Bilan de la semaine 2 : satisfaits (4-1)

Les matchs :

Avec l’absence annoncée de Jaylen Brown, on se dit que les choses seront peut-être compliquées pour les Celtics qui abordent leur premier match de la semaine contre Milwaukee, et la première mi-temps confirme ces craintes puisque les Bucks jouent un basket très efficace en enchaînant les tirs extérieurs et les bonnes séquences défensives. Boston renverse totalement la vapeur à la faveur d’un run avant de complètement prendre l’ascendant, porté par un TD Garden des grands soirs.

La semaine se poursuit ensuite avec une autre réception, celle des Knicks, toujours sans Brown ni Enes Kanter. Le match est loin d’être aussi mémorable tant les Celtics peinent à se départager des Knicks et se font piétiner au rebond défensif. Heureusement, Kemba Walker guide les siens dans le noir, et Jayson Tatum inscrit le premier game winner de sa carrière, permettant à son équipe de confirmer ce bon début de saison.

Pour accéder aux boxscores, aux highlights, aux étoiles attribuées par celticsfr et à un petit récapitulatif de la rencontre, cliquez sur chaque match.

(0h30)
TD Garden

Maillot: ASSOCIATION
(0h30)
TD Garden

Maillot: ASSOCIATION

Les perfs :

Nos mentions trois étoiles de cette semaine sont revenues à Kemba (qui pointe déjà à dix, dont cinq cette semaine) pour son match contre les Knicks, et à Marcus Smart pour sa performance all-around face aux Bucks.
Kemba a livré une bonne semaine dans sa globalité, malgré des passages à vide, notamment contre les Bucks, mais sa capacité à prendre et rentrer des tirs importants a largement bénéficié à l’équipe. Son agressivité a apporté de nombreux lancers-francs qu’il a convertit avec une grande fiabilité (96.6% de réussite sur la semaine). Comme la semaine passé, Walker s’est battu en défense, au hustle aussi que sur les passages en force.
Marcus Smart a livré un superbe match contre les Bucks, avec une adresse à distance appréciable qui a amené ses coéquipiers à le chercher régulièrement, ce qui a aussi été le cas contre les Knicks en début de partie, même s’il a beaucoup moins tenté. Très en réussite contre Milwaukee, il s’est révélé plus timide offensivement contre New-York, mais c’est bien évidemment défensivement et dans l’énergie que son apport est capital aux Celtics. Son match sur Antetokounmpo fut remarquable, obligeant même les Bucks a provoqué des switchs sur certaines isolations.

Derrière, on retrouve Tatum (deux étoiles) qui aurait bien mérité d’en recevoir davantage face aux Bucks, suivi de Grant Williams et Gordon Hayward (une chacun).

Jayson Tatum a livré deux matchs de bonne qualité, avec une excellente adresse globale (49%) et à distance (53%) et cette faculté à prendre ses responsabilités pour rentrer des tirs importants, que ce soit son game winner contre les Knicks ou en fin de Q3 contre les Bucks. Son entente avec Daniel Theis est intéressante, il est parvenu à le trouver à plusieurs reprises sur les rolls de l’allemand montrant ainsi ses progrès à la passe, et offrant surtout une piste offensive encore perfectible. Lorsqu’il se décide à être agressif sur ses drives il arrive très facilement au panier, mais pour être tatillon l’on notera encore la présence de pertes de balles évitables alors qu’il monte lay-up.

Gordon Hayward catalyse de nombreuses attentes, et a livré deux bonnes prestations cette semaine, même s’il a tendance à se réveiller en deuxième mi-temps (ce qui est un problème car c’est une tendance de l’équipe). Précieux par son QI, aussi bien défensif qui permet une bonne présence sur les lignes de passes et de lancer des transitions, qu’offensivement où il porte la balle comme un second organisateur. C’est une constante, Hayward cherche à faire les bons choix pour l’équipe, ne refuse pas les tirs importants, et sait se montrer agressif par instants. On peut retenir une isolation débouchant sur un lay up autoritaire contre les Bucks, ou encore son réveil au scoring qui pèse beaucoup sur la fin de match contre New-York. La question de son réveil ou de son retour peut encore être posé, mais il serait ambitieux de s’attendre à autre chose que ce que l’on a vu cette semaine (encore qu’il a bénéficié d’une très bonne adresse 50% en global comme à 3 points). Lorsqu’il était à Utah il tournait à 22 points 5 rebonds 3 passes par match, mais il était la première option offensive et ne semblait déjà pas vouloir d’un statut de franchise player. Aussi il n’est pas si étonnant qu’il soit plus en retrait au scoring mais distribue plus alors qu’il n’est pas la première (ni même la deuxième?) option. S’il reste un joueur différent de ce qu’il était avant physiquement, le Gordon Hayward de cette semaine serait probablement la meilleure version possible pour les Celtics. Un facilitateur, un joueur d’équipe capable de mettre des tirs importants. Les semaines ou mois à venir nous diront s’il peut contribuer ainsi sur la durée.

Grant Williams a été le seul joueur du banc à se distinguer offensivement cette semaine (si l’on excepte Brad Wanamaker plutôt à son avantage contre les Knicks). C’est bien simple, il est le seul à avoir été en double figure, ce qui peut s’expliquer par aux absences de Brown et Kanter. Williams a montré son envie par du hustle, a su faire circuler la balle et marquer quand il en a eu l’opportunité, notamment par son jeu au poste. En revanche, défensivement il a semblé souffrir d’un manque de taille et de détente face aux intérieurs New-Yorkais.

Avec les absences de Brown et de Robert Williams, pas de réelle déception cette semaine à part peut-être Carsen Edwards qui a toujours du mal à régler la mire et qui vient en plus de raser ses tresses.

L’actu :

Les retrouvailles entre Jayson Tatum et Marcus Morris :

Morris et Tatum s’étaient déjà affronté la semaine dernière, mais les circonstances de ce match on été l’occasion pour les deux de revenir sur leur relation. les deux ont sorti un gros match, 24 points à 53% pour Tatum et 29 à 47% pour Morris. L’ailier des Knicks a joué un rôle de mentor pour Jayson dès son arrivée dans la ligue et quand on lui a demandé les progrès qu’il voyait dans son jeu il n’a pas tari d’éloges :

Tout. Il est plus patient, plus calme, beaucoup plus agressif. […] Il va être un grand joueur pour un bon bout de temps et je suis content de pouvoir contribuer à sa carrière jusqu’ici.

Il n’a également pas pu s’empêcher d’indiquer, dans son style caractéristique, qu’il lui avait dit quand il jouait à Boston qu’il n’y avait que deux joueurs dans la ligue qui pouvait défendre sur lui, Marcus Morris lui-même et son frère Markieff. Interrogé sur le sujet, Tatum a réagit avec humour en avouant qu’effectivement Morris lui avait dit ça dès son premier jour aux Celtics, en ajoutant qu’il était « full of shit » (on vous laisse traduire). Il a également ajouté :

J’aurais bien aimé rentrer ce tir sur sa tête, mais on a gagné donc je suis heureux.

Mais il a aussi tenu à montrer qu’il gardait les pieds sur terre.

Je ne veux pas trop m’exciter. Les gars qui me servent de modèle dans cette ligue, ils font ça tout le temps.

Ici on a plus ou moins apprécié le passage de Morris chez les Celtics, mais il semble en tout cas qu’il a joué un rôle important auprès de Tatum sur les deux dernières années et à aider à le mettre sur des bons rails.

En vrac :
  • Ce n’est pas forcément très révélateur, mais avec 4 victoires pour une défaite les Celtics prennent leur meilleur départ depuis la saison 2010-2011.
  • On l’a déjà évoqué mais on met le chiffre précis ici car il est assez incroyable, cette semaine Kemba a obtenu 29 lancers-francs en deux match. C’est la principale chose qu’on pouvait reprocher à Kyrie Irving la saison passée, et pour l’instant on peut dire que, au moins sur ça, les Celtics ont grandement gagné au change.
  • Les USA changent d’heure ce week-end, c’est fini les matchs une heure plus tôt, ça n’aura duré qu’une semaine.

La semaine prochaine :

Trois rencontres au programme, trois déplacements avec en vedette le retour de Kemba à Charlotte (ainsi que les retrouvailles entre l’équipe et Terry Rozier) suivi d’un premier match à l’Ouest le soir de mon anniversaire. À noter que Stevens n’a encore jamais gagné à San Antonio…

Semaine 3

DateLocalHeure/RésultatVisiteurHeure française Maillot
1h00 ICON
2h00 ASSOCIATION
23h00 STATEMENT

Article rédigé par Romain Petit, Léo Hurlin et Hugo Geindre