Jaylen Brown prolonge pour 115 millions de dollars sur quatre ans

La deadline était fixée à 23h heure de Paris en ce 21 octobre, et on l’a appris vers 22h : Jaylen Brown a trouvé un accord avec les Celtics pour prolonger sur quatre ans, pour un montant de 115 millions de dollars.

C’est la première fois depuis Rajon Rondo en 2009 que les Celtics prolongent un joueur dans sa dernière année de contrat rookie.

Brown avait récemment engagé un agent, Jason Glushon, pour la première fois de sa jeune carrière. Glushon, qui représente Al Horford ou encore Jrue Holiday, a semble-t-il passé le week-end au Auerbach Center pour négocier et conclure l’accord.

Le contrat ne comporte aucune option quelconque, il s’agit donc de quatre années garanties qui emmènent donc Brown en 2023-24.

En revanche, le contrat est garanti à hauteur de 103 millions de dollars, avec des bonus supplémentaires liés à la performance du joueur.

Quatre millions de dollars de bonus sont ainsi prévus dans le contrat si Brown apparaît dans au moins 65 matchs, si l’équipe en remporte 49 et si elle atteint le second tour des playoffs. C’est-à-dire que ce serait une bonne performance pour Boston qui rend cette probabilité plus qu’acceptable.

Huit millions de dollars de bonus sont prévus si Brown finit MVP, DPOY ou s’il figure dans une équipe All-NBA. Autant dire que ce contrat serait une affaire si cela se produit.

115 millions de dollars, c’est environ quinze millions de moins (soit environ 3,75 millions annuels) que le maximum auquel Brown pouvait prétendre tout en restant un montant conséquent, qui fait donc éviter aux Celtics une free agency potentiellement compliquée. En effet, cette dernière étant annoncée relativement faible cette année, on peut supposer que certaines équipes avec du cap space auraient proposé un contrat maximum à Brown, que les Celtics auraient pu égaler.

Il faut bien se rendre compte que les futurs RFA ne rapportent généralement qu’une valeur très faible sur le marché, et c’est certainement d’autant plus vrai pour les joueurs dont le niveau potentiel reste flou et dont le cas divise comme Jaylen.

Les options de l’équipe étaient donc les suivantes :

  • Transférer le joueur contre un retour de valeur moindre ;
  • le laisser partir cet été contre rien, ce qui ne libérait pas de cap space pour autant ;
  • le prolonger.

Lors de la pré-saison, Brown a montré des progrès intéressants et importants pour son développement et un éventuel changement de statut.

Du côté de la rédaction, on est plutôt contents de savoir que l’équipe compte sur Brown à long-terme, et on voit de toute façon mal comment ce contrat pourrait devenir un boulet. On rappellera les réactions globales à l’époque où Avery Bradley avait prolongé pour 32 millions sur quatre ans, ou encore même Marcus Smart à l’été dernier.

En tout cas, cet accord va pouvoir permettre à Jaylen de jouer l’esprit libre, sans avoir la prolongation en tête, et au front office de se concentrer sur la prochaine étape, la prolongation de Jayson Tatum dans un an pile.

Article rédigé par Lucas Hecker et Léo Hurlin, crédit photo : Maddie Meyer