Al Horford devient agent libre

C’était plus ou moins attendu, et en tout cas dans les tuyaux, c’est désormais officiel : Al Horford, qui avait jusqu’à aujourd’hui pour décider d’exercer ou non sa player option d’un montant de 30 millions de dollars, a choisi de décliner cette possibilité et va donc devenir agent libre. C’est Adrian Wojnarowski, le journaliste d’ESPN, qui vient de l’annoncer.

On avait déjà vu passer çà et là des reports qui indiquaient que le pivot dominicain envisageait toutes ses options et notamment celle-ci, dans l’optique de re-signer avec les Celtics pour une durée plus longue et probablement à un tarif moindre.

C’est le scénario vers lequel les deux camps semblent donc se diriger, comme le confirme Woj.

Il faut tout de même noter que le départ d’Anthony Davis pour Los Angeles pourrait venir compliquer ces plans, puisqu’il semble que Kyrie Irving est de moins en moins intéressé par un retour sous le maillot vert (même s’il pourrait rencontrer les dirigeants avant la draft de jeudi, selon Shams Charania). En effet, Horford a clairement indiqué qu’il souhaitait jouer dans une équipe compétitive, lui qui a goûté aux playoffs onze fois sur ses douze saisons et qui a soif de titres.

Horford et son agent ont donc fait l’impasse sur 30 millions garantis dans l’espoir de sécuriser plus d’argent garanti et un contrat à plus long-terme, mais ils se retrouvent cependant en bonne position pour faire pression sur Danny Ainge et son staff puisqu’il est à présent libre comme l’air.

En l’état, Boston ne dispose d’aucune marge de manœuvre, et ne pourrait en dégager qu’avec un départ de Kyrie qu’on imagine mal rempiler dans la même équipe que celle qui vient de terminer la saison de manière douloureuse.

Pour information, en déclinant sa PO, Horford compte toujours dans le cap à hauteur de 37 millions (il s’agit de son cap hold).

En l’état, en imaginant un départ de Kyrie Irving, Boston serait à 34 millions au-dessus du seuil du cap. Dans ce cas de figure, le départ de Horford seul ne suffirait donc pas à dégager de cap space significatif. Il faudrait ensuite renoncer aux droits sur les free agents de l’équipe, ce qui débloquerait au mieux 27 millions de dollars à dépenser pour combler quatre trous dans l’effectif.

Article par Léo Hurlin, crédit photo : Maddie Meyer/Getty Images