Gordon Hayward fait son retour

Hier après-midi, les Celtics avaient organisé une conférence de presse autour de Gordon Hayward pour que l’ailier puisse s’exprimer lui-même sur sa rééducation, son retour de blessure et l’état physique dans lequel il était avant d’aborder la nouvelle saison. Cela devait marquer le bout du tunnel pour le joueur, même si son coach et son general manager n’étaient pas présents, le staff des Celtics souhaitant éviter toute question pressante au sujet de Jabari Bird, contre qui de très graves accusations de violences conjugales sont portées. 

Avant de parler de l’année passée, Gordon a d’abord fait le point sur son évolution basket. Où en est-il concrètement, puisque Brad Stevens avait simplement expliqué il y a plusieurs jours qu’Hayward était sur le point d’être à 100% ? L’ailier a ainsi indiqué aux médias qu’il rejouait en 5-contre-5 depuis deux semaines, et ce quasiment sans la moindre restriction. Il se dit être à 100% de ses capacités… ou presque. 

Il y a certaines choses qui vont prendre du temps, je pense, même si je suis à 100%. Je n’ai pas joué depuis un an, donc j’ai certaines sensations à retrouver. La dernière marche que j’ai à franchir d’un point de vue physique, c’est retrouver cette petite explosion, ce boost qu’il me manque aujourd’hui. Ça, c’est ce qui va me prendre le plus de temps mais en-dehors de ça, je me sens très bien.

Pour franchir ce dernier pas, Gordon Hayward compte sur le training camp et la pré-saison. Alors qu’il s’était fracturé la cheville lors de l’opening night précédente, Hayward s’est dit prêt à retourner au charbon pour l’opening night de cette saison 2018-2019. 

Le training camp et la pré-saison sont faits pour que je retrouve ces sensations. Comme je l’ai déjà dit, tu peux faire autant d’exercices, autant de cardio, autant de sauts que tu veux… il n’y a rien de mieux que de faire du 5 contre 5. Donc quand on sera à l’entraînement avec mes coéquipiers, ou en pré-saison, ce sont les meilleures conditions que je puisse avoir pour retrouver ce qui me manque aujourd’hui.

Ce qui est certain, c’est qu’Hayward n’a pas peur de revenir. Il dit n’avoir aucune peur de sauter ou de bouger sur son appui, ce qui est rassurant quant au niveau auquel il pourra prétendre une fois l’entièreté de ses mouvements retrouvée. 

Gordon Hayward a également pu faire un point sur l’année passée, et son sentiment quant à sa rééducation. Il dit n’avoir toujours pas re-visionné une seule fois les images de sa blessure, malgré le fait qu’elles aient fait le tour des réseaux sociaux durant de nombreux mois.

Mentalement, l’ex-joueur de Utah a souffert. C’est même sur ce plan-là que la blessure fut la plus difficile à vivre. Au lieu de se battre pour une bague avec sa nouvelle équipe, il en était réduit à prendre des tirs sur un pied ou depuis une chaise. Une vraie souffrance qu’il peut aujourd’hui mettre en perspective, ce processus étant terminé depuis quelques temps. 

C’était la chose la plus difficile que j’ai dû affronter. J’ai eu la chance de ne pas avoir eu ce genre de blessure auparavant dans ma carrière, donc devoir m’asseoir et regarder de loin, sans être avec l’équipe pour me rééduquer, c’était extrêmement difficile pour moi. J’ai dit à beaucoup de personnes que mentalement, c’était le plus dur. J’espère ne jamais avoir à endurer ça de nouveau. 

Enfin, Gordon s’est prononcé sur une question qui agite beaucoup la toile, notamment française : quel rôle pour Gordon Hayward la saison prochaine ? Sur ce point, l’ailier la joue collectif. 

Ce n’est pas quelque chose qui m’inquiète. Tout ce qui nous inquiète, c’est la gagne et le fait de remporter une dix-huitième bannière. On a tant de profondeur, tant de talent qu’il importe peu d’être titulaire ou non. Mon but, c’est juste de nous aider à aller chercher ce titre. 

De quoi faire taire les sceptiques, et de nous faire saliver à l’approche de la pré-saison, qui débute déjà dans moins de deux semaines.

Article rédigé par Baptiste Godreau