Playoffs 2019 : comment Kyrie a préparé ses coéquipiers

Même si la saison régulière ne s’est pas déroulée comme ils l’avaient prévu, les Celtics savaient tout au long de celle-ci qu’ils seraient en playoffs. Et, malgré les craintes vis-à-vis de leur position pratiquement dans le ventre mou du classement, Kyrie Irving croyait dur comme fer en les capacités de son équipe, même en terminant à une telle position.

Quelques obstacles restaient cependant à franchir. Irving devait notamment s’assurer que ses coéquipiers croyaient toujours en leurs capacités, et qu’ils avaient conscience de ce qu’il faudrait accomplir pour se montrer à la hauteur lorsque chaque match compterait.

« Kyrie n’a jamais cessé de nous parler, confie Al Horford. On peut remonter à plusieurs semaines avant la fin de la saison régulière, il nous parlait déjà de l’implication nécessaire, de ce qu’on devait faire en tant qu’équipe, de comment il fallait qu’on se prépare et qu’on s’améliore. »

Il poursuit :

« Je crois que tous les gars ont compris ce qu’il essayait de nous faire savoir, et ont relevé le défi, chacun a essayé de s’améliorer et de faire toutes les petites choses qui nous ont amené jusqu’à ce stade. »

Selon Horford, Irving n’a pas fait passer ce message durant une réunion entre joueurs, un vol en particulier ou quelque chose dans ce genre. Horford affirme que ce message a été glissé par Kyrie à ses coéquipiers de manière régulière et graduelle, durant des entraînements et des sessions d’après-match. Il a pris la parole à l’attention de tout le groupe et a pris des joueurs à part, leur offrant des conseils individuels et des mots d’encouragement.

Irving voulait que ses coéquipiers comprennent que les derniers matchs de la saison requéraient une approche plus sérieuse. Qu’ils comprennent que faire des séances de tirs ou de soins à côté avait de l’importance. Qu’ils comprennent qu’il fallait prêter une plus grande attention à son régime alimentaire et à son sommeil. Et qu’ils comprennent qu’à cette période de l’année, toutes ces choses qui peuvent sonner insignifiantes ne le sont pas le moins du monde.

« C’est génial de le côtoyer, explique Aron Baynes. Tout le monde en tire quelque chose. »

Selon Brad Stevens, son entraîneur, Irving a fait montre de leadership tout au long de la saison, mais il avait senti quelque chose de différent lorsque Kyrie s’était exprimé devant tout le groupe durant l’entraînement du 28 mars. Le lendemain, Irving inscrivait un tir au buzzer pour l’emporter face aux Pacers, un tir qui a contribué à faire bénéficier l’équipe de l’avantage du terrain durant le premier tour des playoffs.

« On pouvait voir qu’il y avait un peu un message du genre : ‘C’est maintenant !’, à plus d’un titre, se rappelle Stevens. L’équipe a connu des hauts et des bas tout au long de la saison, c’est indéniable, mais tout ça peut faire partie du chemin qui la mène à atteindre son potentiel. »

Irving est une superstar avec trois Finales NBA et un titre à son CV, mais ses coéquipiers affirment qu’il ne les divertit pas avec des histoires de ces années passées aux côtés de LeBron James. Cette expérience confère toutefois une valeur immédiate aux suggestions qu’il peut émettre.

« Il a vraiment essayé de nous faire comprendre que rien ne serait facile, abonde Jayson Tatum. J’écoute tout ce qu’il dit. Il a gagné le titre, on n’est pas passés loin d’arriver à ce niveau, donc on comprend qu’il faudra passer la vitesse supérieure pour y parvenir ensemble. »

L’an dernier, Terry Rozier s’était révélé dans un rôle de titulaire, en lieu et place d’Irving, blessé. Il avait aidé les Celtics à se hisser à une victoire près du plateau des Finales NBA. Avec le retour d’Irving, le rôle de Rozier a perdu en importance, mais ce dernier souligne l’aide que Kyrie lui a apporté afin de mieux accepter sa position au sein de l’équipe et trouver des façons de contribuer.

« J’ai le sentiment qu’il nous a tous rapprochés les uns des autres, qu’il nous a permis de mettre tout ce qu’on a traversé cette saison au placard, et qu’il s’est assuré que tout le monde avait conscience de l’importance de notre but ultime, développe Rozier. Ça nous a tous aidés, et on est tous sur la même longueur d’onde à présent. »

Bien évidemment, tous ces conseils et autres instructions pourraient sonner creux, s’ils n’étaient pas suivis d’actions fortes.

Irving s’est également assuré que ce ne serait pas le cas.

Sur ces playoffs, il tourne à 23,2 points, 8,4 passes décisives et 5 rebonds de moyenne, et les Celtics vont attaquer ce soir le deuxième match des demi-finales de la Conférence Est avec un bilan de 5-0.

Boston a remporté 11 de ses 13 derniers matchs, et on peut imputer au moins une partie de cette bonne forme aux conseils prodigués par Irving.

« Je crois qu’à l’approche des playoffs, Kyrie a senti que le groupe dans son ensemble devait réaliser l’urgence de la situation, conclut Horford. Parmi les choses dont il nous a fait prendre conscience et sur lesquelles il nous a défiés d’en faire davantage afin d’être prêts pour ces moments, il y avait le fait de prendre bien soin de nous, de faire le travail nécessaire. Il voulait s’assurer de tout ça. Je crois que ça a fait tilt dans nos têtes et c’était positif. On a tous relevé le défi. »

Traduction de l’article du Boston Globe « ‘It’s go time.’ How Kyrie Irving has prepared the Celtics for their close-up » par Léo Hurlin. Photo par Brian Babineau