Quelles rotations pour la saison à venir ?

Comme chaque saison, celticsfr vous livre sa preview en essayant de renouveler le concept. Cette année on a décidé de se baser sur l’outil du site Early Bird Rights qui permet de créer ses propres rotations pour toutes les équipes NBA. Trois membres de la rédaction ont donc tenté de deviner comment Brad Stevens utilisera les joueurs à sa disposition en début de saison. À partir de cela nous allons discuter un peu de comment se présente l’effectif et dans une deuxième partie essayer de prévoir quelles directions pourraient prendre la franchise au cours de la saison.

Avant d’attaquer le vif du sujet, précisons tout de même que ces rotations n’ont pas pour but d’être plausible sur un match (d’ailleurs on ne se limite pas à la limite de 13 joueurs actifs) mais plutôt de représenter schématiquement la répartition des minutes et les différents lineups.

Les rotations du début de saison

Voici donc nos rotations pour attaquer la saison. La première chose à déterminer est le cinq de départ. Kemba Walker et Jayson Tatum sont indiscutables, Gordon Hayward a fini la saison dernière sur le banc et la question pourrait se poser, mais après un été où tout le monde n’a cessé de répéter que le vrai Gordon était de retour, même si Danny Ainge a récemment essayé de calmer les ardeurs, il serait très étonnant que l’ailier aille asseoir son contrat maximum sur le banc en début de match. Il reste donc à décider qui sera accompagnera Kemba dans le backcourt et qui sera le pivot titulaire.

Le poste d’arrière se jouera clairement entre Jaylen Brown et Marcus Smart, deux d’entre nous ont choisi Jaylen et un Marcus. Avec le départ de Terry Rozier, Smart a toute les chances de se retrouver deuxième meneur de l’équipe, il y a bien la solution Brad Wanamaker derrière mais, même s’il devrait jouer plus que la saison dernière, ce serait surprenant de le voir avec de grosses responsabilités dès le début de saison. Cela plaiderait donc plus pour un Smart en sortie de banc pour prendre le relais quand Kemba va se reposer. Il est possible de s’organiser pour que les deux se partagent la plupart des minutes au poste 1 en étant titulaire, mais cela compliquera un peu la tâche de Brad. Ceci dit, Jaylen avait été clairement meilleur en sortie de banc la saison dernière, entouré d’autres talents il semble perdre sa spontanéité et se poser trop de question. En sortie de banc il a plus d’opportunités d’exprimer son talent, mais peut-être que cette saison est une bonne opportunité pour lui de passer un cap à ce niveau et d’arriver à tirer partie de tout son potentiel entouré des meilleurs joueurs.

Pour le poste pivot, nous étions plutôt parti sur Enes Kanter titulaire, même s’il est loin de faire l’unanimité sur ce qu’il sera en mesure d’apporter. Mais au delà du niveau de jeu et de son profil, son expérience et son statut au sein de la ligue conjugué à la communication des Celtics autour de sa signature nous semblait l’avantager vis à vis d’une concurrence qui a beaucoup à prouver. Mais il n’a pas été titulaire une seule fois en pré-saison et Stevens a insisté sur son intention de l’utiliser en sortie de banc, deux d’entre nous ont donc plutôt opté pour Daniel Theis qui a été très convaincant sur ses deux matchs de pré-saison, notamment défensivement. Il faudra encore le voir contre une opposition plus convaincante mais il semble désormais tenir la corde.

Si l’on s’intéresse plutôt à la distribution des minutes, on voit que sans surprise se détache clairement un groupe de 5 joueurs principaux qui ont toute les chances d’avoir le plus gros temps de jeu sur la saison, Walker, Tatum, Hayward, Brown, Smart. Derrière c’est beaucoup plus flou, l’expérience de Wanamaker lui donne un longueur d’avance, comme celle, beaucoup plus relative, d’Ojeleye qui doit prouver cette saison qu’il peut vraiment s’imposer dans une rotation NBA. Mais les jeunes ont les dents longues, surtout Carsen Edwards et Grant Williams et leurs prestations durant la summer league et la pré-saison ont de quoi donner des idées à Brad Stevens. Si Edwards continue à enquiller les trois points il devrait vite obtenir plus de minutes que ce qu’on lui a accordé.

Ensuite il y a le cas du pivot, aura-t-on un numéro qui se dégagera avec un temps de jeu important et trois joueurs en rotation ? Aura-t-on un temps de jeu beaucoup plus équilibré entre les différents joueurs ? Verra-t-on Daniel Theis au poste 4 ? Difficile de répondre à ces questions tant la succession d’Al Horford apparaît incertaine. Kanter ne sera peut-être pas titulaire mais au niveau des minutes il part sans doute avec un peu d’avance, cependant son rôle de scoreur intérieur limité en défense ne colle pas vraiment avec la philosophie de Stevens et il devra prouver qu’il peut-être utile à cette équipe. Theis a un profil bien plus intéressant, défense intérieur, mobilité, adresse extérieure. Mais après une bonne première campagne il n’a pas répondu aux attentes la saison dernière et les doutes sur sa capacité à résister aux intérieurs puissants rendent sa titularisation systématique difficile. Robert Williams a sans doute le plus gros potentiel, au moins physique, mais sa saison rookie a montré qu’il avait encore beaucoup de progrès à faire, à lui de montrer qu’il a franchi un cap cet été. Enfin, Vincent Poirier a affirmé qu’il n’était pas venu pour cirer le banc, mais il a encore tout à prouver en NBA et son profil ne lui donne pas forcément d’avantage.

Enfin, nous avons également réfléchi aux associations de joueurs. Conserver assez de spacing ne sera pas forcément aussi facile que les saisons précédentes, on attend de voir le développement de Kanter mais pour l’instant on peut considérer que 3 pivots sur 4 de l’effectif n’ont pas de tirs à 3 points. Ojeleye n’a pas encore prouvé qu’il pouvait rentrer ses tirs ouverts avec une régularité suffisante pour être considéré comme une menace, Langford représente une inconnue à ce niveau et on a encore du mal à faire 100% confiance à Smart à ce niveau (désolé Marcus).

Il faudra également faire attention à la balance entre attaque et défense, l’association Kemba – Kanter, par exemple, fait froid dans le dos en ce qui concerne la défense du pick and roll. À l’inverse des Ojeleye, Grant Williams, Theis et dans une moindre mesure Smart rassurent défensivement mais posent des questions sur leur capacité à apporter suffisamment de points. Il y a également la question du style de jeu, courir beaucoup avec par exemple un Poirier en pivot, qui est très rapide pour sa taille, Kemba en meneur et des ailiers athlétiques à côté, jouer plus lentement avec Kanter poste bas, faire beaucoup de pick and roll avec une combinaison meneur/pivot forte ou décaler la création sur les ailes avec Hayward ou Tatum.

Cet exercice permet également de mieux se rendre compte de la richesse et des lacunes de l’effectif. Si à première vue on peut penser que les Celtics sont particulièrement bien pourvus à l’aile avec Tatum, Hayward et Brown, on s’aperçoit quand on réparti leurs minutes sur les postes 2-3-4 que derrière c’est plutôt léger. En cas de blessure ou tout simplement pour faire tourner il faudra compter sur une grosse progression d’Ojeleye ou sur une excellente saison d’un rookie. Un Grant Williams en ailier fort, un Romeo Langford en arrière ailier ou même un Edwards en pure arrière avec un Smart qui peut boucher les trous. Mais Smart aura déjà du travail au poste de meneur qui n’est pas si fourni derrière Kemba. Ironiquement c’est sans doute au poste le plus incertain, celui de pivot, que les Celtics pourraient se retrouver avec la meilleure profondeur. Avec 4 joueurs dont on a du mal à situer le réel niveau, la franchise aura peut-être un des moins bons titulaires de la ligue à ce poste mais avec un peu de chance elle pourrait aussi avoir un des meilleurs remplaçants

Quelle évolution en cours de saison ?

Nous avons bien pris la peine dans cette preview de préciser que nous allions tenter de prédire les rotations du début de saison, car il est bien plus difficile d’imaginer à quoi pourrons ressembler les Celtics à l’approche des playoffs. Cet été a marqué un virage très important pour la franchise avec l’échec du projet Irving – Hayward – Horford. Le front office a tenté de conserver le statu quo en signant immédiatement Walker mais il faut bien reconnaître que les Celtics sont désormais dans une position un peu bâtarde. Il y a toujours beaucoup de talent dans ce groupe, mais il est difficile de le voir viser le titre en l’état, or on le sait, à Boston le seul objectif c’est la 18ème bannière, pour le meilleur ou pour le pire. La question est donc, quelle voie suivre pour essayer de la décrocher ? Et cette question qui se pose à long terme sur les prochaines saisons se reflète aussi sur la saison à venir.

Pour l’instant l’optique semble d’être les plus performants possible, en l’état on peut penser que les Celtics peuvent encore raisonnablement viser une demi-finale de conférence, voire une finale si tout se passe bien. Cela permet de rester à un gros coup (échange, signature de free agent…) d’être un sérieux candidat au titre, le problème c’est que ce gros coup apparaît bien hypothétique en l’état. L’autre option est de reporter un peu les espoirs pour viser à plus long terme, avec 5 rookies dans l’effectif (même si Poirier et Green ne sont pas tout jeunes) et deux en contrat 2-way les Celtics semblent également garder cette option à l’esprit.

Ainsi l’évolution des temps de jeu donnera déjà quelques indications sur la voie privilégiée. Verra-t-on plus Kanter pour essayer de lui faire retrouver son niveau de jeu des derniers playoffs avec les Blazers ? Ou alors Robert Williams aura-t-il un nombre important de minutes pour essayer de le faire progresser dans sa lecture du jeu afin qu’il tire profit au maximum de ses capacités physiques hors-norme ? Wanamaker sera-t-il souvent sur le terrain pour contrôler le tempo ou bien Edwards aura-t-il des minutes et le feu vert pour allumer afin de voir s’il peut transposer de façon fiable et durable son shoot en NBA sans afficher de lacunes rédhibitoires ailleurs ?

Voilà le genre d’incertitudes qui pèsent sur la saison, sans oublier que des échanges en cours de saison ne sont absolument pas à exclure, même si la prolongation de Brown devrait éviter les spéculations au moins sur ce front là.

Article rédigé par Hugo Geindre, aidé pour les rotations par Léo Hurlin et Romain Petit.