâce à cela, il en réclame à présent davantage. En tant que troisième choix de la dernière draft, l’ailier considère que les heures supplémentaires font partie intégrante du poste.

« J’ai le sentiment d’être un peu en avance sur les autres rookies, ce qui est nécessaire. J’ai été drafté très haut, j’ai beaucoup de choses à intégrer, a-t-il expliqué après sa toute première séance. Je dois mieux comprendre le jeu, mieux cerner l’équipe et essayer d’apporter quelque chose de plus. »

« Nous avons un iPad qui contient des actions différentes et d’autres choses, ce qui m’a permis de voir des vidéos et d’étudier tous les systèmes que l’on exécute, de façon à ce qu’il n’y ait pas de temps morts au début. J’ai pu en étudier une bonne partie avant que l’on ne commence, notamment les différentes actions reproduites aujourd’hui. »

Brown a reconnu que la perspective de son premier entraînement NBA l’avait laissé fébrile.

« J’étais surexcité. Je n’ai pas beaucoup dormi la nuit dernière, a-t-il confié. Je crois que je suis arrivé ici trois ou quatre heures en avance. J’ai hâte, je suis prêt à commencer. »

Brown reçoit également de l’aide, grâce à des vétérans comme Jae Crowder, dont Brown pourrait tout à fait être le remplaçant lorsque la saison commencera.

« On apprend énormément rien qu’en étant dans la même salle qu’eux, a admis Brown. En observant leurs mouvements, leurs interactions, ce genre de petites choses. J’ai beaucoup à apprendre de lui défensivement comme offensivement. Le fait d’être attentif vis-à-vis de ces vétérans m’aidera beaucoup. »

« Le rythme, la taille, la vitesse, la dimension athlétique… D’emblée, c’est la vitesse qu’on remarque. Pour beaucoup d’entre eux, on peut vite constater qu’ils ont huit, neuf ou dix ans d’expérience dans cette ligue. Ça se voit dans leurs déplacements et leurs interactions. Je compte passer autant de temps avec l’iPad qu’à la salle, ou peut-être deux fois plus. C’est ça, la courbe d’apprentissage. Tout le monde n’en est pas au même stade, et j’essaie d’accélérer ma mise à niveau. Je sais que c’est un gros ajustement et que ça prendra du temps. »

Traduction de l’article du Boston Herald ‘First Celtics practice like a new school year for top pick Jaylen Brown‘ par Léo Hurlin