Preview de la saison 2018-19

La pré-saison approche à grand pas et, comme d’habitude, celticsfr est au rendez-vous pour la presque traditionnelle preview de la saison. Pour essayer de ne pas trop se répéter d’une année sur l’autre, nous essayons à chaque fois d’aborder la question sous un angle différent. Cette fois-ci, l’effectif a très peu changé et c’est surtout le retour de blessure de Gordon Hayward qui va changer la donne. Celui-ci étant un joueur polyvalent qui peut facilement s’insérer dans un collectif, les rotations et les différents cinq ne devraient pas changer énormément de ce qu’on a vu la saison dernière. C’est pour cela que nous allons nous concentrer sur le cas individuel de chaque joueur : qui jouera moins, qui jouera plus, qui verra son rôle modifié… Nous allons tenter de le deviner dans cet article.

Nous avons indiqué pour chaque joueur un nombre de minutes moyen par match, il faut le prendre plus comme une indication de l’importance du joueur dans la rotation que comme un chiffre précis. Il y a 5*48 = 240 minutes à distribuer par match, mais comme tous les joueurs ne jouent pas tous les matchs, l’addition des minutes moyennes des joueurs du roster donne un total supérieur. Nous avons donc pris le total, un peu arbitraire, de 300 minutes à distribuer entre les joueurs. Pour comparaison, la saison passée les 15 joueurs les plus utilisés du roster cumulaient 320 minutes, mais on espère que cette saison il y aura moins de blessures et donc des minutes moins dispersées entre les joueurs. 

Gordon Hayward

Commençons logiquement par celui-même qui va venir tout chambouler. Il y a des interrogations légitimes sur la condition physique d’Hayward après une blessure aussi grave et une saison totalement blanche, mais il a pu bénéficier d’une rééducation complète sans précipitation et les échos qui nous sont parvenus tout au long de celle-ci sont plutôt rassurants. Ainsi, si on peut se poser la question de son état de forme en début de saison et donc d’un temps de jeu limité voire de sa place dans le cinq titulaire, nous partirons du principe qu’il recouvrera au moins la majeure partie de ses capacités et donc de son niveau, espérons la totalité.

Dans ce cas, il fait assez peu de doutes qu’Hayward sera titulaire et aura un des temps de jeu les plus importants de l’équipe. Bien sûr Jaylen Brown et surtout Jayson Tatum ont fait très forte impression la saison dernière et du point de vue du strict niveau, il pourrait y avoir débat. Mais Gordon a fait l’été dernier le difficile choix de quitter la franchise qui l’a drafté pour signer un contrat max avec Boston et il est toujours le joueur le mieux payé de la franchise. Ce sont des éléments qui ne peuvent être ignorés et qui lui assurent une place prépondérante dans le roster.

Rôle : Titulaire ; Temps de jeu :  30 minutes

Kyrie Irving

En voilà un qui ne devrait pas être affecté par le retour d’Hayward. Kyrie était le joueur avec le plus gros temps de jeu la saison dernière (32 minutes) et le plus logique serait que cela soit encore le cas. Cependant plusieurs facteurs pourraient contribuer à faire baisser ce temps de jeu.

Irving a joué uniquement 60 matchs la saison dernière et, cela ne vous aura pas échappé, a manqué l’intégralité des playoffs. A priori, ses problèmes de genoux sont derrière lui après son opération mais on peut se demander si les Celtics ne seront pas plus enclins à le ménager cette saison. D’autant que l’éclosion de Terry Rozier change la donne. Si celui-ci a publiquement déclaré que ça ne le dérangeait pas de redonner à Kyrie le rôle qui était le sien et donc sortir du banc, il ne se contentera sans doute pas d’une petite vingtaine de minutes.

Mais Kyrie sera-t-il d’accord de voir son temps de jeu réduit ? S’il vise des récompenses individuelles, un titre de MVP par exemple, un temps de jeu réduit pourrait représenter un handicap. Ce n’est pas forcément dans sa mentalité mais ce n’est pas non plus un facteur qui peut être totalement ignoré.

Rôle : Titulaire ; Temps de jeu :  32 minutes

Al Horford

Pour Alfred non plus, le retour de Gordon ne devrait pas changer grand-chose. La saison dernière, il a joué un peu moins de 32 minutes sur 76 matchs de saison régulière et presque 36 minutes sur les 19 matchs de playoffs. La question déterminante pour notre Papa Sportif sera plutôt liée à son âge et donc son endurance. On a appris au cours de la saison dernière que Stevens faisait jouer Horford dans des équipes de 6 lors des entraînements pour le ménager, dans le but de l’avoir en pleine forme en playoffs.

Cela pourrait-il aller encore plus loin cette saison ? Al pourrait-il passer sous les 30 minutes de jeu ? Pourrait-il même sortir du cinq titulaire ? La première option parait assez plausible, la deuxième plus improbable mais elle ne peut pas être complètement écartée. Car en plus du temps de jeu, il faut prendre en compte à quel poste il joue. Pour lui, défendre en tant que pivot sur des adversaires plus grand et plus costaud est usant. Mais le faire débuter les matchs en 4 signifierait sortir Brown ou Tatum du cinq. Il est possible que son cas évolue en cours de saison, avec un passage sur le banc à l’approche des playoffs.

Rôle : Titulaire (?) ; Temps de jeu :  28 minutes

Jaylen Brown

Attaquons maintenant les joueurs directement concernés par le retour d’Hayward. Jaylen a fait une magnifique saison l’an dernier, passant de 17 minutes par match à presque 31 et faisant grimper toutes ses catégories statistiques avec une belle adresse et une grosse charge défensive. La présence d’Hayward ne fera pas forcément beaucoup baisser ses minutes, mais elle pourrait en changer la répartition, notamment avec un peu moins de temps de jeu avec les titulaires et un peu plus avec les remplaçants. Il pourrait même se retrouver sur le banc si Horford glisse au poste 4.

Mais, s’il est en concurrence sur ce point avec un Jayson Tatum qui a fait très forte impression pour sa saison de rookie, il dispose d’un avantage. Son profil qui ressemble plus à celui d’un arrière et ses qualités défensives qui lui permettent de s’occuper du meilleur arrière adverse chaque soir semblent plus compatibles avec les autres titulaires que le profil de Tatum.

Commencer les matchs c’est bien, être sur le terrain pendant les fins de match serrées c’est encore mieux. C’est peut-être là que Jaylen peut avoir du souci à se faire. Marcus Smart et Rozier commenceront sûrement sur le banc, mais les deux ont déjà prouvé leur valeur dans les moments clutch et la concurrence sera sans doute féroce pour finir les matchs aux côtés de Irving – Horford – Hayward.

Rôle : Titulaire ; Temps de jeu :  30 minutes

Jayson Tatum

Comme l’autre Jay, Tatum sort d’une saison où il a dépassé les attentes et où il a beaucoup joué : plus de 30 minutes pour un rookie dans une équipe qui va en finales de conférence, on ne voit pas ça tous les jours. Cependant, c’est lui qui dans l’équipe possède le profil le plus similaire à celui d’Hayward et sans doute un de ceux qui a le plus à perdre.

Bien sûr, Jayson a un talent incroyable, il représente le futur de la franchise et les Celtics continueront à coup sûr de le choyer et lui offrir les occasions de s’exprimer. Mais en tant que créateur offensif il sera sans doute plus amené à jouer avec les remplaçants, ou rejoindre le banc si la question se pose.

Comme Brown, il devra encore prouver cette saison qu’il mérite d’être sur le parquet pour les moments décisifs. Il a montré de belles choses sur ce point la saison passée, mais ce n’est pas le seul.

Rôle : Titulaire ; Temps de jeu :  30 minutes

Terry Rozier III

En voilà un autre qui a vu son temps de jeu exploser depuis sa saison rookie, et ce particulièrement l’an passé. Passant de 17 minutes sur le parquet à presque 26, et même presque 37 en playoffs en raison des diverses absences, Rozier est aujourd’hui l’une des plus grosses interrogations du futur des Celtics. Doit-il être prolongé pour faire de lui l’une des pièces importantes de l’avenir ou les Celtics doivent-ils le laisser mener son petit bonhomme de chemin et trouver une place de titulaire autre part ? Vaste sujet dont la saison 2018-2019 du meneur devrait permettre de trouver des éléments de réponse. 

Comme dit plus haut, Scary Terry n’a affiché publiquement aucune position négative, au contraire même. Il sait que le meneur titulaire devant lui est meilleur en l’état, et qu’il ne sera pas titulaire sauf nouvelle blessure de Kyrie. Il semble donc avoir accepté sa position de remplaçant qui ne devrait pas évoluer au fur et à mesure de la saison. 

Seulement, combien de temps T-Ro va-t-il accepter ce rôle ? Tout comme Smart, il arrive que Rozier termine les matchs de par son apport défensif et sa capacité à rentrer des gros tirs. Mais cette saison, vu le talent qui compose cette équipe, les places seront extrêmement chères dans les dernières minutes des matchs. Rozier aura-t-il sa place à l’arrière lorsque l’équipe aura besoin d’aller marquer des points importants ? Pas sûr. 

Il est donc probable que Rozier ait finalement un rôle très proche de celui de l’an passé. Une nouvelle saison d’évolution pour lui, sous les bons conseils de Kyrie Irving… avant ensuite de probablement prendre son envol dans une franchise qui lui garantira un poste de titulaire pour l’avenir (sauf choix douteux de Kyrie Irving l’été prochain). Pour l’instant, il devra se contenter d’un rôle de sixième homme à partager avec Marcus Smart, en attendant la suite.

Rôle : Sixième homme et demi ; Temps de jeu : 27 minutes

Marcus Smart

Marcus commence à faire partie des meubles chez les Celtics, surtout maintenant que le front office a prouvé son attachement au joueur en lui offrant cet été un joli contrat, malgré la tiédeur du marché. Smart devrait ainsi continuer à creuser avec rage et détermination la même ornière que depuis son arrivée. De la défense, du combat, des actions clutchs et des saucisses à trois points dans un rôle de sixième homme.

Mais avec l’éclosion de Rozier, les Celtics ont désormais deux sixièmes hommes de luxe et il faudra trouver des minutes pour tout le monde. Les deux dernières saisons, Marcus jouait en moyenne une trentaine de minutes par match, va-t-il réussir à conserver ce total ou va-t-il devoir en céder une partie au flamboyant T-Ro ?

Même si Terry n’est pas un peintre dans ce domaine, il est loin de la science et de la polyvalence de Marcus quasi-uniques dans le domaine de la défense. L’autre point de discussion, dont on a déjà largement parlé, se situe sur les cinq qui finiront les matchs. Dans ce domaine Marcus, a largement prouvé sa valeur mais encore une fois la concurrence sera plus rude que jamais. Peut-être est-il temps pour lui d’améliorer un peu sa sélection de tirs s’il veut conserver ses minutes.

Rôle : Sixième homme et demi ; Temps de jeu : 28 minutes

Marcus Morris

L’an passé, Marcus Morris était LE scoreur de la second unit. Cette saison,  avec Rozier en meneur remplaçant et sans doute des joueurs comme Tatum, Hayward ou Irving qui seront amenés à rester sur le terrain avec les remplaçants, ce besoin devrait être beaucoup moins pressant. Il devra donc plus se concentrer sur les tâches ingrates – défense, rebond, présence physique – s’il veut continuer à se montrer utile.

Il aura toujours l’occasion de prendre des fadeaway contestés, mais avec un temps de jeu réduit il serait avisé d’épurer un peu son jeu et de se montrer plus efficace. Il a d’ailleurs tout intérêt à faire puisqu’il a un contrat à aller chercher à la fin de cette saison 2018-2019. S’il n’est pas satisfait de cette situation, on imagine tout à fait son GM Danny Ainge le transférer.

Rôle : Remplaçant ; Temps de jeu : 22 minutes

Daniel Theis

Pour l’allemand, cette saison marque également un retour de blessure. Touché au genou en fin de saison dernière alors qu’il avait réalisé une excellente première saison outre-Atlantique, il avait cruellement manqué en playoffs. Devenu un élément important de la raquette remplaçante des Celtics, il devrait retrouver un rôle similaire à celui qui était le sien avant sa blessure l’an passé. 

Il devrait sortir du banc avec Aron Baynes notamment, et devrait apporter par sa mobilité, son tir extérieur et ses qualités athlétiques. Il a de quoi apporter beaucoup sur de courtes séquences, s’il a pleinement récupéré ses capacités perdues suite à sa blessure au genou.

Rôle : Remplaçant ; Temps de jeu :  18 minutes

Aron Baynes

Le pivot australien était l’une des priorités de l’intersaison des Celtics après un passage réussi à Boston l’an dernier. Lui qui n’avait signé que pour un an au départ a re-signé pour le double très tôt dans l’été, désireux de poursuivre l’aventure avec un groupe qu’il apprécie et dans un rôle qui lui convient. 

Ce rôle, l’an passé, était celui d’un pivot titulaire au temps de jeu réduit (67 matchs démarrés dans le cinq majeur sur 81 joués mais « seulement » 18,3 minutes de moyenne – sa meilleure en carrière). Cette saison, il devrait encore être le vrai pivot de l’équipe, dur au mal et prêt à aller au charbon quand il le faut, sur des minutes identiques voire légèrement inférieures. Il ne devrait plus être le pivot titulaire mais devrait sortir du banc pour former une solide raquette avec Theis. Bien conscient de la qualité du roster au moment de sa re-signature, nul doute qu’il ne posera aucun problème et prendra les minutes qui lui seront offertes par Stevens.

Rôle : Remplaçant ; Temps de jeu :  18 minutes

Brad Wanamaker

Fini l’ère Shane Larkin aux Celtics, place à l’ère Brad Wanamaker. Arrivé en provenance du Fenerbahce, Wanamaker n’était pas attendu mais Danny Ainge aime nous surprendre, comme il l’avait fait avec Larkin la saison passée alors que tout le monde se demandait pourquoi il allait chercher le petit meneur de poche en Europe après une carrière NBA pour le moins mitigée. 

Passé par Limoges en Pro A notamment, Wanamaker n’a lui jamais eu la chance de montrer ses talents en NBA. Il a passé la totalité de sa carrière en Europe et cette saison marquera son retour dans son pays natal. Il y a beaucoup de comparaisons à faire avec Larkin car leurs rôles devraient peu ou prou être le même. Wanamaker passera parfois 48 minutes sur le banc, ou bien rentrera parfois pour dynamiser l’équipe quand elle sera dans le besoin, à la différence près que l’apport de Wanamaker sera, au vu de son gabarit, plus physique que celui de Larkin. Un rôle de joueur de bout de banc qui devra rester toujours prêt au cas où Stevens ait besoin de lui. Chose que Larkin avait parfaitement réussi à faire l’an dernier.

Rôle : Semi chauffeur de banc ; Temps de jeu :  10 minutes

Semi Ojeleye

Arrivé en NBA avec le label 3 and D, Jesusemilore Talodabijesu n’a pas su transposer sa réussite derrière l’arc au niveau pro lors de sa saison rookie. De manière générale, on l’a découvert assez perdu en attaque, forçant trop souvent des drives en ligne droite vers une raquette bouchée.

Sur le plan défensif, il n’a globalement pas déçu, ce qui lui a permis de prendre part à 73 matchs de saison régulière pour 15,8 minutes de moyenne. En playoffs, malgré un temps de jeu légèrement inférieur, il a notamment été appelé pour défendre sur Giannis Antetokounmpo, ce qu’il a réussi par séquences avec brio.

À l’orée de sa saison sophomore, les axes d’amélioration sont donc clairs pour Ojeleye : au minimum, réussir à un taux acceptable ses tirs à trois points ouverts et continuer à progresser en défense tant d’un point de vue individuel que collectif afin de réellement pouvoir mettre à disposition de Stevens son profil assez atypique. S’il n’y parvient pas, on voit mal comment il pourrait régulièrement fouler le parquet hors garbage time.

Rôle : Chauffeur de banc ; Temps de jeu : 12 minutes

Robert Williams

Pour Robert Williams, la saison risque d’être celle d’un rookie classique pour un joueur qui débarque dans une équipe prétendante au titre. Même s’il a des atouts, notamment athlétiques, pour apporter des choses dès cette saison en NBA, Williams ne devrait pas entrer bien souvent en jeu.

Derrière une raquette aussi fournie que celle des Celtics (Horford, Theis, Baynes voire Semi), il devrait faire des aller-retours en G League pour y faire ses gammes et développer ses qualités déjà existantes (ou d’autres qu’il ne possède pas encore, comme la ponctualité par exemple). 

Rôle : Chauffeur de banc ; Temps de jeu : 8 minutes

Guerschon Yabusele

Pour Yabu malheureusement, les saisons se suivent et se ressemblent. Celle qui se profile à l’horizon ne risque pas de bien différer des précédentes pour lui, bien qu’elle soit importante étant donné que les Celtics ont une team option à exercer (ou non) à la fin de l’année.

L’an passé, profitant des blessures, il est entré 33 fois en jeu pour 7 minutes de moyenne. Cette saison, si les Celtics évitent les blessures, avec une raquette identique et même renforcée par le rookie Williams, on a du mal à voir comment il pourrait augmenter ce total. Il lui faudra sans doute attendre l’été prochain pour voir sa situation évoluer, soit avec de gros changements dans l’effectif des Celtics soit en rejoignant une franchise où il pourra se développer plus qu’à Boston.

Rôle : Chauffeur de banc ; Temps de jeu : 7 minutes

Jabari Bird

À l’heure actuelle, Jabari Bird fait toujours partie de l’effectif des Celtics. Cependant, avec les charges qui pèsent contre lui, il s’est retiré de la scène quelques temps et il se pourrait qu’il n’enfile pas le maillot des Celtics de la saison. On devrait en savoir plus aux alentours du 25 octobre prochain, date de sa prochaine comparution. Jusque-là, ce ne sont plus les Celtics mais la NBA directement qui a les choses en main. 

Pas de rôle à lui définir donc, reste simplement à savoir s’il sera remplacé sous peu ou non. La piste Marcus Georges-Hunt (ex-Red Claws) avait été étudiée à un moment, mais rien n’a filtré depuis. 

Article rédigé par Hugo Geindre, Baptiste Godreau et Léo Hurlin