Examinons l’échange d’Evan Fournier

Vous commencez à en avoir l’habitude, Ryan Bernardoni (@dangercart sur Twitter) est quelqu’un que nous trouvons très pertinent et dont nous aimons vous partager l’avis. Voici une traduction du dernier article de son blog dans lequel il parle du trade d’Evan Fournier .

Les Celtics ont envoyé très peu de choses pour Evan Fournier, mais je n’ai pas aimé l’échange. Voici une tentative d’explication. Mais avant ça, un peu de contexte s’impose :

Je ne suis pas devin. Je ne sais pas que cela ne va pas fonctionner, et quiconque prétend être sûr de quelque chose comme ça ne vaut pas la peine d’être entendu (je ne dis pas non plus que je c’est mon cas). Il y a certaines situations qui pourraient faire que cela marche, que j’explorerai. Je pense simplement que les avantages sont limités et qu’il est assez improbable qu’ils se concrétisent, alors que les inconvénients sont nombreux et plus probables.

Les issues positives

Mon problème principal avec l’acquisition de Fournier est qu’il est sur un contrat expirant. Si l’équipe était réellement dans une position de prétendre au titre, ce serait un bon ajout. Commençons par là.

J’étais très optimiste pour cette équipe au début de la saison, en m’attendant à un début lent qui s’accélérerait au bout d’une vingtaine de matches. Il possible que le potentiel de prétention au titre de l’équipe soit toujours cachée sous la surface, en attendant les rétablissements difficiles du COVID et des blessures, en plus d’être exacerbées par un calendrier de première moitié de saison plutôt difficile. Si cette équipe émerge et se révèle être véritablement un prétendant au titre, alors il est évident que l’ajout d’un joueur comme Fournier, à un prix si bas sera très positif. Ils sont aidés par un calendrier de deuxième partie de saison plus clément, de plusieurs équipes souffrants de blessures importantes, ainsi que des limitations du nombre de fans diminuant la valeur de l’avantage de parquet.

De l’autre côté de l’équation contrat expirant/équipe non prétendante au titre, on peut noter que Fournier est éligible à une extension de contrat. Il n’y a pour l’instant aucune indication que cela viendra, mais si il surprend tout le monde et signe un contrat de 2 ans et 30 millions de dollars, alors l’équipe aura échangé très peu pour le contrat exact dont ils ont besoin, et à ce moment là mon opinion de l’échange changera complètement.

Il est plus probable que Fournier rentre dans le marché des agents libres. C’est possible qu’il joue juste assez bien pour que les Celtics veulent le signer sans qu’il obtienne d’offres majeures en parallèle. Si l’équipe peut le retenir avec des conditions favorables pour l’équipe, ce serait évidemment positif. Je pense que le contrat ne devrait pas dépasser 3 ans et 45 millions, ce qui semble relativement improbable.

Si les propriétaires sont prêts à payer plus de 50 millions en taxes dans le futur proche, l’échange est plus facile à accepter et aimer. Seulement, je n’y crois pas tant que je ne le vois pas, mais encore une fois, mon opinion sur ce qu’ils sont prêts à dépenser pourrait simplement être erroné.

L’un des avantages incontestables est que les tweets de Fournier sont de haut niveau.

Le semi-positif

Je suis également prêt à accepter de considérer cette échange comme positif si l’équipe utilise le reste de sa TPE pour acquérir un joueur d’une façon particulière, tout en laissant Fournier partir pendant la free agency. Larry Nance est un joueur que j’ai toujours trouvé être une bonne cible pour un échange, et qui remplit ces conditions, donc je l’utiliserai pour l’exemple, même si d’autres possibilités existent (par exemple Maxi Kleber).

C’est possible que l’équipe ait essayé d’échanger pour Nance, et que la réponse fut qu’il coutait deux premiers choix de draft. Pour réaliser cet échange maintenant, l’équipe devrait protéger leur choix cette année et ensuite échanger celui de 2023, lui aussi protégé, avec l’éventualité que les deux tombent pour Cleveland. Cela pourrait limiter leurs options d’échange de choix pour les années à venir. Cependant, si ils réalisent cet échange le jour de la draft 2021, ils pourraient choisir le joueur à la draft pour Cleveland, et envoyer ce joueur accompagné du premier choix de draft 2022. C’est également une possibilité que le prix de Nance diminue, et qu’il puisse être échangé contre un joueur et un premier choix de draft.

En réalisant cet échange, ils auront donc utilisé la totalité de la TPE, ce qui ne serait pas la fin du monde au vu des probables restrictions budgétaires, pour acquérir un hybride d’un an de Fournier et deux ans de Nance, en coûtant un peu plus de capital de draft, mais rendant l’opération relativement positive.

Cette éventualité est moins idéale que de simplement échanger pour Nance maintenant (en fonction de la baisse du prix) parce qu’une partie de la valeur de réaliser cette opération serait d’avoir la possibilité de l’échanger de nouveau cet été, dans le cadre d’une plus importante acquisition. Malgré cela, on peut quand même considérer la première éventualité comme positive, considérant le faible coût que l’opportunité aurait engendré.

Ce qui nous sera présenté comme un bon résultat, mais qui en réalité ne le sont pas

Gagner assez de matches pour arriver 4èmes ou 5èmes de la conférence et gagner un round de playoffs n’est pas un résultat positif si Fournier part pendant la free agency.

Fournier partant avec un sign-and-trade, créant une autre TPE n’est pas un résultat positif.

Les issues négtives

Si Fournier part pendant la free agency, ce n’est positif que si l’équipe a atteint les finales de conférence au minimum. Sinon, c’était une perte de temps, qui nous aura coûté une opportunité.

Je ne m’attendais pas à ce que la TPE généré par le départ d’Hayward devienne quelque chose d’exceptionnel pendant la off-season, mais c’est possible que cette TPE soit importante pour réussir à échanger Kemba, si l’équipe décide que c’est le choix à faire. Théoriquement, si par exemple ils échangeaient Walker aux Clippers contre Patrick Beverly, Luke Kennard et Terrence Mann, ces joueurs auraient pu rentrer dans la TPE de Hayward, en créant une nouvelle pour compléter le salaire de Kemba. Cette dernière pourrait ensuite être utilisée, accompagnée de tous les picks des Celtics dans le futur lointain pour quelqu’un comme Bradley Beal. Cette équipe serait extrêmement chère sans le déplacement d’autres éléments, mais cela permettrait de préparer des mouvements plus importants. Comme vous ne pouvez pas combiner les exceptions, un ensemble de TPE de taille moyenne n’est pas aussi utile pour atteindre ce type d’objectif.

C’est aussi possible qu’ils auraient pu utiliser la TPE pour récupérer quelqu’un comme Harrison Barnes, qui, même si il poserait quelques questions budgétaires, serait mieux adapté à l’équipe.

Une mauvaise issue plus probable est simplement que Fournier signe à nouveau pour un contrat trop cher. Lorsque Kyrie Irving est parti, l’équipe a signé un fac-similé un peu moins bon avec Walker, pour un contrat qui s’est rapidement détérioré. L’équipe pourrait répéter la même chose au ralenti, en regardant Gordon Hayward partir et être remplacé par un fac-similé un peu moins bon qui finit par signer un contrat de mauvaise qualité.

Disons qu’il signe pour 4/80M$. Ce contrat sera immédiatement considéré au mieux comme une valeur neutre. La possibilité de le dépasser est minime, et l’inconvénient majeur. Les structures de la ligue sont conçues pour forcer les joueurs de la classe moyenne supérieure à payer plus. Les Hawks apprennent cela avec un joueur similaire, Bogdan Bogdanovic, en ce moment. En plus de cela, à moins que l’équipe ne dispose d’un budget beaucoup plus important que ce que je prévois, cela entraînerait d’autres mesures de réduction des coûts. En peu de temps, cela pourrait vous coûter Marcus Smart ou forcer une situation où Kemba est déplacé uniquement pour des raisons d’économies, d’une manière qui dépenserait du capital de draft supplémentaire tout en retournant moins de talent que ce qui serait possible autrement.

Nous pouvons mettre en place ce contrat avec des augmentations annuelles de 8%, en espérant qu’un pic de plafond de lissage post-COVID vienne limiter un peu la douleur, à partir de 17,9M$ en 2021-22. Si Jayson Tatum n’est pas dans une équipe All NBA cette année, que Boston choisit le numéro 20 de la draft et qu’on complète notre effectif avec des contrats minimums de vétérans, les propriétaires devront régler de 44 millions de dollars de luxury tax et donc être l’équipe des Celtics la plus coûteuse de l’histoire (en pourcentage de dépenses de taxe par rapport au salary cap).

Cela pourrait être réduit en échangeant Tristan Thompson pour un salaire faible ou nul, mais cela a coûté des allers-retours dans les deux dernières draft pour déplacer Aron Baynes et Enes Kanter dans des situations similaires. Les Celtics n’ont pas de choix supplémentaires maintenant et Thompson gagne plus que chacun d’entre eux. Qu’est-ce que l’équipe va abandonner cette fois pour se débarasser d’un autre mauvais contrat ? Même s’ils font cela, ils devront alors rajouter des dépenses pour avoir une rotation de pivots viable. Dans tout cela, nous n’avons toujours pas résolu le problème de l’absence du grand ailier supplémentaire dont l’équipe a probablement besoin pour prétendre au titre, et ce n’est pas un poste où les joueurs sont bon marché.

Posez-vous la question suivante : le groupe de propriétaires des Celtics va-t-il établir un nouveau record de dépenses pour une équipe qui vient de terminer au milieu du classement des playoffs à l’Est et dont personne ne croit vraiment qu’elle est un prétendant de haut niveau ? Si la réponse est non, cela signifie que soit Fournier ne re-signera pas, soit une sérieuse réduction des coûts est à venir, probablement sous la forme de Smart ou Walker. Si c’est Smart, alors l’échange réel est Smart pour Fournier. Si c’est Walker, vous allez devoir dépenser du capital de draft pour le faire d’une manière qui permette de dégager de l’argent et, bien que Fournier puisse être mieux adapté à cette équipe, il est difficile d’argumenter qu’il a un plafond plus élevé en tant que joueur.

Je classerais cela comme l’une des issues les plus probables : L’équipe joue mieux pendant le reste de la saison, grâce à un calendrier facile, puis perd au premier ou au deuxième tour. Fournier re-signe pour au moins ce qu’il gagne maintenant pour 3-4 ans. Soit Smart, soit Walker est échangé, dans les deux cas d’une manière où la réduction des coûts est une considération aussi importante que la valeur sur le terrain qui est retournée. Fournier joue assez bien pour ne pas être un contrat albatros, mais pas assez bien pour établir une valeur commerciale majeure. Le reste du contrat actuel de Jaylen Brown se déroule avec l’équipe constamment dans une situation financière difficile et jamais assez bonne pour réellement se battre pour le titre ou avec assez d’actifs pour obtenir les meilleures cibles commerciales, à moins d’offrir Brown lui-même.

Autres coûts d’opportunité

Avant la deadline, je préconisais qu’il était temps pour les Celtics de prendre une décision. Ce noyau est-il assez bon pour gagner ? Si la réponse d’Ainge est un vrai « oui », cela valait la peine d’investir des actifs à long terme dans des joueurs à long terme qui correspondent au besoin et au budget. Le besoin était un « grand ailier » et le budget semble être « inférieur à ce que j’aimerais qu’il soit ».

Certes, peu de joueurs correspondent à ce profil. C’est pourquoi il était logique de faire une approche pour Jerami Grant et pourquoi j’avais ruminé l’idée d’offrir une grosse somme pour OG Anunoby. Larry Nance est le seul joueur d’un niveau inférieur qui semble cocher les deux cases avant d’entrer dans la conversation sur Aaron Gordon qui n’est pas un ajustement parfait mais qui en vaudrait la peine, si vous y croyez. Même en essayant d’acquérir le contrat plus long de Terrence Ross au lieu de Fournier, tout en s’efforçant de conserver le TPE, cela aurait indiqué un plan plus large sans se lancer à 100%. Il y a aussi la considération que ces jeux « d’achat » pourraient vous mettre dans une meilleure position d’échanges l’année suivante.

Si Ainge n’y croit pas, c’était probablement la dernière occasion de vendre et de réinitialiser avec suffisamment de temps pour reconstruire avant que les contrats de Brown et Tatum ne soient terminés ou en passe d’être prolongés. Ce serait douloureux, mais échanger Smart contre de futurs atouts ferait partie de cette conversation. Échanger Theis contre une sorte d’atout futur plutôt que de l’argent dans la poche de Wyc Grousbeck aurait certainement fait partie de ce plan. Si c’était possible, se débarrasser de Thompson ou Walker pendant que c’est une option plutôt qu’une certitude serait également raisonnable.

Le tanking est également à envisager. Il n’est peut-être pas possible de le faire efficacement avec le calendrier facile et les matchs de barrage, mais il est vrai que la bizarrerie de la saison du COVID associée à un haut niveau de la classe de draft offre une opportunité. Faire cela dans deux ans pourrait avoir un impact sérieux sur les décisions concernant le « prochain contrat » de Jaylen et Jayson, mais quelqu’un croit-il vraiment qu’une demi-saison de cela trois ans avant ces décisions serait un facteur décisif dans ce qu’ils feront ensuite ? Pensez-vous que Toronto pleure sur cette saison perdue, sachant qu’ils ont actuellement 32% de chances d’obtenir un choix parmi les 4 premiers et qu’ils recommenceront l’année prochaine avec au moins Siakam, VanVleet et Anunoby ?

Ce que le front office a fait, c’est de laisser tomber les décisions difficiles. Le problème est que l’horloge tourne. Prendre ces décisions maintenant vous donne le temps de tout régler avant que Jaylen et Jayson n’atteignent leur apogée. Si vous n’avez pas atteint vos objectifs mais que vous croyez au noyau dur dans quelques années, la pression sur le budget et les actifs peut rendre impossible (ou inacceptable pour les propriétaires) de faire quelque chose à ce sujet. Si vous constatez que vous ne croyez pas au noyau dur à ce moment-là, c’est qu’il est trop tard.

Il était temps de faire un engagement dans une direction. Échanger pour un Evan Fournier en fin de contrat, c’est fermer les yeux et espérer qu’on en fasse un pour vous.

Traduction de l’article Reviewing the Evan Fournier Trade de Ryan Bernardoni par Élias.