Preview playoffs 2019 : (1) Bucks – Celtics (4)

Après une série qui n’a pas particulièrement rassuré face à la grosse défense des Pacers, les Celtics se retrouvent avec ce qui semble selon toute vraisemblance le plus gros poisson de la Conférence Est : les Bucks !

La modeste quatrième place à laquelle a terminé Boston ne fait pas oublier tous les espoirs placés en l’équipe et le talent dont elle dispose sur le papier. Pour atteindre le Graal comme le désirent les joueurs, il faudra passer par les meilleurs à un moment ou un autre, et nous allons donc maintenant présenter cette série du second tour de l’Est.

Les équipes

Milwaukee Bucks

Premiers de la Conférence Est, 60 victoires pour 22 défaites, 33-8 à domicile et 27-14 à l’extérieur

Forces de l’équipe :
  • Présence du potentiel MVP ¯\_(ツ)_/¯
  • Présence du potentiel COY ¯\_(ツ)_/¯
  • Meilleur bilan de la saison régulière ¯\_(ツ)_/¯
  • Avantage du terrain
  • Grosse défense
Faiblesses de l’équipe :
  • Jeu peut-être un peu stéréotypé
  • Expérience en playoffs (l’équipe vient de passer son premier tour de playoffs depuis 2001)

Boston Celtics

Quatrièmes de la Conférence Est, 49 victoires pour 33 défaites, 28-13 à domicile et 21-20 à l’extérieur

Forces de l’équipe :
  • Talent individuel
  • Grosse défense par séquences
  • Expérience des playoffs
Faiblesses de l’équipe :
  • Réponse à l’adversité
  • Dépendance à Al Horford
  • Absence de Marcus Smart
  • Cohésion collective douteuse

Comparaison statistique

Ce graphique permet de comparer les performances des deux équipes dans diverses catégories statistiques sur une échelle allant de la pire performance de la ligue (centre du graphique) à la meilleure performance de la ligue (bord extérieur du graphique)

Le premier sentiment qui se dégage à la vue de ce graphique est simple : on est dans la merde. Les Bucks n’ont pas fini avec le meilleur bilan de la saison régulière par hasard. Ils ont la meilleure défense de la ligue, une excellente attaque, ils marquent beaucoup de points dans la peinture avec une excellente adresse mais prennent aussi de nombreux trois points, ils jouent vite et marquent beaucoup en contre-attaque, prennent beaucoup de rebonds. Les Celtics n’ont l’avantage sur les Bucks que dans deux catégories statistiques parmi celles que nous avons choisies. Ils marquent une plus grande proportion de leurs paniers à la suite de passes décisives, et ils auront bien besoin de faire fructifier ce jeu collectif pour trouver des solutions face à la meilleure défense de la ligue. Ils commettent également moins de pertes de balle que les Bucks, et là aussi cela pourrait être un élément clef de la série, puisque face à une équipe comme Milwaukee, les joueurs de Boston ne pourront pas se permettre de rendre des munitions en pagaille à l’adversaire. Contre les Pacers, ils ont commis énormément de pertes de balle, cela n’a pas eu de conséquences au final mais on espère qu’ils vont rectifier le tir.

En bref, les motifs d’espoirs pour Boston sont rares si on se fie uniquement aux statistiques sur la saison régulière complète. Il faudra plutôt chercher du côté des matchups particuliers entre les deux équipes et comment, tactiquement, les Celtics pourraient venir embêter les Bucks.

Les effectifs

Extérieurs :

Eric Bledsoe, Sterling Brown, Khris Middleton

Kyrie Irving, Jaylen Brown, Jayson Tatum

Logiquement, les Celtics devraient avoir le meilleur joueur sur les lignes extérieurs en la présence de Kyrie Irving. Ainge l’a fait venir à Boston pour ce genre de moments et, tout au long d’une saison difficile, il a été l’un des premiers à répéter que les performances en playoffs seraient les ultimes juges de cette saison. Il aura cependant fort à faire puisqu’il sera défendu par un Eric Bledsoe qui n’a plus rien à voir avec le joueur qui semblait perdu sur le terrain et qui s’était fait promener par Terry Rozier la saison passée. Bledsoe pourrait postuler cette saison pour une place dans une all-defensive team. Sur les trois matchs de saison régulière il a défendu Kyrie 37 possessions par match et l’a maintenu a seulement 36% de réussite au tir. Cependant il a aussi distribué 15 passes décisives pour seulement 2 pertes de balles et les Celtics ont d’excellents chiffres offensifs sur ces possessions. De là à dire que la solution sera pour Kyrie de faire tourner la balle et de chercher en priorité ses coéquipiers il y a un pas que nous ne franchirons pas tant son talent offensif sera nécessaire dans cette série, mais c’est un paramètre à garder dans un coin de la tête.

Offensivement il est également beaucoup plus précieux, il forme un duo redoutable avec Khris Middleton, Bledsoe dans un rôle avec beaucoup de pénétration et une excellente adresse près du cercle et Middleton jouant plus en périphérie avec ses 38% de réussite à 3 points. La paire participe beaucoup à la circulation de balle en compilant presque 10 passes décisives par match à eux deux, mais cela s’accompagne aussi de quelques pertes de balle, plus de 2 par rencontre pour chacun. Sur les confrontations directes le ratio est encore moins favorable, Bledsoe par exemple est à 3.3 passes décisives pour 3 pertes de balles. Peut-être une piste à creuser pour les Celtics de mettre ces deux là sous pression et de les forcer à tenter des passes compliqués, même si à ce niveau l’absence de Smart risque de se faire sentir.

La bonne nouvelle c’est qu’en l’absence de Brogdon, Kyrie pourra être caché sur Sterling Brown qui est un joueur plutôt propre en attaque mais sur un petit volume. Ce sont donc les Jays qui devraient logiquement être chargés de cette tâche, Brown a été impressionnant en défense contre les Pacers et on espère le voir réitérer le même genre de performances. Quant à Tatum on sait qu’il peut être extrémement solide quand il est concentré. Les deux jeunes auront donc du boulot puisqu’en plus de défendre les deuxièmes et troisièmes options offensives de l’équipe adverse ils devront faire leur part offensivement. On a vu que Irving aura peut-être intérêt à lâcher sa balle et Horford aura déjà beaucoup à faire, Les Celtics auront donc sans doute besoin d’une grosse performance offensive d’au moins un des deux pour espérer l’emporter sur chaque match. Jaylen et Jayson ont montré un énorme potentiel jusqu’ici, dans une série aussi difficile, en confrontation directe avec deux potentiels all-star c’est le moment pour eux de prouver définitivement leur valeur.

L’avis de celticsfr : avantage Boston

Intérieurs :

Giannis Antetokounmpo, Brook Lopez

Al Horford, Marcus Morris

C’est ici que se déroulera sans doute la bataille décisive de la série, d’un côté Giannis Antetokounmpo qu’il n’y a plus vraiment besoin de présenter. On va quand même faire un tour rapide, candidat au MVP, un physique hors-norme qui en fait un cauchemar pour n’importe quel défenseur, il est capable de martyriser à peu près tout le monde dans la peinture. L’arrivée d’un nouveau coach lui a permis d’enfin s’exprimer dans une équipe fonctionnelle et il a encore passé un cap cette saison. C’est la pierre angulaire du jeu des Bucks des deux côtés du terrain.

En face de lui se présente Al Horford qui ne peut pas compter sur les mêmes qualités physiques mais qui a plus d’une corde à son arc. C’est notre bon vieux Papa Sportif qui a été chargé de défendre sur le Grec durant la majorité des possessions pendant les deux matchs durant lesquels ils se sont affrontés au cours de la saison régulière. Il s’en est tiré honorablement en le limitant à 50% au tir, en lui offrant peu de lancers et en forçant 4 pertes de balles pour seulement 3 passes décisives. Son rôle défensif sera donc décisif, mais son rôle offensif aussi puisque sur les deux matchs qu’il a joués face aux Bucks, il s’est montré très agressif avec 18 tirs pris et 6.5 passes décisives données par match. Sur ses 18 tirs, 8.5 était des trois points, Les Bucks ont en effet tendance à défendre férocement la raquette quitte à laisser des joueurs ouverts à 3 points, Al devra absolument être en mesure de les sanctionner pour offrir des points à son équipe et forcer Brook Lopez ou Giannis a s’éloigner du cercle et ainsi ouvrir des lignes de drives à ses partenaires. Il devra donc être au four et au moulin et on espère qu’il tiendra physiquement car il sera sans doute le joueur clef de cette série pour les Celtics.

À ses côtés nous avons décidé de parier sur Marcus Morris, qu’il soit titulaire ou non il restera sûrement plus longtemps sur le parquet que Baynes. Son rôle pour apporter du spacing sera également capital, sur les deux matchs qu’il a joué en saison régulière contre les Bucks il a tenté en moyenne 9 tirs à trois points par match. Ce serait le moment idéal pour qu’il retrouve sa réussite de début de saison dans ce domaine. De l’autre côté du terrain, il pourrait poser plus de problèmes, quand il s’est retrouvé à défendre sur Giannis cela a en général très mal passé. Il sera sans doute assigné à Brook Lopez, sa mobilité lui permettant de le suivre à l’extérieur, on espère juste que les Bucks ne vont pas brusquement choisir d’envoyer leur pivot au rebond offensif, l’avantage de taille pourrait alors se faire sentir, mais Lopez sur la saison régulière est à 0,4 rebond offensif par match.

L’avis de celticsfr : avantage Milwaukee

Bancs :

George Hill, Pat Connaughton, Ersan Ilyasova, Nikola Mirotic, Tony Snell, Malcolm Brogdon (?)

Gordon Hayward, Terry Rozier, Aron Baynes, Daniel Theis, Semi Ojeleye (?), Marcus Smart (?)

De manière un peu surprenante, la dynamique sur les affrontements de saison régulière montrait des titulaires de Boston ayant l’avantage sur ceux des Bucks (Horford, Irving, Tatum avec le meilleur différentiel côté Celtics, Bledsoe, Middleton avec le pire côté Bucks) et l’inverse pour les joueurs du banc. On peut espérer que, pour le banc, la dynamique ait changé. En effet Gordon Hayward et Terry Rozier ont été excellents face aux Pacers, si Gordon garde ce niveau de jeu il ne devrait pas avoir d’égal en face. L’utilisation des autres joueurs devrait être plus aléatoire, Aron Baynes pourrait offrir une belle résistance à Antetokounmpo dans la peinture mais le profil des autres intérieurs des Bucks ne lui correspond pas vraiment. Gros point d’interrogation sur Ojeleye également, qui n’a presque pas eu de temps de jeu de la saison mais qui a toujours sa réputation d’arme anti Giannis, à voir si Brad tente le pari. L’autre gros point d’interrogation se situe sur l’état de santé de Marcus Smart, les premières estimations laissaient supposer un retour en fin de série au mieux mais les progrès qu’il a récemment montrés laissent entrevoir la possibilité d’un retour plus tôt.

Du côté des Bucks, si on n’a déjà dit qu’ils n’ont pas de joueurs du calibre d’un Hayward en forme, ils disposent d’une collection de joueurs solides. L’expérimenté George Hill, Pat Connaughton qui sort d’une saison solide et des intérieurs capables d’écarter le jeu en la personne d’Ilyasova et Mirotic. Eux aussi font face une grosse inconnue très semblable à celle de Smart, la blessure de Brogdon qui est d’ores et déjà indisponible pour les deux premiers matchs. Son retour pourrait changer la donne tant son apport est précieux à cette équipe, surtout qu’il a toujours semblé à son meilleur niveau contre Boston.

L’avis de celticsfr : égalité

Coaching :

Gros matchup pour Brad Stevens puisqu’il se trouve sur cette série aux prises avec Mike Budenholzer, qui avait été élu coach de l’année en 2014-15 lorsqu’il était sur le banc d’Atlanta et qui le sera vraisemblablement à nouveau pour cette campagne 2018-19 des Bucks. Au vu de leurs saisons respectives, et même si tout le crédit ou les blâmes qu’ont reçues les deux équipes ne sont pas à imputer aux coachs dans leur entièreté, il est difficile de placer Stevens devant Bud.

L’avis de celticsfr : avantage Milwaukee

Les affrontements en saison régulière

PosÉquipeWLPCTGBHomeRoadPFPADIFF
0120.33301-10-1107.0110.3-3.3

Un match en grosse réussite, un match sans adresse, et un match qui s’est joué sur la toute fin, ça mérite bien qu’on y revienne plus en détail.

(1 h 00)
TD Garden

Maillot: ASSOCIATION
(2 h 00)
TD Garden

Maillot: ICON
(2 h 00)
Fiserv Forum

Maillot: ICON

Sur le premier match, les Celtics avaient réussi une performance de taille puisqu’ils étaient devenus la première équipe de la saison à battre les Bucks, après un début en fanfare de sept victoires consécutives pour les hommes de Mike Budenholzer. Double performance par ailleurs puisque les joueurs de Boston avaient également établi un nouveau record de franchise pour le nombre de paniers à 3P réussis avec 24.

Le deuxième match de la saison s’était beaucoup moins bien déroulé pour Boston. Avec quelques absents des deux côtés, dont Horford pour eux, les Celtics avaient en outre été maladroits avec un vilain 20/62 du cinq de départ. L’écart qui était monté à -26 ne sera jamais repassé sous la barre des 10 points malgré quelques runs.

Le troisième et dernier match de la saison, à nouveau marqué par une maladresse générale du côté de Boston (parmi les joueurs ayant tenté plus de deux tirs, seuls Brown et Tatum en avaient réussi au moins 50%), n’a véritablement tourné à l’avantage de Milwaukee que durant les tous derniers moments.

Comme la plupart du temps cette saison, les Celtics se sont montrés irréguliers face aux Bucks. Ils ont montré un meilleur visage lors de leur premier tour face aux Pacers, surtout en défense où ils ont fait baisser de 13,5 points sur 100 possessions le scoring d’Indiana. Mais les Bucks sont un tout autre challenge à relever pour Boston, voici donc quelques clefs de la série à venir.

Les clefs de la série

La stratégie face à Antetokounmpo :

Toute la série tournera forcément autour du grec, notamment pour la défense de Boston. On a déjà vu qu’Horford sera son principal défenseur, et il est plutôt habile dans l’exercice. La question, c’est à quel point arrivera-t-il à le limiter, assez pour que les autres joueurs n’aient pas besoin de venir en aide ? Si cela est le cas, au moins sur un nombre raisonnable de possessions, cela pourrait poser des difficultés à l’attaque des Bucks qui devrait alors trouver d’autres moyens de créer des décalages. À l’inverse si les Celtics doivent venir aider, ils pourront se permettre de laisser des joueurs comme Brown ou Bledsoe un minimum ouverts vu leur réussite à 3 points, mais il y aura alors un décalage de créé et il faudra que les rotations soient excellentes.

Horford sera aussi crucial de l’autre côté du panier et Boston ne peut pas se permettre de le laisser s’épuiser ou prendre trop de fautes. D’autres options existent, Morris a le profil mais on a vu qu’il n’avait pas vraiment brillé dans cet exercice, le joker Ojeleye, on peut également imaginer envoyer Hayward ou Brown sur quelques séquences. Il y a aussi l’éventualité Baynes, Brad n’a jamais vraiment tenté cette option, même durant les playoffs la saison passée, mais vu le jeu du grec cela pourrait lui poser quelques problèmes (et s’avérer handicapant de l’autre côté).

L’adresse à 3 points :

Avec le style de défense des Bucks et le style d’attaque des Celtics, il faut s’attendre à une pluie de trois points de la part des joueurs de Boston durant la série. On a longuement regretté en saison régulière la propension des Celtics a trop se reposer des jumpshots et ne pas aller chercher des points plus rentables près du panier (layups + fautes). Mais contre les Bucks cela pourrait presque représenter un avantage… à condition que les 3 points rentrent.

A priori Boston possède le personnel pour punir derrière l’arc, ils ont fini la saison régulière avec le 7ème meilleur pourcentage à 3 points et contre les Pacers ils ont frôlé les 40%. Presque tous les joueurs de la rotation sont capables de rentrer des tirs longue distance a un pourcentage correct, même Baynes désormais. Mais on le sait l’adresse à 3 points peut grandement fluctuer, si les tirs rentrent dès le début de la série pourrait forcer les Bucks à s’ajuster, ce qui pourrait leur poser de grosses difficultés. À l’inverse si l’adresse n’est pas au rendez-vous il faudra que Boston trouve d’autres solutions et ils n’ont pas vraiment montré que c’était leur point fort cette saison.

Les hashtags de cette campagne de playoffs

Pour Milwaukee, on retrouve le sempiternel #FearTheDeer, qu’on n’a cependant jamais autant pris au sérieux. En face, on ne comprend plus trop ce qu’il se passe : au lendemain de la dernière victoire des Celtics, Al Horford continue d’utiliser le #RiseTogether (avec l’emoji de l’équipe d’e-sport de Toronto qui s’affiche), tandis que les mentions du slogan semblent avoir disparu des tweets des Celtics à l’exception de quelques visuels du compte officiel. On a également lu C Us Rise… Bref, une fois de plus, l’équipe semble traverser des difficultés et se chercher une identité. Si tard dans la saison, même si c’est passé face aux Pacers, ça ne peut plus fonctionner ! C’est pourquoi la stabilité remarquable choisie par les Bucks et l’abondance de gages de sérieux leur confère incontestablement l’avantage.

Pronostics

Comme au tour précédent, nous avons publié un sondage sur Twitter pour avoir vos avis. Le verdict est contrasté : d’un côté, on retrouve 47% de votants qui prédisent une victoire des Celtics en 6 ou 7 matchs, de l’autre 32% qui penchent pour une victoire des Bucks en autant de matchs. 12% choisissent une victoire des Bucks en 4 ou 5 matchs, et 9% votent pour une victoire des Celtics en 4 ou 5. Cela fait quand même 44% des votants qui voient les Bucks passer, un score non-négligeable compte tenu de l’objectivité qu’on peut imaginer venant de la part d’un groupe de supporters. On soulignera cependant que très peu de gens voient la série se finir vite.

Sur notre Discord, les avis recueillis sont là aussi bien tranchés : certains annoncent une victoire des Celtics en 5 en comptant sur « les fameux systèmes de Brad dans les moments cruciaux » et la présence d’un Kyrie qui « a envie de prouver et d’aller dans le sens de ses déclarations. On a également lu des pronostics en 6 « avec la manière, en les surprenant d’entrée de jeu », ou encore en avançant que « les Bucks sont juste favoris car Giannis est monstrueux, mais toujours moins que Lebron la saison passée, et sans l’arbitrage on battait Cleveland toujours sans Kyrie et Hayward ». D’autres annoncent une victoire des Celtics en 7 avec « une série digne des finales NBA mais on sort gagnants à l’extérieur grâce a notre expérience », une « victoire avec les tripes » tout en rappelant que l’avantage du terrain dont disposent les Bucks est une « grosse différence par rapport à la saison dernière ».

On retrouve tout de même des fans qui ne voient pas Boston passer car « j’ai du mal à nous voir en prendre un là-bas ». Certains parlent même d’un sweep en faveur des Bucks en raison de « deux galaxies d’écart entre les deux équipes ». D’autres sont déjà plus mesurés mais ne voient pas comment battre Milwaukee qui peut compter sur « un des tous meilleurs coachs, des role players de qualité et un franchise player qui marche sur l’eau ». Il y a aussi des victoires en 6 matchs pour les Bucks qui sont annoncées, faisant parler « la raison et la saison » tout en nuançant : « Je reste convaincu que le potentiel des C’s est plus élevé que celui des Bucks. […] Si on a le meilleur visage des C’s, Milwaukee explose. Dans le cas contraire, la saison de Boston s’arrêtera logiquement à ce stade. »

Enfin, à la lecture de l’ensemble des avis de la rédaction, on a la confirmation que la série est soit indécise, soit que les fans manquent parfois d’objectivité puisque nous avons trois votes en faveur des Celtics (un pour une victoire en 5, un en 6 et un en 7) et trois en faveur des Bucks (tous pour une victoire en 6).

Le programme de la série

Encore un match le dimanche à 19h pour commencer la série, puis un match une veille de jour férié (pour les français au moins) et un autre le vendredi, pas mal de repos, bref on valide ce calendrier.

Demi-finales de conférence

DateLocalHeure/RésultatVisiteurHeure française Maillot
19 h 00 STATEMENT
02 h 00 ICON
02 h 00 ASSOCIATION
01 h 00 ASSOCIATION
02 h 00 ICON

Article rédigé par Léo Hurlin, Hugo Geindre