Kyrie, cap space et casse-tête

Comme vous avez pu le voir si vous avez lu notre preview de l’intersaison, l’été s’annonce particulièrement agité côté Celtics. Le front office risque d’avoir énormément de décisions à prendre et presque toutes dépendront d’une chose, la resignature ou non de Kyrie Irving.

Nous avons donc décidé de détailler dans cet article des points du règlement de la ligue qui seront cruciaux si jamais Kyrie venait à partir. Vous pouvez déjà retrouver la définition des différents termes employés ici dans notre lexique mais nous avons choisi de détailler dans cet article leurs conséquences précises sur l’été des Celtics. N’oubliez pas également que vous pouvez également consulter la situation salariale de tout l’effectif en détail à cette adresse.

Les Bird rights

La NBA fixe un salary cap chaque saison ($101,869,000 en 2018-2019) qui représente le montant cumulé des salaires que ne doivent pas dépasser les franchises. Ce cap est dit soft car dans les faits les équipes sont autorisées à le dépasser. Par contre, c’est là que ça devient intéressant, elles ne sont pas autorisées à signer des agents libres à un montant qui leur fera dépasser ce cap.

Il existe bien évidemment des exceptions à cette règle, dont celle qui nous intéresse ici, les Bird rights. Cette exception donne le droit à une franchise de resigner un joueur en dépassant le cap s’il est déjà dans son effectif.

Dans le cas des Celtics, qui sont largement au-dessus du cap, cela veut dire qu’ils peuvent resigner Irving, Horford et leurs autres agents libres sans souci. Mais en cas de départ de Kyrie, la situation deviendrait beaucoup plus compliquée puisqu’il faudrait que les Celtics libèrent assez d’espace en dessous du cap pour signer un éventuel remplaçant. Or, une autre subtilité du CBA rend cela difficile.

Les cap holds

Le cap space a donc une place primordiale dans la gestion des effectifs, pour éviter que les équipes ne contournent les règles grâce aux Bird rights il existe ce qu’on appelle les cap holds. Quand un joueur devient agent libre, son salaire compte toujours dans le total d’une équipe (plus exactement un montant proportionnel à son salaire, qui peut-être bien supérieur dans certains cas) jusqu’à ce qu’il signe ailleurs où que l’équipe renonce à ses Bird rights.

Ainsi, cet été pour Boston, Marcus Morris compte dans le cap space, de même pour Horford et Baynes même s’ils déclinent leurs options. Si on se place toujours dans l’optique d’un départ de Kyrie, les Celtics ne pourront donc pas, par exemple, laisser Horford décliner son option, signer un agent libre avec le cap space libéré puis resigner Horford puisque son salaire comptera toujours. Et s’ils décident de renoncer aux Bird rights de Al, ils ne pourraient ensuite plus le resigner au dessus du salary cap.

C’est pour ces raisons que, dans notre preview, nous avons estimé qu’un départ de Kyrie serait très problématique pour les Celtics, malgré tous les doutes que ses performances contre les Bucks ont pu éveiller. Il serait extrêmement difficile pour Boston de libérer assez de cap pour signer un agent libre de poids pour le remplacer, surtout s’il faut lui proposer un contrat max au dessus de $30M comme ce serait le cas pour un joueur comme Kemba Walker par exemple, tout en gardant un effectif compétitif.

Bien sûr, il existe d’autres exceptions qui permettent de signer des joueurs à des contrats moins importants qui pourraient permettre de compléter l’effectif (MLE, BAE…), mais cela resterait un casse-tête pour espérer attirer des joueurs de qualité.

Pour vous aider à y voir un peu plus clair nous vous avons concocté ce graphique interactif qui vous permettra de visualiser le cap space des Celtics en fonction des éventuels départs. En cliquant sur le nom d’un joueur dans la légende du graphique, vous pouvez le faire disparaître et voir l’impact de son départ sur les finances de Boston. Les salaires avec une option (player option, team option, qualifying offer) sont représentés en translucide et les cap holds par des rectangles transparents.

Alors, de qui devez-vous vous débarrasser pour réussir à libérer au moins $30M de cap space chez les Celtics ?

Article rédigé par Hugo Geindre