Yabusele, de Rouen à Boston en passant par Shanghai

En ce samedi soir, les clients vont et viennent à l’hôtel Embassy Suites du centre-ville de Houston, mais aucun ne prête attention au jeune draft pick NBA assis dans un fauteuil bien trop petit pour ses 2m04 et ses 115 kilos.

Guerschon Yabusele, sélectionné en 16ème position par les Celtics cette année, joue pour les Shanghai Sharks au sein de la Chinese Basketball Association. S’il est convaincu qu’un jour, son anonymat sera révolu, il trouve en attendant cette vie confortable.

Ce soir-là, il était à moins de vingt-quatre heures d’avoir un bref aperçu de la NBA, lors d’un match d’exhibition opposant les Sharks aux Rockets. Il se disait nerveux mais quelques mots apaisants du propriétaire des Sharks, Yao Ming avaient vite dissipé ce sentiment.

« Il m’a dit qu’il n’avait inscrit que deux points et pas attrapé le moindre rebond pour son premier match, et que du coup je ne devais pas m’en faire et juste être moi-même. C’est agréable de pouvoir recevoir des conseils de quelqu’un comme lui, avoue Yabusele en souriant. »

Les discrets débuts de Yao avec les Rockets ont eu lieu en 2002. Il a été introduit au Hall of Fame le mois dernier. Ce dimanche, le joueur élu huit fois All-Star était assis au bord du terrain pendant que Yabusele compilait 24 points et 12 rebonds lors de la défaite des Sharks 131-64.

Yabusele a dominé le quatrième quart, lorsqu’il est passé du poste 4 au poste 5 et qu’il a eu l’opportunité d’utiliser sa rapidité pour mettre à mal les remplaçants de Houston. Le début du match fut plus difficile, mais ce fut globalement une nuit encourageante pour le jeune français.

« Je veux juste bien jouer et donner le meilleur de moi-même, mettre beaucoup d’énergie. Je veux que les Chinois se rappellent de moi en se disant, ‘Oh, ce gamin était incroyable. Il peut faire beaucoup de bonnes choses et va faire un carton en NBA’, confie Yabusele. »

Les Celtics ont abordé la dernière draft avec huit picks et peu de place dans le roster. Alors, après avoir échoué à monter un échange de grande envergure, ils se sont concentrés sur des joueurs internationaux susceptibles d’être envoyés à l’étranger au moins une année.

Ils ont finalement choisi Yabusele en 16ème position et le pivot croate Ante Zizic en 23ème position. Yabusele a livré de solides performances en summer leagues, mais il n’a jamais été vraiment question qu’il reste à Boston cette saison.

Des représentants des Sharks ont assisté à ses matchs à Las Vegas et ce qu’ils ont vu les a beaucoup impressionné. Cependant, au début, cela semblait un choix curieux pour Yabusele. Même si la CBA s’améliore, le niveau est encore loin des meilleurs ligues européennes.

Mais les Sharks ont proposé à Yabusele un contrat de $1,5 millions pour un an accompagné de bonus et lui ont vendu, ainsi qu’aux Celtics, leurs programmes avancés d’entraînement et de médecine du sport.

« Plus on parle de sa situation avec Guerschon et son entourage, plus on en apprend sur le programme de Shanghai, plus on se sent à l’aise avec. Guerschon a passé la plus grande partie de sa vie de jeune joueur dans des équipes de vétérans, ça va donc le sortir de sa zone de confort, raconte Austin Ainge, le directeur du développement des joueurs aux Celtics. »

Le programme d’entraînement physique des Sharks est dirigé par James Scott, un natif de Houston qui occupait le même rôle chez les Rockets. L’équipe emploie également un scientifique des sports qui étudie comment des facteurs tels que les cycles de sommeil ou le rythme cardiaque influent sur les performances. Cet environnement hyper performant dénote au sein de la CBA.

Après avoir travaillé avec Scott pendant un mois, et souvent troqué les aliments gras pour des légumes, Yabusele a perdu à peu près 4,5 kilos et a descendu son pourcentage de masse graisseuse de 9 à 6%.

« On essaye simplement de faire en sorte que Guerschon puisse jouer plus physique. On essaye pas de l’épaissir, on essaye simplement de lui permettre d’utiliser son corps à son potentiel maximal, explique Scott. »

Par exemple, raconte Scott, Yabusele a tendance à jouer sur ses orteils, ce qui force ses quadriceps à trop travailler. Ils veulent donc qu’il répartisse mieux son poids pour le faire utiliser davantage ses muscles glutéaux et ischio-jambiers afin d’accroître son explosivité. Scott travaille également avec Yabusele sur sa respiration pour qu’il puisse diminuer son rythme cardiaque et ainsi accélérer sa récupération durant les temps-morts.

Durant le match de dimanche, qui s’est joué sur un tempo très rapide, Yabusele a joué 44 minutes et n’a jamais paru fatigué. Il sprintait encore dans le quatrième quart-temps, durant lequel il a compilé 14 points et 6 rebonds.

« Guerschon adore travailler. C’est un projet très intéressant : jeune, plein d’envie, talentueux, doué, s’enthousiasme Scott. »

Les Celtics restent tout de même impliqués dans le développement de Yabusele. Ainge est venu à Houston rencontrer les coachs et le staff des Sharks, et le préparateur physique Bryan Doo a passé deux jours avec Yabusele et Scott pour s’assurer que les philosophies des deux équipes étaient en accord. Pendant la saison, Scott enverra aux Celtics un rapport hebdomadaire contenant des statistiques et des données concernant le jeu et la forme physique de Yabusele.

Les Celtics prennent vraiment soin de moi et de ce que je fais en Chine, confie Yabusele, ça me rend heureux de voir qu’ils veulent vraiment de moi dans l’équipe, qu’ils veulent vraiment que je fasse partie du projet. »

Les Sharks n’ont pas encore débuté leur saison régulière, mais Yabusele profite déjà de Shanghai. Il possède un bel appartement en centre-ville juste à côté de celui de son coéquipier, Jimmer Fredette, le 10ème choix de la draft 2011. Il y a même un quartier français où il peut retrouver la cuisine et le langage de son pays. Yabusele, qui parle très bien anglais, apprend également quelques rudiments de Chinois, à la fois pour faciliter son acclimatation et pour faire preuve de respect envers les habitants de sa nouvelle ville.

Il a pour projet de regarder les matchs des Celtics sur son ordinateur cet hiver et est resté en contact avec certains de ses coéquipiers des summer leagues, en particulier Jaylen Brown.

La saison régulière des Sharks se termine en février. En fonction des résultats en playoffs, Yabusele pourrait donc être de retour à Boston pour travailler dès mars. Il a l’intention de refaire les summer leagues avec les Celtics la saison prochaine.

img_8013-1

Bien que les dernières summer leagues lui furent bénéfiques, le match de dimanche a montré à Yabusele que la NBA est vraiment un autre monde. Sur la deuxième possession, il a changé sur un écran et s’est retrouvé à défendre sur la superstar des Rockets, James Harden.

« Ce n’est pas comme la summer league, avoue Yabusele, c’est un tout autre niveau. Même si tu mets les mains face à Harden, il va marquer. Donc tu dois être agressif, mais c’était une super expérience. »

En attaque, Yabusele a tenté d’isoler son défenseur en un-contre-un dès le début du match, mais s’est vite rendu compte que les défenseurs autour n’allaient pas le laisser faire. Il a tout de même montré des belles choses, enquillant quelques jump shots à mi-distance et attaquant la peinture en contre-attaque.

Ainge confie que les Celtics sont enthousiastes à propos de l’instinct, le sens de la passe et les déplacements latéraux de Yabusele. Mais ils aimeraient qu’il travaille son jeu au poste et ses rebonds défensifs, entre autres.

À peu près trente minutes après le match de dimanche, Ainge est entré dans le vestaire des Sharks pour voir Yabusele. Alors qu’il traversait un petit hall, il a rencontré Yao, qui connait l’importance de cette soirée pour le jeune joueur.

« Alors ? » a demandé Yao à Ainge en souriant.

Ainge a hoché la tête et a également souri. Les deux ont ensuite eu une brève conversation sur la suite des événements.

Traduction de l’article « Celtics liking what they see from Guerschon Yabusele » d’Adam Himmelsbach pour le Boston Globe par Hugo Geindre.