Bilan de la semaine 9 : les Hospital Celtics sont de retour (19-7)

Les matchs :

Petite semaine pour nos Celtics qui s’envolent tout d’abord à Dallas pour un match qui semblait prometteur il y a quelques semaines avant que Luka Doncic ne soit notamment annoncé absent. Boston, affecté par un sacré lot de blessures et d’indisponibilités, ne démarre pas bien la partie. On sent que l’équipe a du mal à se remettre dedans après ce break de cinq jours tandis que Dallas fait bien bouger le ballon et a une bonne adresse. Kemba Walker a un petit coup de chaud et permet aux Celtics de rester dans la partie, avec déjà 16 points en fin de QT1. Mais l’équipe ne parvient pas à prendre le dessus en cette première mi-temps, et il faudra attendre le QT3 pour voir la tendance s’inverser. Les Celtics prennent une dizaine de points d’avance mais se feront tout de même une petite frayeur en fin de match.

La semaine se termine avec la réception des Pistons. Les adversaires du soir font jeu égal un quart-temps durant mais plient assez rapidement devant les assauts répétés de Jayson Tatum, Jaylen Brown puis de Grant Williams. L’avance confortable des Celtics permet de gratifier la foule d’un combo Tacko+Gino Time inédit ainsi qu’à Romeo Langford de marquer ses premiers points NBA et à Enes Kanter de faire un chantier au rebond.

Pour accéder aux boxscores, aux highlights, aux étoiles attribuées par celticsfr et à un petit récapitulatif de la rencontre, cliquez sur chaque match.

(3h30)
American Airlines Center

Maillot: ASSOCIATION
(1h30)
TD Garden

Maillot: ASSOCIATION

Les perfs :

Difficile et un peu superflu de réellement tirer des conclusions sur le niveau des uns et des autres avec deux matchs seulement à analyser. Toujours est-il que c’est Brown qui termine la semaine en tête pour nous avec cinq étoiles reçues, preuve de sa solidité et de sa constance sur les deux matchs. Il est suivi par Tatum et Walker, tous deux récompensés de trois étoiles. Walker est complètement passé au travers de son match contre Detroit et n’a d’ailleurs pas forcé voyant que tout se passait bien, mais il a également été très important contre Dallas. Tatum a été bon cette semaine, particulièrement contre les Pistons où il a pris le lead en début et lors du troisième quart-temps de ce match.

Derrière les trois, en l’absence de Gordon Hayward gêné par des douleurs au pied, relevons la performance de Grant Williams à qui nous avons attribué une étoile pour son joli match contre les Pistons.

Plusieurs autres joueurs n’ont pas démérité, à commencer par Daniel Theis qui a bien noirci la feuille et s’est montré très actif contre Detroit, ou encore Kanter qui qui a certes shooté à 2/10 contre Dallas mais qui termine avec un +21 en 20 minutes, et qui cumule la semaine un total de 31 rebonds.

L’actu :

Les Celtics adorent les chiens !

On en avait parlé çà et là, mais MassLive vient de sortir un petit article focus sur tous les chiens que possèdent les joueurs de l’équipe.

Pour certains d’entre eux, c’est une longue histoire d’amour avec les chiens, et notamment pour Tatum. Tatum est fan depuis toujours de chiens de la race Boxer, et en a récemment acheté un nouveau – Creed – après le décès de Lennox, celui de son enfance.

« Ce sont des chiens très amicaux, protecteurs, ils ont beaucoup d’énergie. J’aime les gros chiens, c’est marrant de jouer avec eux, de faire semblant de faire de la boxe. Ils ont des caractères uniques, et je trouve que ce sont les plus beaux. »

Tatum nomme ses boxers en rapport avec le monde de la boxe, et a donc choisi Creed pour son deuxième. Mais Creed n’est pas aussi habitué à la présence du fils de Tatum, surnommé affectueusement Deuce :

« Lennox adorait Deuce. Deuce était encore très jeune quand Lennox était là, il commençait à peine à marcher. Creed a un peu peur de Deuce, il le terrorise, il lui donne des coups avec ses joueurs. Quand Deuce est dans les parages, Creed s’enfuit dans sa cage. »

Avec trois filles et deux bergers allemands Sipher et Ebby, le couple Hayward partage certainement les préoccupations de Tatum.

« Les filles, surtout quand elles étaient plus petites, elles ne se rendaient pas compte de ce qu’il y avait en face d’elles. Donc parfois elles leur donnaient des coups dans la tête, elles leur attrapaient la queue, tout ça. Nos deux chiens ont vraiment été super avec les filles. »

Hayward explique qu’il n’y avait pas de chien chez lui lorsqu’il était petit car ses parents n’avaient pas le temps de s’en occuper. En devenant adulte, il a pu adopter le berger allemand dont il avait toujours rêvé, et ce chien lui a apporté une sécurité pour sa famille.

« C’est pour ça qu’on a adopté Siber, à la base. C’était un chiot quand on l’a eu, mais plus tard on l’a entraîné à devenir un chien de garde. Tout le monde connaît nos emplois du temps, sait quand on est là ou non, donc pour moi c’est rassurant de savoir qu’il est là pour protéger ma famille. »

Kemba, de son côté, n’a pas d’enfants mais deux Labradoodles.

« Ce sont mes petits à moi. Je n’ai pas de gosses ou quoi que ce soit, donc ce sont mes enfants. C’est cool, vraiment. C’est une responsabilité, mais c’est fun, surtout que j’ai pu voir mon premier grandir tout au long de l’année, c’était chouette. »

En effet, il avait adopté son premier il y a environ un an, avant d’en prendre un second en début de saison :

« Marcus Smart est venu chez moi, a rencontré mon chien, il a vu comment c’était un chien sympa et calme, et il m’a demandé comment il pouvait en avoir un aussi. On a appelé l’éleveur et, comme j’allais moi-même en prendre un second, on lui en a trouvé un aussi. »

Tous les joueurs propriétaires soulignent en tout cas à quel point leurs animaux leur apportent de la joie.

« C’est agréable d’avoir un chien qui ne sait pas, acquiesce Walker. Si parfois les choses ne vont pas bien pour moi, je rentre et mes chiots sont là, leurs queues s’agitent. Ils sont contents et ça me rend content. »

Smart abonde :

« Les choses sont forcément un peu meilleures avec un chien. Quand quelque chose ne va pas, ils le sentent, ils partagent ta peine, ils sont remplis d’empathie, ils ressentent l’amour que tu leur portes. Tout ce que tu ressens, ils le ressentent, donc ça aide beaucoup avec le stress d’avoir un chien. »

Tout cela prouve que les chiens sont supérieurs aux chats.

En vrac :
  • Contre Detroit, Brad Stevens n’avait pas d’autre choix que faire rentrer Tacko Fall : « Mon fils Brady m’avait posé plein de questions sur comment on allait défendre sur Drummond, et ma fille Kinsley a tranché : ‘Il est temps de donner aux gens ce qu’ils réclament.’ C’est tout ce qu’elle a dit. »
  • Après sa contre-performance de la semaine dernière, Carsen Edwards s’est rattrapé en G League avec deux matchs : 28 points (dont ceux de la victoire), 3 rebonds, 5 assists et 6 interceptions face aux Iowa Wolves, puis 23 points, 8 rebonds, 4 assists et 4 interceptions face au Canton Charge. De quoi le remettre sur les bons rails ?
  • Les Celtics ont annoncé en début de semaine que Robert Williams n’était pas remis de sa gêne à la hanche : il souffre d’une inflammation osseuse et sera réévalué dans trois semaines.
  • Vincent Poirier s’est fracturé l’auriculaire lors d’un entraînement en début de semaine et a été annoncé absent entre quatre et six semaines suite à une opération.
  • Des nouvelles de Marcus Smart : si l’équipe n’a pas nommé l’infection oculaire qui affecte le joueur, Stevens expliquait ceci : « La dernière chose qu’on m’a dit à ce sujet, c’est que les médecins n’en avaient jamais vu une si intense. Il n’a vraiment pas eu de chance. »
  • Gêné par une douleur au pied, Gordon Hayward a manqué des matchs et passé une IRM qui n’a révélé aucune lésion. Son statut est susceptible d’évoluer au jour le jour.
  • Tatum sur son duo avec Brown : « J’espère qu’on jouera ensemble encore très longtemps. »

La semaine prochaine :

Semaine chargée avec dès ce dimanche soir, la venue des Hornets de Terry Rozier. Plus tard, on a deux matchs à des horaires cléments pour la France, et un back-to-back contre une équipe de Toronto elle aussi décimée.

De notre côté, nous ne savons pas encore réellement ce que nous serons en mesure de faire sur le site durant les fêtes de fin d’année alors n’hésitez pas à nous dire sur Twitter et Facebook à qui vous attribueriez les étoiles après chaque match.

Si jamais nous n’avons pas d’autre occasion, quels que soient vos plans, nous vous souhaitons de bonnes fêtes de fin d’année !

Semaine 10

DateLocalHeure/RésultatVisiteurHeure française Maillot
0h00 STATEMENT
18h00 CITY
22h00 ICON
1h00 STATEMENT

Article rédigé par Léo Hurlin, crédit photo : Brian Babineau